Articles avec #beatles tag

Publié le 7 Juin 2017

Le "Sergent Pepper's" des Beatles fête ses 50 ans.

Les Beatles c'est "le groupe des groupes" , et leur album "Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band" arrive bien souvent en tête des différentes listes des meilleurs albums de l'histoire du rock.

Loué pour sa créativité, pour avoir apporté de nouveaux sons dans la musique contemporaine, le célèbre groupe de Liperpool n'a pas toujours été le premier dans le domaine de l'inovation.

Un premier exemple avec l'apparition de l'influence de la musique indienne dans les années 60.

C’est au printemps 1965 qu'elle  fait son entrée dans le répertoire rock, avec le titre "Heart Full of Soul", des Yardbirds.

Ici Jeff Beck imite le son du sitar sur sa guitare électrique.

Quelques semaines après,en juillet,  ce sont les Kinks qui enregistrent "See My Friends". Ce morceau écrit par Ray Davies lui a été inspiré par les chants des pêcheurs indiens à l'aurore durant une escale du groupe à Bombay  .La encore l’effet de sitar est  obtenu  avec une guitare.

C'est un autre artiste, Roger McGuinn (Byrds), qui parlera de Ravi Shankar en premier à George Harrison :"J'ai fait écouté à George Harrison quelques sons de Ravi Shankar, que j'avais entendu parce que nous partageons la même maison de disques, à la guitare. Je lui ai parlé de Ravi Shankar et il a dit qu'il n'avait jamais entendu de musique indienne avant". 

Toutefois,il est vrai qu'Harrison sera le premier musicien pop occidental à utiliser le sitar. C'est en décembre 1965, sur le magnifique "Norwegian Wood" qui figure sur l'album "Rubber Soul" .

http://www.jukebox.fr/the-beatles/clip,norwegian-wood-this-bird-has-flown,qqx55v.html

Comme on le voit, et contrairement à ce que l'on pourrait penser, les Beatles n'ont pas été les premiers à subir l'influence de la musique indienne .

Il en va de même avec le célèbre album du groupe. Si "Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band", qui reste un prodigieux disque, il n'est  surement pas aussi inventif qu'on veut bien le dire.

D'ailleurs George Martin, le célèbre producteur du groupe,a toujours eu l'honnêteté de dire que sans l'album d'un autre groupe sorti quelques mois auparavant , jamais leur célèbre Sergent n'aurait vu le jour.

Et Mac Cartney était lui aussi de cet avis, ici en 1989:" j'étais fasciné et je le suis toujours. Je l'écoutais et me disais "Mon Dieu, voilà le meilleur album, qu'allons nous pouvoir faire ?" Je suis donc parti de là. Nous devions aller plus loin. C'est alors que j'ai trouvé l'idée qui allait nous libérer : cet album que nous devions faire allait être enregistré par un autre groupe et je m'efforçais de penser constamment que ce n'était pas nous qui enregistrions. Ceci nous permit de prendre du recul par rapport à la musique. J'avais déjà les paroles d'une chanson intitulée "Sg peppers" et John avait déjà trouvé "A day in the life".

Mais quel est cet album me direz-vous?

Il s'agit du "Pet Sounds" des Beach Boys .

 C'est encore McCartney qui dira du morceau "God Only Knows",qui figure sur cet album,  que c'est «la plus belle chanson d'amour jamais écrite».

Faisons donc un petit retour sur l'album des Beach Boys.

Sorti en mai 1966, l'album pensé et créé par Brian Wilson est un sommet .

Wilson est impressionné par la qualité du "Rubber Soul" des Beatles , il décide de concevoir un album dont les titres forment un tout, un album pensé véritablement comme un objet dont l'histoire se déroule de morceau en morceau, l'un des premiers «concept albums»,. Sans la compagnie des autres membres du groupe partis en tournée, le génial compositeur imagine des titres plus profonds. Brian Wilson en a marre de parler de plage, de filles et de surf.

Seul, Wilson fait ce qu'il veut en studio. Il utilise de nombreux effets, utilisant l'écho ou la réverbération . Il se sert de sons venus d'un peu partout (cor,sonnettes de bicyclettes, orgues, clavecins, flûtes, accordéon, harmonica basse, hautbois, Theremin, sifflet pour chien, instruments à cordes de type hawaïens etc...).

 Chaque titre est un bijou d'instrumentation, de mélodie et de poésie psychédélique.  Pet Sounds est une collection de chansons mélancoliques sur la nostalgie de l'enfance et le passage à l'âge adulte, aux arrangements révolutionnaires.

Bien qu'il n'ait pas été un grand succès commercial, Pet Sounds a eu une influence énorme dès  sa sortie. De nombreuses stars du rock de l'époque, ainsi que la presse musicale, déclarèrent que l'album comprenait certaines des « plus grandes et des plus impressionnantes mélodies, avec des textes très spirituels. »

Pour en savoir un peu plus sur ce disque et sur Bryan Wilson en particulier, je vous conseille l'excellent "Love and Mercy" sorti il y a 2 ans.

C'est sous cette influence que les Beatles décident de se lancer dans le projet fou du "Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band".

Cet album est pensé dans son intégralité comme une oeuvre d'art : un concept, une pochette, des chansons qui racontent une histoire, et qui pour certaines s’enchaînent sans pauses.

"On nous disait toujours: vous allez perdre tous vos fans avec ce disque", se souvient Paul McCartney,déclencheur de l'album. "Et nous disions: eh bien, on en perdra peut-être quelques uns, mais on en gagnera d'autres". "On doit avancer".

L'enregistrement même de l'album est passé à la postérité. Il a été réalisé sur une période de cinq mois, très inhabituelle pour l'époque, le producteur George Martin se livrant à diverses expérimentations avec le matériel de mixage qui feront s'arracher les cheveux aux ingénieurs du son.

Tout comme pour l'album "Pet Sounds" des Beach Boys, on retrouve ici  de multiples instruments très peu entendus en musique pop jusque-là, d'un orgue à une trompette piccolo, en passant par un harmonium, des orchestrations classiques .....

Mais tout ce travail ne doit pas cacher l'essentiel,  des mélodies qui restent gravées dans nos mémoires, des paroles poétiques, oniriques, et un mélange de style musicaux qui reflète l'époque . 

Qui a oublié le "Lucy in the sky with diamonds", et ses initiales (LSD) qui ont tant fait parler .

 "With a Little Help from My Friends", qui sera immortalisé par Joe Cocker au festival de Woodstock en 1969.

En voici une autre version plus récente avec Paul et Ringo.

On enchaîne

Voici une reprise de "Within You Without You", morceau signé George Harrison. La meilleure chanson du disque selon John Lennon. Une provocation de plus pour titiller Paul qui est l'artisan numéro un de Sergent Pepper.

"Sgt. Pepper" c'est aussi pochette incroyable. Un collage réalisé par Peter Blake, père du pop art anglais. On y découvre les Beatles en habits colorés. On y trouve des personnalités aussi diverses que Bob Dylan, Johnny Weissmuller, Karl Marx, Edgar Allan Poe,Marylin Monroe, Albert Einstein ou Fred Astair.

 

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Beach Boys, #Beatles, #Musique

Repost 0

Publié le 9 Mars 2016

George martin. Mort du 5ème Beatle à l'age de 90 ans.

George Martin est né à Londres, le 3 Janvier 1926. Il était avant tout un autodidacte de la musique. C'est par exemple en écoutant des enregistrements qu'il apprend à jouer du Rachmaninov au piano . Pendant la guerre, il s'engage dans l'aéronavale britannique, la Fleet Air Arm.

 En 1947, à 21 ans, il commence ses études au Guildhall School of Music.Il travaille d’abord pour le service de musique classique de la BBC puis rejoint EMI en 1950, en tant qu’assistant d’Oscar Preuss,le patron du label Parlophone, dont il prend à son tour la direction après le départ de celui-ci. Il passe ses premières années chez Parlophone à enregistrer de la musique classique et baroque, des spectacles à succès, et des œuvres régionales . Il décide d’ajouter le rock 'n' roll au répertoire de Parlophone et tente de trouver un groupe susceptible de faire des succès.

Alors qu'ils ont été jetés par la plupart des labels anglais, George Martin auditionne pour la première fois les Beatles le 6 juin 1962. Bien que sa première impression ne soit pas très bonne il leur fait signer un contrat d’enregistrement.

Il dira d'ailleurs par la suite : « En fait leurs premières chansons n’étaient pas terribles. Seules "Love Me Do" et "PS I Love You" tenaient la route. Ce sont leurs caractères, leur charisme, leur enthousiasme qui m’ont séduit.

A la place du batteur d’alors, Pete Best, que Martin trouve médiocre, les Beatles font venir un de leurs amis, Richard Starkey, alias Ringo Starr. Pour l’enregistrement du premier 45 tours des Beatles, Love Me Do, en septembre 1962, George Martin n'est pas très satisfait du jeu de Ringo, et engage un batteur de studio, Andy White. 

Bien sur, Ringo réintégrera rapidement le groupe, et George Martin sera celui qui saura utiliser au mieux le talent brut des Beatles pour aller vers le son qu’ils cherchent à obtenir, allant de plus en plus loin dans les innovations .

La plupart des arrangements orchestraux et instrumentaux (ainsi que de fréquentes parties de claviers) seront réalisés ou joués par Martin en collaboration avec le groupe. 

C'est lui qui a eu l’idée d’ajouter et d’écrire la partition jouée par le quatuor à cordes qui accompagne la guitare acoustique et la voix de Paul McCartney sur Yesterday.

Voici ce que déclare Paul Mc Cartney aujourd'hui : «[Le souvenir] qui me vient à l'esprit est celui du jour où j'ai amené le morceau "Yesterday" à une session d'enregistrement et où les autres gars ont suggéré que je la chante en solo en m'accompagnant moi-même à la guitare. Quand cela a été fait, George Martin m'a dit: "Paul, j'ai une idée: on peut mettre un quatuor à cordes sur le disque". J'ai répondu: "Oh non George, nous sommes un groupe de rock'n'roll et nous ne pensons pas que cela soit une bonne idée". Avec le ton doux et chaleureux des grands producteurs, il m'a dit: "Essayons, et si cela ne fonctionne pas, nous ne l'utiliserons pas et nous prendrons ta version solo".» [...] Il a pris les accords que je lui ai montrés et a déployé les notes sur son piano, mettant le violoncelle sur l'octave inférieure et le premier violon sur l'octave supérieure, et m'a donné ma première leçon sur comment les cordes s'exprimaient dans un quartet.»

C’est à partir des séances de l’album Rubber Soul, qui paraît au début de décembre 1965, que la musique des Beatles va se complexifier et que le rôle de George Martin va prendre de plus en plus d’importance. Des cordes, des vents, des claviers, des effets sonores vont bientôt habiller les enregistrements du groupe.

Sur "Strawberry Fields Forever" où il fondit deux prises différentes en un master unique à travers l’utilisation délicate du vari-speed.

Sur Penny Lane,  Martin travailla avec Paul McCartney sur un solo de trompette piccolo. McCartney fredonna la mélodie et Martin la coucha sur partition pour le trompettiste classique.

Les travaux d’arrangements de George Martin apparaissent notamment sur "Eleanor Rigby", extrait de l'album Revolver, où il écrivit et conduisit l’accompagnement de cordes .

Il accompagna Paul McCartney dans la direction musicale de l'orchestre choisi pour la montée orchestrale de "A Day in the Life". McCartney, sensibilisé par les courants avant-gardistes de l'univers classique des sixties, souhaitait une montée "aléatoire" des instruments de l'orchestre ; Martin contribua à faire passer le message auprès de cette formation toute « classique » et fort peu accoutumée à ce type de demande. 

Bien sur, après la séparation des Beatles, George Martin a travaillé avec les plus grands artistes, mais sans jamais retrouvé cette alchimie qui a révolutionné la musique des années 60.

Rappelons qu'il est également l'auteur, en 1973, de la partition d'un film de la série « James Bond » : Vivre et laisser mourir (Live and Let Die), pour lequel Paul McCartney composa la chanson du générique.

George Martin avait été anobli en 1996 pour « services rendus à la musique et la culture populaire  ».

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Musique, #beatles, #Hommage

Repost 0