Articles avec #allemagne tag

Publié le 4 Septembre 2016

Merkel se prend une giffle de la part de ses compatriotes.

Il fut une époque encore pas si lointaine ou critiquer Angela Merkel était totalement interdit dans notre pays . Pour beaucoup de nos médias, de nos politiques et de nos élites elle incarnait le modèle que nous devions suivre sous peine de devenir un pays du tiers monde. J'exagère à peine.

Il y a quelques moins encore, son désir d'accueillir les migrants en masse la faisait passer pour le nouveau Gandhi aux yeux de la bien-pensance mondiale.

Mais la belle machine à commencé à se gripper avec les événements de Cologne, ou de nombreuses femmes allemandes ont été agressées par de jeunes migrants. 

En juillet dernier ce sont plusieurs attaques violentes qui se sont produites dans le pays, dont deux perpétrées par de jeunes réfugiés .

Malgré tous ces événements, la Chancelière a affirmé sa volonté de continuer à être la championne du monde en ce concerne la politique d'accueils des migrants.

On peut d'ailleurs voir ici à quel point l'Allemagne semble sur une autre planète en ce qui concerne l'accueil des réfugiés.

C'est donc cette politique qu'allait pouvoir juger les électeurs d'une région de l'ex-RDA, fief d'Angela Merkel, ce dimanche.

C'est une véritable gifle pour la CDU, le parti de la Chancelière qui n'arrive qu'en 3ème position avec un score à peine supérieur à 19 %.

C'est plus de dix points derrière le SPD qui fait environ 30%, mais surtout derrière le parti d'extrême droite AfD avec ses 21%.

On voit aujourd'hui que Merkel réussi l’exploit insensé de ressusciter l'extrême droite en Allemagne, une conséquence de sa politique d'immigration hors du commun qui sert avant tout les intérêts du patronat allemand. Tout ceci au détriment de la sécurité et de l'avenir du peuple qui a décidé ce dimanche d'envoyer un message fort à sa Chancelière.

Et que vont dire nos élites face à ce résultat?

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Allemagne

Repost 0

Publié le 4 Septembre 2016

  • L'Allemagne veut obliger les mères à avouer leur infidélité.

    D’après un projet de loi adopté mercredi 31 août en conseil des ministres, un homme contestant la paternité de son enfant pourra désormais saisir la justice pour obtenir de la mère qu’elle révèle l’identité de celui – ou de ceux – avec qui elle a eu des relations sexuelles « pendant la période de conception ».

    Selon le gouvernement, il s’agit de mieux garantir la « sécurité juridique » de ceux qui sont reconnus comme pères sur le plan légal.

    «Nous voulons assurer davantage de droits et de moyens de recours légaux aux "faux pères", explique le ministre. La mère ne doit pouvoir garder le silence que s’il y a des raisons très sérieuses de ne pas identifier le père biologique.»

    Lire cet excellent article sur le sujet.

    http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20160831.OBS7211/allemagne-les-meres-forcees-de-devoiler-le-nom-de-leur-amant-quelles-consequences.html

    Il ne reste plus qu'à savoir quelles méthodes vont être utilisées pour obliger les femmes allemandes à parler.

     

    Et bien sur..

     
  •  

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Allemagne

Repost 0

Publié le 14 Juillet 2015

 

téléchargement

Tout le monde connait Harald Schumacher,  l’ancien gardien de but de la R.F.A, qui avait sauvagement  agressé Patrick Battiston un soir de juillet 1982 à Séville lors d’une demi-finale de Coupe du Monde restée dans toutes les mémoires.

A cette époque, l’image d’une Allemagne rude et intransigeante n’était pas seulement celle que donnait son équipe nationale.

Il y a plus de 30 ans dans nos campagnes, il n’était pas rare d’entendre encore parler de l’allemand en des termes qui n’avaient guère changé depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

Bien sur, à cette époque une grande partie de la population française avait connu l’occupation et il en fallait peu , comme un match de football, pour réveiller les vieilles rancœurs.

Mais avouons que depuis plus de 60 ans l’Allemagne a tout fait pour changer son image, pour devenir un pays « comme les autres ». Mais ce qui aura définitivement gommé le passé et ressoudé les liens entre les deux nations, c’est le couple Kohl-Mitterrand.

Ces dernières années, même la Mannschaft a tenu elle aussi a bouleverser ce coté rugueux en optant pour un jeu beaucoup plus offensif, avec des joueurs issus de l’immigration.

Mais tout ce travail construit petit à petit depuis des décennies pour redonner une image respectable de l’Allemagne a été sérieusement entamée ces derniers jours.

En effet, au vu du comportement de ses dirigeants lors des négociations avec la Grèce on est en droit de penser que l’Allemagne a en la circonstance montré son vrai visage .  Auquel cas il faudrait s’interroger sérieusement sur son attachement à l’Europe, et plus grave, sur sa réelle solidarité avec les nations qui en font partie.

Si l’on doit remercier Alexis Tsipras pour au moins une raison, c’est d’avoir réussi à faire tomber les masques de cette union de pacotille .

Et au contraire des médias français qui cherchent toujours à protéger tout ce qui vient d’outre-Rhin, la presse allemande n’est pas tendre avec ses dirigeants.

Car si la ligne dure voulue par Angela Merkel et son ministre des Finances Wolfgang Schäuble a au final été imposée aux grecs, ce n’est pas sans conséquences au niveau diplomatique.

Jugez plutôt. Selon « Der Spiegel » , « le gouvernement allemand a détruit en un week-end plusieurs décennies de diplomatie ». Pour l’hebdomadaire Mme Merkel a imposé un « catalogue des horreurs » destiné à « humilier la Grèce ».

 Pour Mathias Müller von Blumencron, du quotidien conservateur « Frankfurter Allgemeine Zeitung », « La ligne est mince entre sauver et punir la Grèce. Cette nuit, cette ligne a disparu ».

Dans le « Süddeutsche Zeitung », journal bavarois de centre-gauche,il est écrit que« Merkel a réussi à raviver l’image d’une Allemagne laide, avare et au cœur sec, qui commençait seulement à s’estomper ». « Chaque centime d’aide à la Grèce que les Allemands ont tenté d’épargner devra être dépensé deux ou trois fois dans les prochaines années pour redorer cette image ».

Comme on le voit, la presse allemande fait preuve de beaucoup de lucidité lorsqu’elle regrette l’intransigeance et l’égoïsme montrés par ses dirigeants lors de ces négociations. Elle comprend bien que tout cela  ne sera pas sans conséquences  .

Bien évidemment, ce retour de l’Allemagne « Schumacher », ou tous les coups sont permis pour gagner, risque de laisser des traces dans l’opinion publique de nombreux pays et pour de longues années .

Mais allons-y, exigeons du peuple grec encore plus de souffrances alors que l’argent existe, qu’il est dans les paradis fiscaux, dans les banques, ou parmi les grosses fortunes qui refusent la moindre solidarité.

Plumons ces fainéants de grecs.  Puis demain ils trouverons de nouvelles raisons pour que nous approuvions la mise à mort des portugais, puis des espagnols, puis des italiens……puis NOUS.

Je ne sais pas pourquoi, tout à coup je pense à ça.

Et il y aura toujours au moins un traître pour critiquer la France et les français, vous savez celui qui exige qu’on se range systématiquement du coté des allemands.

Vive l’Europe qui nous protège de la guerre nous dit-on . Et si c’était la façon dont elle fonctionne actuellement, avec la volonté de détruire tout ce qui peut ressembler à de la souveraineté , qui nous conduisait vers l’apocalypse ?

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Europe, #Allemagne, #Grèce

Repost 0

Publié le 28 Septembre 2014

 

téléchargement

Ce lundi, l’un de économistes les plus influents d’Allemagne, Marcel Fratzscher, 43 ans, sort un livre qui risque de faire du bruit, son titre "Allemagne, l’illusion" ("Die Deutschland Illusion").

L’ouvrage commence ainsi : "L’économie de ce pays est en échec. Sa croissance depuis l’an 2000 est plus faible que la moyenne européenne. Les salaires ont progressé moins vite. La pauvreté, en hausse, touche un enfant sur cinq".Bienvenue en… Allemagne.

Voici le portrait que dresse de son pays le président de l’Institut de recherches DIW, à Berlin, qui comme d’autres économistes de premier plan, veut en finir avec les idées reçues .

Pour lui il est temps de dire la vérité, que par exemple le revenu moyen d’un ménage allemand a baissé de 3% depuis l’an 2000, et que plus grave, cette baisse atteint 5% pour les 10% les plus pauvres.

Marcel Fratzscher se préoccupe également de la chute des investissements dans l’économie allemande. Il nous dit que de 23% du PIB en 1990, on est passé à 17% aujourd’hui, alors que la moyenne des pays industrialisés est de 20%.

Pour l’économiste il est évident que si on ne change pas la politique actuelle le déclin de l’économie allemande, qui a commencé ces derniers mois, va s’accélérer.

Ce livre vient après celui d’un autre économiste allemand , Olaf Gersemann, chef du service économique du groupe de médias Welt, qui a publié "La bulle Allemagne", ("Die Deutschland Blase"), sorti lundi dernier.

Pour lui aussi, l’Allemagne s’apprête à déchanter : "Nous assistons au chant du cygne d’une grande nation économique", ajoutant qu"il est convaincu que son pays profite d’une conjonction de circonstances très favorables qui vont  bientôt disparaître, voire s’inverser."

Il prévoit pour son pays un destin peut encourageant en pensant que  "l’Allemagne est en voie de redevenir "l’Homme malade de l’Europe". "L’Allemagne se proclame modèle du monde (…) mais l’orgueil précède la chute". 

M. Gersemann nous fait une révélation qui va en surprendre plus d’un, et faire réfléchir tous ceux qui n’ont que le modèle allemand à nous vendre matin, midi et soir.

Sachez chers amis, que sur les 20 ans qui viennent de s’écouler l’Allemagne se classe  classe au 156e rang sur 166 pays pour la croissance,  aux côtés de pays comme l’Italie, le Portugal, l’Ukraine, Haïti, ou encore la Grèce à qui elle fait la morale en permanence.

Enfin l’auteur revient sur les réformes du chancelier Schröder au début des années 2000 en nous disant qu’elle ne sont "pas la raison du miracle de l’emploi en Allemagne".

Pour lui, les succès récents du pays viennent plutôt de sa puissante industrie automobile et de ses entreprises de machines-outils, parfaitement positionnées pour profiter de l’essor d’une vaste classe moyenne dans les pays émergents, notamment en Chine. Il n’oublie pas de mentionner que l’Allemagne a aussi profité de la flambée de consommation chez ses voisins où les salaires progressaient quand elle-même se serrait la ceinture.

L’effondrement des naissances a également permis de "considérablement allégé la facture des ménages et de l’Etat". Mais ceci n’est qu’une aubaine à court terme pour l’auteur bien sur. En 2050,  l’Allemagne  ne sera plus que la troisième nation d’Europe de l’Ouest, derrière la Grande-Bretagne et la France . Plus grave, cette baisse de naissance risque d’avoir de lourdes conséquences pour financer les futurs retraités.

Les défenseurs de L’Allemagne qui ne sont jamais à court d’arguments avancent qu’avec l’immigration nos voisins pourraient régler leur problème des naissances, sauf que pour l’endiguer  il faudrait 400.000 à 500.000 immigrés par an, perspective "irréaliste" à long terme pour les experts.

Quant aux éditorialistes qui sévissent en permanence dans nos médias, et qui brandissent en permanence la pancarte "germanophobes" à la face de ceux qui osent émettre la moindre critique contre le modèle allemand, tout comme ils hurlaient "anti-américanisme primaire" dès que l’on s’en prenait à l’Amérique de Bush, il va leur falloir trouver autre chose pour démolir ces économistes allemands.

 

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Allemagne

Repost 0

Publié le 14 Juillet 2014

téléchargement

Souvenez-vous, nous étions dans les années 80 , et à l’époque l’Equipe de France de Football était emmené par Michel Platini.

Après le Mondial Argentin de 1978, ou elle était sortie au premier tout par le pays organisateur et l’Italie, la sélection de Michel Hidalgo allait brillé 4 ans plus tard, lors du Mondial  espagnol.

A cette époque, sa force se situait surtout au milieu de terrain. Platini, Giresse et Tigana éclaircissaient le jeu de leur inspiration. En défense Marius Trésor, Manuel Amoros ou Maxime Bossis démontraient à la face du monde qu’ils n’avaient rien à envier aux meilleurs.

Ce Mondial 1982 se terminera pour ces bleus là par l’historique demi-finale de Seville face à la RFA de Shumacher et Rummenigge.

Deux ans plus tard, le même groupe à de rares exceptions près(départ de Trésor, arrivée de Luis Fernandez), sera de l’épopée qui réussira à remporter le premier titre majeur du football français, le championnat d’Europe des Nations. Emmené par un Platini au sommet de son art (9 buts en 5 matchs), les bleus battent l’Espagne en finale.

Cette génération talentueuse allait vivre sa dernière grande compétition au Mexique en 1986. Après avoir battu facilement les champions du Monde en titre, l’Italie en 1/8ème de finale, ils doivent affronter en 1/4 de finale le Brésil de Socratès, Zico et Careca. Dominés pendant une grande partie du match, le bleus réussissent l’exploit d’éliminer la sélection Auriverde aux tirs au but. Pelé qualifiera quelque peu exagérément cette rencontre de « match du siècle ». L’équipe de France sera éliminée lors du match suivant par l’Allemagne.

Ces bleus là, qui pratiquaient un football Champagne, et qui nous ont offert des émotions que nous n’oublierons jamais, étaient surnommés les « Brésiliens de l’Europe ». Aujourd’hui, à l’heure ou les brésiliens ne pratiquent plus le football samba mais le football s’en va, ou ils se comportent comme des robots sans âme, sans imagination et sans inspiration, on cherche ailleurs les joueurs et les équipes qui pratiquent le football qui nous fait aimer ce sport depuis que nous sommes enfants.

Il y a en Europe une équipe qui depuis 2006, et la Coupe du Monde qu’elle a organisé, a totalement bouleversé sa façon de jouer, c’est l’Allemagne.

Face à plusieurs échecs successifs survenus à la fin des années 90 et au début des années 2000, cette équipe que nous aimions détester par-dessus tout, et pas seulement pour le souvenir que nous gardons de 1982, mais surtout pour ce football physique et sans grande imagination qui lui permettait de remporter le Mondial 1990, l’un des plus triste de l’histoire au niveau du jeu pratiqué, le football allemand a décidé de révolutionner tout cela.

C’est sous l’influence de l’ancien international Jurgen Klinsmann, qui sera le sélectionneur de 2004 à 2006, que l’équipe nationale bouleverse son jeu. Cette équipe, faite de jeunes joueurs, pratique depuis cette période un football offensif et très technique .

Eliminée en demi-finale de son mondial en 2006, cette nouvelle Allemagne séduit les observateurs.

Jugen Klinsmann passe le relais à son adjoint Joachim Löw, qui est toujours là 8 ans plus tard.

Dans cette équipe, qui n’avait jusqu’ici jamais remporté aucun titre majeur tout en se hissant à chaque fois dans le dernier carré des grands tournois, on trouve de nombreux joueurs issus de l’immigration (polonais, turcs, ghanéen, tunisien).

En Allemagne, on commençait à reprocher à cette équipe de ne pas savoir gagner, de manquer de caractère, certains réclamaient même le retour des bonnes vieilles recettes qui ont fait gagner la nationalmannschaft . D’autres, comme le ministre allemand de l’intérieur, ont reproché à certains joueurs de ne pas chanter l’hymne national (tiens, tiens) :“Je serais heureux qu’ils reconnaissent leur pays en chantant l’hymne.” .

C’est vrai que de chanter l’hymne prouve que l’on va se donner plus sur le terrain. Il suffit de voir évoluer les brésiliens pour démonter l’absurdité d’un tel raisonnement .

Mais revenons à notre sujet.

La victoire de l’Allemagne ce dimanche 13 juillet c’est aussi la victoire du football, de l’intelligence de dirigeants, qui a un moment donné ont su se poser les bonnes questions pour transformer un modèle qui non seulement ne gagnait plus, mais qui de plus faisait que l’on n’aimait pas cette équipe.

Bien sur cette finale contre l’Argentine n’a pas été simple à remporter, elle aurait très bien pu basculer de l’autre coté. Mais le but qui donne la victoire à l’Allemagne ne symbolise-t-il-pas à la perfection le travail effectué depuis de longues années?

En effet, le déboulé sur l’aile de Schürrle et le centre parfait pour Mario Götze,qui réussi un geste technique de très grande classe, n’est-il pas représentatif de ce que produit le football allemand depuis maintenant 8 ans.

A contrario, il suffit de voir les gestes techniques qu’ont raté les argentins face au but lors de cette finale pour mieux comprendre le travail effectué par les allemands pendant toutes ces années.

Rien que pour cette différence technique, le titre de Champion du Monde de l’Allemagne est amplement mérité.

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Coupe du Monde, #Allemagne, #Football

Repost 0