Publié le 5 Avril 2017

Mon Top 10 Cinéma.

Voici un classement totalement subjectif qui évolue avec les années, le classement de "mes" meilleurs films.

Vous remarquerez qu'il s'agit d’œuvres anciennes  réalisées avant 1960.

Bien sur beaucoup d'excellents films ont été tournés depuis cette époque, mais j'ai tendance à penser que les réalisateurs modernes doivent beaucoup à leurs prédécesseurs, et que par conséquent, leur oeuvre ne serait pas aussi prestigieuse sans leurs illustres aînés.

Une réflexion basée sur l'aveu de certains grands réalisateurs. Et puis ce parti-pris possède le mérite de rendre hommage à un cinéma que les plus jeunes connaissent peu ou pas.

Voici donc mon top 10:

1 "La vie est belle" (1946) de Frank Capra.

Attention, rien à voir avec le film de  Roberto Benigni  de 1998. Le film de Frank Capra est considéré comme l'un des meilleurs de l'histoire du cinéma. Un chef-d'oeuvre de tendresse et d'humanisme .

2 ."The Shop Around The Corner" (1940), d'Ernst Lubitsch.

Comme toujours avec Lubitsch, beaucoup d'humour bien sur. Mais il y a en plus dans "The Shop Around The Corner", une grande sensibilité, une délicieuse mélancolie, un charme slave (l'action se situe dans un pays d'Europe centrale).

 Lubitsch nous montre des êtres ordinaires sur leur lieu de travail, qui naviguent entre la menace qui pèse sur leur emploi et leurs histoires de cœurs. 

Un chef-d'oeuvre.

3."Les Lumières de la ville" (1931) de Charles Chaplin.

Chaplin alterne comique pur et mélodrame avec un talent et une facilité inégalable.

Orson Welles n’avait de cesse de répéter que "Les Lumières de la Ville" était le plus beau film de tous les temps.

4. "Le corbeau" (1943) de Henri-Georges Clouzot .

Le pouvoir de Vichy trouvait que le film montrait une image bien trop sombre de la France. Ce fut le même constat du coté de la Résistance, d'autant plus que Clouzot travaillait pour la Continental, compagnie de cinéma régie par l’occupant allemand.

 A la Libération, le réalisateur se vit interdire à vie toute activité cinématographique dès juin 44 (cette peine fut finalement réduite à deux ans).

Clouzot n'était ni collabo, ni résistant, il était avant tout un misanthrope. 

Personne n'a oublié la scène scène métaphorique de l’ampoule, ou personne n’est tout blanc ou tout noir . Elle résule à elle seule l'esprit du film et celui de Clouzot.

5."Eve" (1950) de Joseph L Mankiewicz.

Ambition, trahison et manipulation, tout cela dans le milieu du théâtre et avec un casting de rêve. 

Mankiewicz est géniale derrière la caméra. Ses dialogues  atteignent des sommets. Un pur chef-d'oeuvre du cinéma.

6. "La Rivière Rouge" (1948) d'Howard Hawks.

Mon western préféré.

L'histoire d'un cow-boy et son fils adoptif, incarnés par John Wayne et Montgomery Clift.

Au fil du film le fils prend le dessus sur le père, il en va de même sur le jeune acteur qui est juste prodigieux de naturel dans son premier western.

Ne pas oublier le rôle important de la seule présence féminine. Comme souvent chez Hawks, elle est essentielle .

7."Chantons sous la pluie" (1952), de Stanley Donen et Gene Kelly

Vous avez le cafard, vous avez un ami qui fait une dépression. Ne vous inquiétez pas, j'ai la solution.

Visionnez ce film est tout ira pour le mieux. 

Des chansons d'une qualité rare que nous connaissons tous, énormément d'humour, des chorégraphies magnifiques. Bref la comédie musicale qui rend heureux.

8."La Grande illusion"(1937), de Jean Renoir.

Pour comprendre toute sa force,  rappelons ce que disait Goebbels de ce film qu'il fit interdire en Allemagne en le désignant comme"ennemi cinématographique numéro un". 

Un film qui garde toute la force de son message aujourd'hui encore.

9. "Rebecca" (1940) d'Alfred Hitchcock .

"L'Ombre d'un doute", "L'Inconnu du Nord-Express", "Une Femme Disparaît", "La Mort Aux Trousses".... Il y a tant de films du maître du suspense que j'ai adoré qu'il serait profondément injuste qu'il soit absent de ce classement.

Alors lequel choisir?

Le premier film américain d'Hichcock, "Rebecca", une adaptation d'un roman de  Daphne du Maurier.

Dans Rebecca on est à la limite du fantastique. Du mystère, du romanesque, une réalisation prodigieuse. Et puis il y a Laurence Olivier et Joan Fontaine. A voir et à revoir.

10. La Prisonnière du désert" (1956) de John Ford.

Considéré par beaucoup comme le meilleur western de l'histoire du cinéma.

Un film admiré par tous, même les réalisateurs français de la nouvelle vague. Ce film est aussi l'un des préférés de Scorsese. 

 

J'aurai pu aussi inclure "Casablanca" (1942) de Michael Curtiz,"Mr. Smith au Sénat" (1939) de Capra, "La Splendeur des Amberson" (1942) d'Orson Welles, "Trois camarades" (1938) de Frank Borzage, "Les Sept Samouraïs" (1954) d'Akira Kurosawa...

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Cinéma, #classique

Repost 0

Publié le 30 Mars 2017

Laura Cox s'est fait connaitre sur internet en reprenant des morceaux de guitare des plus grands groupes de rock. 

Dire Straits, ZZ Top, Free, Lynyrd Skynyrd,etc....,  la jeune fille nous a  proposée quelques belles surprises sur Youtube.

Aujourd'hui elle a fondé son groupe, "The Laura Cox Band", qui sort son premier album, "Hard Blues Shot".

Pour en savoir un peu plus....

https://www.lauracoxband.com/

En nous proposant cette musique qui n'est pas la plus appréciée en France, il est évident que Laura Cox et son groupe n'ont pas choisi la route la plus facile pour accéder au succès.

J'espère me tromper. 

On termine avec cette reprise de Lynyrd Skynyrd.

 

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Musique, #Rock

Repost 0

Publié le 19 Mars 2017

 

Chuck Berry, le véritable Roi du rock est parti.

Que dire sur Chuck Berry pour résumer son influence dans le monde du Rock?

 Arnold Schwarzenegger a déclaré : "Quand j'avais 10 ans et que, chaque nuit, je rêvais de partir en Amérique, c'est Chuck Berry qui était la bande son. Il avait rendu le monde rock. Repose en paix."

Chuck Berry était la bande son de l'Amérique de cette époque, il est celui qui a changé la musique que l'on allait écouter pendant de longues années. 

Il est sans nul doute possible le seul et unique Roi du rock. On peut penser que sa couleur de peau et sa vie sulfureuse l'en ont surement privé au profit d'Elvis Presley.

C'est à San Jose en Californie  le 18 octobre 1926 que vient au monde le petit Charles Edward Anderson Berry. Mais bientôt la famille de 6 enfants part s'installer  à Saint Louis dans le Missouri. 

Très vite il baigne dans  la musique en étant choriste à l'église, puis en apprenant la basse et la guitare .

C'est très jeune aussi, à 18 ans, qu'il doit affronter l’univers carcéral suite à un braquage à main armée .

A sa sortie de prison il enchaîne les emplois, mais contacté par le pianiste de blues Johnnie Johnson pour fonder un groupe, Chuck en devient rapidement le leader en orientant leur musique vers un nouveau son fait de  rythm'n'blues, de folk et de country.

C'est après avoir été recommandé par le géant du blues Muddy Waters que Chuck Berry peut enregistrer chez Chess Record "Maybellene", qui devient un tube aux USA. Nous sommes en 1955.

L'année suivante sort "Roll Over Beethoven"

En 1957.

«Si on rebaptisait le rock'n'roll, on l'appellerait Chuck Berry", disait John Lennon. 

 

Bob Dylan, quant à lui, le considérait comme le «Shakespeare du rock».

En 1958

Les Beach Boys en feront "Surfin Usa"

https://www.youtube.com/watch?v=sNypbmPPDco

 Son plus grand succès, « Johnny B. Goode », raconte l’histoire d’un jeune garçon réussissant à s’échapper de sa situation précaire grâce à ses dons musicaux.

En 1959, il invite une jeune apache de 14 ans à travailler dans sa boite de nuit. Alors que la jeune fille est arrêtée pour prostitution, Chuck Berry, accusé pour sa part d'avoir transporté une mineure entre deux États, est condamné à 5 ans de prison.

 

Grace notamment aux Beatles et aux Rolling Stones son répertoire a franchi l'Atlantique.   Chuck connait enfin le succès mérité. 

 Cependant, à cause de son extrême avarice ses concerts se révèlent souvent de piètre qualité. En effet, lorsqu'il partait en tournée, il embauchait des groupes locaux censé connaître tout son répertoire pour ne pas payer les frais de déplacement et de logement de son propre groupe .

De plus, lorsque la foule demandait un rappel il exigeait de l'argent au propriétaire de la salle sous peine de ne pas revenir sur scène et d'ainsi créer une émeute.

 Dans les années 1970, il a de nouveaux problèmes avec la justice en 1979 pour évasion fiscale, il plaide coupable et est condamné à 4 mois d'emprisonnement.

Dans les années 60 il remporte encore quelques succès.

Tout le monde connait ce morceau grâce à Quentin Tarantino qui l'a immortalisé dans "Pulp Fiction".

 

Étrangement , le seul morceau qui l'aura envoyé au sommet des  charts, « My Ding-a-Ling »a d’abord été enregistré par Dave Bartholomew en 1952. 

Quelques hommages:

Springsteen: "Chuck Berry était le plus grand des rockers, des guitaristes, et le plus grand des paroliers du rock qui ait jamais vécu. C'est une perte immense, la perte d'un géant, pour toujours".

Les Rolling Stones  : "C'était un vrai pionnier du rock, une influence  incroyable. Chuck Berry n'était pas seulement un brillant guitariste, un brillant chanteur, il était aussi brillant sur scène et, surtout, c'était un vrai maître en tant que parolier. Les chansons de Chuck Berry seront éternelles".

 

Un dernier pour la route avec ce morceau écrit en 1955. Ici en excellente compagnie.


 

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Hommage, #Rock, #Musique, #Chuck Berry

Repost 0

Publié le 18 Mars 2017

L'histoire:

Comment Sarah et Victor ont-ils fait pour se supporter pendant plus de 45 ans ? Qui était vraiment cette femme énigmatique vivant dans l'ombre de son mari ? 

Amour et ambition, trahisons et secrets nourrissent cette odyssée d'un couple hors du commun, traversant avec nous petite et grande histoire du dernier siècle.

Le premier film de Nicolas Bedos a bénéficié d'une large couverture dans les médias, ce qui, avouons-le, n'est pas toujours un gage de qualité.

Mais je ne vais pas tourner autour du pot, "Monsieur & Madame Adelman" est un excellent film.

Tout d'abord qu'il est bon de voir un film qui respecte le spectateur, qui au niveau de l’esthétisme ne ressemble pas à un téléfilm sur grand écran, ce qui se produit bien trop souvent dans le cinéma français.

Autre grande réussite, j'ai rarement vu des acteurs vieillir de 40 ans avec du maquillage en rendant un résultat si crédible.

Petite gène, on a été si habitué de voir Nicolas Bedos dans ses sketchs à la télévision qu'on se dit à quelques reprises qu'il oublie qu'il doit avant tout interprété un rôle. Étrangement, cette petit gène s'estompe lorsque le personnage de Victor prend de l'age, et que Nicolas ressemble de plus en plus à Guy.

Et puis à l'heure ou l'on refait le bilan de 14 années de présidence mitterrandienne pour y trouver toutes les qualités, Nicolas Bedos, en filigrane, n'oublie pas de charger une gauche qui s'est bien reniée depuis les années 70 .

"Monsieur & Madame Adelman" n'oublie personne .  L'embourgeoisement , l'usure du couple, la famille. A la fois drôle, tendre et cruel, le premier film de Nicolas Bedos est une réussite.

 

Que ce soit Denis Podalydès en psy, ou Pierre Arditi en père, les seconds rôles sont magnifiques.

Si on pose la question de savoir si Nicolas Bedos n'aurait pas du se contenter de rester derrière la caméra, il n'en est rien de sa compagne Doria Tillier, co-scénariste du film, qui crève l'écran et surprend pas la qualité exceptionnelle de sa prestation .

Même si "Monsieur & Madame Adelman"  possède quelques imperfections, il faut voir ce film si différent des comédies françaises habituelles qui se ressemblent toutes. Nicolas Bedos à le talent et le courage d'emmener le spectateur vers le haut, ici l'humour est aussi un prétexte pour nous faire réfléchir sur de nombreux sujets .

P.S

Je vous parlerai bientôt du sublime  " The lost city of Z".

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Cinéma

Repost 0

Publié le 15 Mars 2017

Soirée magique avec Loreena McKennitt au Grand Rex.

Hier soir se produisait au Grand Rex l'artiste canadienne Loreena McKennitt.

Née le 17 février 1957 de parents d'origine écossaise et irlandaise, très tôt, elle manifeste de l'intérêt pour le folklore de ses ancêtres. La musique et la danse d'influence celtique la captivent;notamment les premières productions d'Alan Stivell . Elle sort son premier album en 1985, Elemental", qu'elle distribue par ses propres moyens.On y trouve un poème de Yeats qu'elle a mis en musique, "The Stolen Child".

Sa voix particulière, ainsi que ses multiples talents de musicienne,  puisqu'elle joue de la harpe, du piano et de l'accordéon, la font rapidement connaître et les albums se succèdent avec un succès grandissant. 

A cette époque, elle assure la première partie de Mike Oldfield. D'ailleurs on trouve des similitudes dans les deux univers musicaux.

"The Mask and Mirror"(1994), et surtout "The book of secrets"(1997), sont incontournables.

Malheureusement toute médiale à son revers. Car si la carrière de Loreena McKennitt est à son sommet, un drame vient la frapper de pleine fouet puisque son compagnon se noie en mer, avec deux autres proches de Loreena, en 1998, dans la baie georgienne.

Après cette tragédie elle se retire de la scène pendant huit longues années .

Ses chansons évoluent au gré de ses voyages, de ses lectures, de ses découvertes.

 

Pour revenir sur la soirée d'hier, Loreena était entourée du guitariste Brian Hughes, qui a commencé à travailler avec elle en 1987.

Elle était également accompagnée de Caroline Lavelle (violoncelle, flûte à bec, voix), qui a totalement conquis le public présent sur place.     

 

A 3 ou 4 reprises est également apparu un violoniste dans ce concert d'une rare élégance.

Des moments de pure grâce ou l'émotion vous envahi . Un concert ou l'on ne sait plus en quel temps et dans quel lieu nous sommes, que l'on aimerait prolonger bien au-delà d'une soirée.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Musique, #Concert

Repost 0

Publié le 10 Mars 2017

Adaptations de chansons étrangères. Pour le meilleur et bien souvent pour le pire (2/2)

Après la décennie des années 60 qui a vu apparaitre une nouvelle mode , l'adaptation de  chansons étrangères, visionnons aujourd'hui quelques unes de celles des années 70.

Je vous disais l'autre jour que Claude François été surement le champion de l'adaptation, et il va continuer sur cette voix tout au long de sa carrière.

https://www.youtube.com/watch?v=67Wcl47wLCY

Une dernière, juste pour l'originale. 

 https://www.youtube.com/watch?v=HWa2uiiOBdM

Un artiste italien a été repris à de multiples reprises dans la chanson française . Voici quelques noms : Dalida : Monday Tuesday et Laissez-moi danser. Joe Dassin : Il était une fois nous deux, l'été indien, et si tu n'existais pas.Johnny Hallyday : Derrière l'amour. Hervé Vilard: Méditerranéenne.

A l'époque de ce morceau Toto Cutugno faisait partie du groupe Albatros.

https://www.youtube.com/watch?v=Pn_itowbTzs

De Barry Manilow on connait le Copacabana repris par Line Renaud. Mais qui a oublié son "Could it be magic"  repris bien sur par Donna Summer, mais aussi en français par Alain Chamfort .

https://www.youtube.com/watch?v=N1YrTl0Fgpc

Ici le fils de Woody Guthrie, Arlo, et cet excellent morceau, "City of New Orleans".

Avec une excellente adaptation de Joe Dassin.

https://www.youtube.com/watch?v=SkEyV7_eNBs

On reste dans le country rock .

Je ne vous présente pas la version française.

https://www.youtube.com/watch?v=w-W4VgQtLNA

Le groupe parfait des années 70 . A la fois bien kitsch et sympa, et puis la chanteuse sexy. 

https://www.youtube.com/watch?v=01nPe86_xSw

Pour ceux qui auraient oublié ces années là .

https://www.youtube.com/watch?v=A1C60DZCtqs 

Vous vous souvenez de ce tube.

Et de son adaptation improbable.

https://www.youtube.com/watch?v=ipDxiRCxf_w

Je ne connaissais pas la VO, mais c'est vraiment pas mal.

https://www.youtube.com/watch?v=sYpAUashFw4

Un autre chanteur qui a énormément pioché dans le réservoir anglo-saxon.

Ici dans celui de Fleetwwod-Mac.

https://www.youtube.com/watch?v=bYsHhwyiEnc

On ne peut y échapper.

https://www.youtube.com/watch?v=J_uFGylNCj0

Encore un peu.

https://www.youtube.com/watch?v=CN--rSppq5g

On termine avec Johnny

https://www.youtube.com/watch?v=-el1a3_y3Qg

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Musique

Repost 0

Publié le 7 Mars 2017

Adaptations de chansons étrangères. Pour le meilleur et bien souvent pour le pire (1/2)

Dans les années 60 et 70, les chanteurs français piochaient parmi les succès étrangers pour être en tête des hit-parade.

Le champion du genre est sans conteste Claude François, qui a massacré beaucoup de grands standards en les reprenant en français.

Voici un lien qui en dira plus.

http://www.topito.com/top-tubes-repris-cloclo

Et voici un morceau qu'il a osé reprendre avec le lien de sa reprise en dessous.

Je vous préviens , sa version est à mourir de rire.

https://www.youtube.com/watch?v=Irn4Mm3W5kU

 Vous connaissez Régine et son Azzuro.

https://www.youtube.com/watch?v=PoNAmEWca9E

Et l'original?

Un autre tube du célèbre chanteur italien sera repris en français.

https://www.youtube.com/watch?v=ZrD59hPMFXo

Restons en Italie

https://www.youtube.com/watch?v=doVy-zc-_gE

Et ce petit bijou des Beach Boys.

Massacré par Sylvie Vartan

https://www.youtube.com/watch?v=b1FZPCr_yDM

Il y a ces chansons dont on était persuadé qu'elles étaient nées chez nous.

https://www.youtube.com/watch?v=eOKlA4fshik

https://www.youtube.com/watch?v=tmXUfFW_xb0

https://www.youtube.com/watch?v=bEwc7g9Tr5Y

Bien sur, Johnny Hallyday n'a pas échappé à la mode de l'époque. Des morceaux comme "Le pénitencier", ou "Black is black" sont des adaptations.

Et aussi celle-ci...

https://www.youtube.com/watch?v=-39O5TdNxWg

Terminons avec une adaptation particulière, celle d'un tube français par un couple très particulier.

A suivre ......

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Musique

Repost 0

Publié le 27 Février 2017

Sécurité routière: Les gendarmes parlent .

Cette semaine j'ai découvert au cinéma un clip de la Sécurité routière particulièrement bouleversant.

Il nous montre des gendarmes venant témoigner sur un rôle particulièrement pénible de leur fonction, celui ou ils ont la lourde charge d'annoncer aux familles le décès d'un de leur proche dans un accident de la route .

On comprend que déjà sur le trajet qui les emmène porter la terrible nouvelle dans les familles, ils se posent de nombreuses questions .

Que font les familles à cet instant, et si elles font la fête, et si....?

Puis dès qu'ils pénètrent dans la maison, la plupart du temps les familles comprennent très vite qu'ils sont les porteurs d’événements insupportables.

On voit dans cette vidéo que ces gendarmes ne sortent pas indemnes de telles situations dramatiques. Le ton de leur voix, le moindre détail dont ils se souviennent, le regard surtout. 

Terrible ce gendarme qui dit "j'ai tuée cette femme". On a le sentiment qu'en venant annoncer la triste nouvelle il se sent complice du drame.

Cette mort si brutale s'est choisie comme émissaires ces hommes et ces femmes . Pour eux la mort fait partie intégrante de leur quotidien.

On comprend au travers de ce clip que les gendarmes ne s'habituent jamais à cette démarche au combien pénible de leur fonction. 

On sait depuis longtemps que le taux de suicide parmi la gendarmerie est plus élevé que dans le reste de la population française. Côtoyer la mort en permanence et la transporter dans des familles qui n'y sont pas préparées laissent obligatoirement des traces qui vont vous fragiliser psychologiquement.

Le cinéaste Jean-Xavier de Lestrade.(réalisateur de documentaires, primé aux Oscars pour "Un coupable idéal"), nous offre 5 minutes très forte,d'une grande sobriété, sans images chocs, mais avec des mots qui vous prennent à la gorge. 

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #sécurité routière

Repost 0

Publié le 26 Février 2017

"Noces" de

L'histoire:

Zahira, belgo-pakistanaise de dix-huit ans, est très proche de chacun des membres de sa famille jusqu’au jour où on lui impose un mariage traditionnel. Écartelée entre les exigences de ses parents, son mode de vie occidental et ses aspirations de liberté, la jeune fille compte sur l’aide de son grand frère et confident, Amir.

Une famille intégrée, sans histoire, et puis, et puis....

La religion , le poids des traditions, le mariage forcé. Oui mais voilà une jeune fille de 18 ans qui a grandi dans une société occidentale se rebelle face à tout cela.   Le film est très riche, de bons dialogues, de très bons comédiens avec l'extraordinaire Lina El Arabi dans le rôle de Zahira.

Le film est construit de façon très habile, très intelligente.

On trouve cette famille sympathique, on est parfois en colère, on doute, on espère, on s'inquiète, on ne sait plus quoi penser.

Et puis c'est tellement évident à la fin . Comment a-ton pu se laisser avoir?

Ici , même dans une famille qui parait bien intégrée on voit qu'il est impossible pour une jeune fille de s'émanciper, de vivre sa vie de jeune femme.

La fin du film nous vient comme une évidence . On se met à penser à ces politiques et ces pseudo-intellos qui passent leur temps à se tromper sur les responsables, à nous dire que tout va bien.

"Noces" est là pour leur rappeler que leur lâcheté est notre plus grand danger.L'intégration, les ghettos,l'école bien sur, mais aussi stopper ce recul permanent sur la laïcité qui fait que petit à petit les Zahira qui vivent chez nous n'ont plus leur destin entre leurs mains.

"Noces" est tout sauf manichéen, il nous montre des êtres humains avec leurs qualités et leurs défauts, mais son final est un argument d'une force  inouïe pour nous obliger à refuser la moindre compromission.

P.S

A noter que le film est inspiré d'un fait réel.


 

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Cinéma

Repost 0

Publié le 25 Février 2017

"Mes César 2017".

C'est hier soir qu'avait lieu la 42e cérémonie des Césars .

Parmi les scandales de la soirée, citons «Frantz» et ses 11 nominatations pour un seul César, celui de la meilleure photographie.

Voici les principales récompenses décernées:

- Meilleur film étranger : « Moi, Daniel Blake» de Ken Loach,

. Meilleur film d'animation : « Ma vie de courgette »

- Meilleur acteur dans un second rôle : James Thierrée pour « Chocolat »

. Meilleur documentaire : « Merci Patron ! »

. Meilleur premier film : « Divines »

. Meilleur espoir masculin : Niels Schneider pour « Diamant noir »

. Meilleur espoir féminin : Oulaya Amamra pour « Divines »

- César du meilleur film : « Elle» de Paul Verhoeven

- César du meilleur acteur : Gaspard Ulliel pour « Juste la fin du monde »

- César du réalisateur : le Canadien Xavier Dolan « Juste la fin du monde »

- César de la meilleure actrice : Isabelle Huppert pour « Elle »

- César de la meilleure actrice dans un second rôle : Déborah Lukumuena pour « Divines »

Si vous voulez rectifier le tir, voici les nominations.

http://www.telerama.fr/cinema/cesar-2017-decouvrez-la-liste-des-nominations,153226.php

Et voici mes récompenses.

- Meilleur film étranger : « Moi, Daniel Blake» de Ken Loach

. Meilleur film d'animation : 

- Meilleur acteur dans un second rôle : Gabriel Arcand pour Le fils de Jean

. Meilleur documentaire : « Merci Patron ! »

. Meilleur premier film : Diamant noir d'Athur Harari

(Excellent polar avec une histoire forte et une réelle ambiance qui peut rappeler celle des années 70.)

. Meilleur espoir masculin : Niels Schneider pour « Diamant noir »

. Meilleur espoir féminin : Paula Beer pour Frantz

"Mes César 2017".

- César du meilleur film : "Frantz" de François Ozon

- César du meilleur acteur : Pierre Deladonchamps pour Le Fils de Jean

- César du réalisateur : Anne Fontaine pour Les Innocentes.

- César de la meilleure actrice : Isabelle Huppert pour « Elle »

- César de la meilleure actrice dans un second rôle : Anne Consigny pour Elle.

"Mes César 2017".


 

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Repost 0