Il serait temps de penser à eux.

Publié le 12 Avril 2013

 

Je traverse la ville dont je n’attends plus rien
Au milieu d’êtres humains toujours renouvelés
Je le connais par coeur, ce métro aérien ;
Il s’écoule des jours sans que je puisse parler.

Oh ! ces après-midi, revenant du chômage
Repensant au loyer, méditation morose,
On a beau ne pas vivre, on prend quand même de l’âge
Et rien ne change à rien, ni l’été, ni les choses.

Au bout de quelques mois on passe en fin de droits
Et l’automne revient, lent comme une gangrène ;
L’argent devient la seule idée, la seule loi,
On est vraiment tout seul. Et on traîne, et on traîne…

Les autres continuent leur danse existentielle,
Vous êtes protégés par un mur transparent ;
L’hiver est revenu. Leur vie semble réelle.
Peut-être, quelque part, l’avenir vous attend.

Les moments immobiles que l’on vit presque en fraude
Et les petites morts, petits autodafés ;
C’était sur les deux heures et la ville était chaude,
Les bustiers fourmillaient aux terrasses des cafés

Et tout s’organisait pour la reproduction :
Comportements humains, jeux de dents, rires forcés
L’impossibilité permanente de l’action
Morceaux de vie qu’on rêve, bientôt désamorcés.

Les humains s’agitaient dans les murs de la ville :
Flots sur le boulevard, téléphones portatifs ;
Inquiétude sur la ligne, jeux de regards hostiles :
Tout fonctionne, tout tourne, et j’ai les nerfs à vif.

Michel Houellebecq – Le Sens du combat (1996)

 

 

Men walkin' 'long the railroad tracks

 Des hommes qui marchent le long des voies de chemin de fer

Goin' someplace there's no goin' back
Allant quelquepart, un lieu sans retour
Highway patrol choppers comin' up over the ridge
Les hélicoptères de la police des autoroutes surgissent au-dessus de la crête
Hot soup on a campfire under the bridge
Une soupe chaude dans un feu de camp sous le pont
Shelter line stretchin' round the corner
Une ligne de refuge se déroule autour du coin
Welcome to the new world order
Binevenue dans le nouvel ordre mondial
Families sleepin' in their cars in the southwest
Des familles dormant dans leur voiture dans le sud-ouest
No home no job no peace no rest
Pas de maison, pas de boulot, pas de paix, pas de repos

The highway is alive tonight
L'autoroute est vivante ce soir
But nobody's kiddin' nobody about where it goes
Mais personne ne charie personne a propos d'où il va
I'm sittin' down here in the campfire light
Je suis assis ici dans la lumière du feu de camp
Searchin' for the ghost of Tom Joad
Cherchant après le fantôme de Tom Joad

He pulls prayer book out of his sleeping bag
Il retire le livre de prières de son sac de couchage
Preacher lights up a butt and takes a drag
Le prêcheur allume un mégot et prends une bouffée
Waitin' for when the last shall be first and the first shall be last
Attendant après le moment où les derniers seront les premiers et les premiers les derniers
In a cardboard box 'neath the underpass
Dans un carton dans le passage souterrain
Got a one-way ticket to the promised land
Tu as un ticket sans retour pour la terre promise
You got a hole in your belly and gun in your hand
Tu as un trou dans le ventre et un flingue dans ta main
Sleeping on a pillow of solid rock
Dormant sur un oreiller de rocher dur
Bathin' in the city aqueduct
Te baignant dans l'aqueduc de la ville

The highway is alive tonight
L'autoroute est vivante ce soir
But where it's headed everybody knows
Mais où ca mène, tout le monde sait
I'm sittin' down here in the campfire light
Je suis assis ici dans la lumière du feu de camp
Waitin' on the ghost of Tom Joad
Cherchant après le fantôme de Tom Joad

Now Tom said "Mom, wherever there's a cop beatin' a guy
Maintenant Tom as dit "Maman, partout où il y a un flic qui tabasse un gars
Wherever a hungry newborn baby cries
Partout où un nouveau-né affamé pleure
Where there's a fight 'gainst the blood and hatred in the air
Où il y a un combat contre le sang et de la haine dans l'air
Look for me Mom I'll be there
Cherche après moi, Maman je serai là
Wherever there's somebody fightin' for a place to stand
Partout où il y a quelqu'un qui se bat pour un endroit où vivre
Or decent job or a helpin' hand
Ou un boulot decent ou une main tendue
Wherever somebody's strugglin' to be free
Partout où quelqu'un se bat pour être libre
Look in their eyes Mom you'll see me. "
Regarde dans ses yeux, Maman tu me verras"

The highway is alive tonight
L'autoroute est vivante ce soir
But nobody's kiddin' nobody about where it goes
Mais personne ne charie personne a propos d'où il va
I'm sittin' downhere in the campfire light
Je suis assis ici dans la lumière du feu de camp
With the ghost of old Tom Joad
Avec le fantôme du vieux Tom Joad

 

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Politique

Repost 0
Commenter cet article

geka 16/04/2013 10:52


Rien à ajouter... tout est dit en poésie... en chansons et en commentaires... ah si ! "The Boss"... lui aussi comme "engagé"... on fait pas beaucoup mieux ! merci de cet agréable moment
mon Ami !!

fatizo.over-blog.com 16/04/2013 11:18



Oui, c'est pourquoi j'ai préféré n'y ajouter aucun de mes mots , ils auraient eu l'air bien fades à coté .


Bonne journée Geka . Amitiés .



ASTOR 16/04/2013 05:31


Voilà qui donne envie de voir "Les raisins de la colère".


Bonne journée Fatizo

fatizo.over-blog.com 16/04/2013 08:08



Voir ou (et) lire . Une oeuvre magnifique .


Voici ce que j'avais fait sur le Post .


http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2010/01/09/1878337_les-raisins-de-la-colere-the-grapes-of-wrath-john-steinbeck-john-ford.html


Bonne journée Astor



rosemar 13/04/2013 21:00


La chanson de Lavilliers est magnifique : bravo por ce choix ! Je ne connaissais pas le poème de Houellebecq...


 


Belle soirée fatizo...

fatizo.over-blog.com 13/04/2013 21:43



Je sais que Lavilliers est allé soutenir les ouvriers de Gandrange . Son père était
d'ailleurs syndicaliste et travaillait à la Manufacture de St Etienne . Quant à sa mère elle était assistante sociale . On comprend mieux son engagement .


Pour Houellebecq, que je n'apprécie guère comme homme mais aussi comme écrivain , j'ai
trouvé ce poème par hasard en voulant faire cet article sur ce sujet .


Bises et belle soirée Rosemar



L. HATEM 13/04/2013 11:25


Bonjour l'ami Fatizo, Je savais Houellebecq écrivain mais pas poète... Beau texte, et belle chanson que tu as pris le temps d'intercaler la traduction au texte d'origine ! Bravo !


Et bon WE

fatizo.over-blog.com 13/04/2013 12:03



Malheureusement je n'ai pas ce talent de traducteur .


Heureusement, on trouve d'excellentes traductions sur le net .


Bon WE L Hatem