Eux aussi furent des Stars. Aujourd'hui Edward G. Robinson.

Publié le 21 Décembre 2012

                                                          images--1--copie-1.jpg

Edward G. Robinson, de son vrai nom Emanuel Goldenberg, est né à Bucarest (Roumanie)  le 12 décembre 1893 , et est décédé d'un cancer le 26 janvier 1973 à Hollywood .
Né dans une famille de confession juive s'exprimant en yiddish, il arrive aux Etats-Unis avec sa famille en 1903 . A dix-huit ans, il s'inscrit à l'Académie d'art dramatique de New York et débute au théâtre en 1913. 
Il se fait peu à peu connaître à Broadway, et fait quelques apparitions au cinéma muet à partir de 1913 . 
En 1927, Robinson épouse l'actrice Gladys Lloyd avec laquelle il aura un fils.
Jusqu'en 1930, Edward G. Robinson interprète des petits rôles . Sa carrière prend son envol en 1931 gràce à "Little Caesar" de Mervyn LeRoy. 
                           telechargement--2--copie-2.jpg
Le visage froid et l'attitude frustre le désignent pour incarner à merveille le caïd du film . Suite au succès du film, la Warner l'engage pour jouer les gangsters. Edward G. Robinson devient ainsi le dur à la voix râpeuse et au faciès ingrat. Il multiplie les emplois du genre, tout en y apportant une touche très personnelle ; il est un gangster chinois dans "Le bourreau" (1931) de William A. Wellman. L'année suivante, Howard Hawks lui offre un rôle du chasseur de requin manchot du "Harpon rouge" (1932). Hawks toujours , lui fait interpréter un patron de saloon dans "Ville sans loi" (1935), où il interprète  un patron de saloon. Toujours en cette année 1935, on le retrouve dans "Toute la ville en parle" de John Ford.
                                    telechargement--3--copie-1.jpg
En 1937, c'est Michael Curtiz qui l'engage dans "Le dernier combat" . Il partage l'affiche avec Bette Davis et Humphrey Bogart .
               
Le même Michael Curtiz lui fera à nouveau confiance dans l'excellent film  "Le Vaisseau fantôme" en 1941.
                                              16141-1.jpg
Puis l'acteur s'oriente vers des personnages plus humains : émouvant en docteur Erlich découvrant un remède contre la syphilis dans Dr Erlich's magic bullet (1940) de William Dieterle, il devient un homme vieilli et bafoué dans La femme au portrait (1944) de Fritz Lang.
               005736_apx_470_.jpg
Toujours en 1944 dans  "Assurance sur la mort" de Billy Wilder
                           
 Il revient en force en gangster dans Key Largo (1948) de John Huston . 
                             
Entre 1950 et 1952, victime du maccarthysme, il est soupçonné d'être sympathisant communiste . Il se cantonne alors dans des productions de série B. et c'est Cécil B. DeMille qui lui offre en 1956 le rôle de Dathan dans la super production "Les dix commandements".
                                                                 telechargement-copie-1.jpg
Toujours prêt à élargir la gamme de son talent, Edward G. Robinson prouve qu'il sait aussi jouer la comédie, incarnant un petit-bourgeois italien dans Un trou dans la tête (1959) de Frank Capra.

Gangster et policier, capitaine de navire et metteur en scène, banquier italien et journaliste, caïd de la pègre etc..., Edward G. Robinson aura tout interprété, et les plus grands réalisateurs américains, notamment John Ford, Joseph L. Mankiewicz, Orson Welles , Howard Hawks , Fritz Lang , Vincente Minnelli, le dirigèrent. Son talent fit de lui l'un des meilleurs acteurs américains de sa génération .
                      
Il était également un collectionneur illustre de tableaux, dont des Renoir et des Monet .Lors de son divorce d'avec Gladys Lloyd, il fut d'ailleurs contraint de vendre bon nombre de ses tableaux .
On lui décerna un Oscar pour l'ensemble de son œuvre,un Oscar qu'il ne reçu jamais car il décéda d'un cancer le 26 janvier 1973 à Los Angeles, soit deux mois avant la cérémonie.
                                             images--4-.jpg
                                                Dans "Soleil Vert"
Parmi son immense carrière....
1931 : Le Petit César (Little Caesar) de Mervyn LeRoy
1932 : L'Honorable Monsieur Wong (The Hatchet Man) de William A. Wellman
1932 : Le Harpon rouge (Tiger Shark) d'Howard Hawks
1932 : Valet d'argent (Silver Dollar) d'Alfred E. Green
1933 : I Loved a Woman d'Alfred E. Green
1934 : L'Homme aux deux visages (The Man with Two Faces)
1935 : Ville sans loi d'Howard Hawks
1935 : Toute la ville en parle de John Ford
1936 : Guerre au crime de William Keighley
1937 : Le Dernier Combat de Michael Curtiz
1937 : Le Dernier Gangster d'Edward Ludwig
1938 : Un meurtre sans importance (A Slight Case of Murder) de Lloyd Bacon
1938 : Le Mystérieux docteur Clitterhouse d'Anatole Litvak
1939 : Les Aveux d'un espion nazi d'Anatole Litvak
1940 : La balle magique du Docteur Ehrlich de William Dieterle
1940 : Une dépêche Reuter de William Dieterle
1941 : Le Vaisseau fantôme de Michael Curtiz
1941 : L'Entraîneuse fatale de Raoul Walsh
1942 : Six destins de Julien Duvivier
1943 : Obsessions de Julien Duvivier
1944 : Tampico de Lothar Mendes
1944 : La Femme au portrait de Fritz Lang
1944 : Assurance sur la mort de Billy Wilder
1945 : La Rue rouge de Fritz Lang
1946 : Le Criminel d'Orson Welles
1947 : La Maison rouge (The Red House) de Delmer Daves
1948 : Les Yeux de la nuit de John Villiers Farrow
1948 : Key Largo de John Huston
1948 : Ils étaient tous mes fils (All My Sons) d'Irving Reis
1949 : La Maison des étrangers (House of the stangers) de Joseph L. Mankiewicz
1949 : Les Travailleurs du chapeau de David Butler
1950 : My Daughter Joy de Gregory Ratoff
1953 : Investigations criminelles (Vince Squad) de Arnold Laven
1953 : Big Leaguer de Robert Aldrich
1954 : Mardi, ça saignera d' Hugo Fregonese
1954 : Le Crime de la semaine de Jack Arnold
1955 : Le Souffle de la violence de Rudolph Maté
1955 : Coincée (Tight spot) de Phil Karlson
1955 : Colère noire de Frank Tuttle
1956 : Les Dix Commandements de Cecil B. DeMille
1959 : Un trou dans la tête de Frank Capra
1960 : Les Sept Voleurs de Henry Hathaway
1960 : Pepe de George Sidney : (Caméo)
1962 : Quinze jours ailleurs de Vincente Minnelli
1963 : Pas de lauriers pour les tueurs de Mark Robson
1964 : Prête-moi ton mari de David Swift
1964 : Les Sept Voleurs de Chicago de Gordon Douglas
1964 ; L'Outrage de Martin Ritt
1964 : Les Cheyennes de John Ford
1965 : Le Kid de Cincinnati de Norman Jewison
1967 : L'Or de Mackenna de Jack Lee Thompson
1967 : Le Carnaval des truands de Giuliano Montaldo
1968 : Frissons garantis de Jerry Paris
1968 : Au diable les anges de Lucio Fulci
1973 : Soleil vert de Richard Fleischer

 

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Cinéma

Repost 0
Commenter cet article

rosemar 23/12/2012 11:56


Quelle filmographie ! Un acteur dont on se souvient :Soleil vert ou encore les dix commandements...Mais les films ne sont toujours pas sous titrés...Dommage!


Joyeux Noël fatizo...

fatizo.over-blog.com 23/12/2012 13:03



Bonjour Rosemar,


Malheureusement de nos jours si tu n'as pas le cable avec des chaines comme TCM ou Ciné Classic, tu ne peux voir tous ces films .


Pour les videos sur Youtube  il est très rare d'en trouver en version française ou sous-ttités, hélas .


Bises et bonnes fêtes de Noël à toi aussi .



geka 23/12/2012 09:23


Quel homme ! et quel acteur !!! "Soleil vert" son dernier rôle et sa mort programmée comme un dernier clin d'oeil !!! Lorsqu'il a choisit son nom de scène c'était également un clin d'oeil
!! la chasse aux "juifs" en amérique étaitimportante et il devint "Robinson" traduction "fils de Rabin ....  quel bel hommage fatizo....a bientôt !!!

fatizo.over-blog.com 23/12/2012 13:00



Je ne connaissais pas cette anecdote sur le choix de son nom de scène . Cela prouve que l'homme ne manquait pas de caractère .


Bon dimanche l'ami .



Mary Blue 23/12/2012 01:33


Bonsoir Fatizo, 


 


J'ignorais son identité réelle et sa provenance, 


 quel acteur , quelle filmo , il a tourné avec les plus grands .


Dis donc qu'est - ce qu'elles se  prenaient comme baffes les personnages


féminins à l'époque !


 Je  pense avoir découvert  ses films en noir et blanc avec le Ciné -Club de l' A 2 ,


de  Claude Jean-Philippe, 


http://www.dailymotion.com/video/xg7rz_cine-club-d-antenne-2_shortfilms 


 


 J'ai raté le Minelli "Quinze jours ailleurs" , aucun souvenir , mais ses rôles dans


  les excellents "Le Kid de Cinninati " et "Soleil vert "  me sont bien restés  en mémoire
.


 


Merci bien'g de cet article, je te souhaite d'excellentes fêtes de fin d'année  ! !


 Et  en attendant 2013 et  le prochain jeu ...


 bizzzz MB  


 PS / Mon émission de cinéma  préfèrée reste celle  des années 80/90 "Cinémas


Cinémas", de Claude Ventura , Andreu et Boujut ...


http://www.dailymotion.com/video/x1pkoo_ba-cinema-cinemas-antenne2-1988_news


 


 


   


 

fatizo.over-blog.com 23/12/2012 12:58



Bonjour Mary-Blue,


Il faut dire aussi  qu'on ne diffuse plus de films en noir et blanc sur les chaines généralistes de puis fort longtemps.


Jusque dans les années 70 on diffusait des fils de tous les genres et de toutes les époques .


De nos jours pour bénéficier de ces films il faut être cablé . 


De ce fait les moins de 30 ans n'ont aucune culture cinématographique. Dès qu'on parle d'un film qui dépasse les années 90 on a le sentiment de leur parler de la préhistoire. C'est affligeant de
les voir dans leur bulle du modernisme, une bulle dont ils se refusent de sortir .


"Quinze jours ailleurs" se situe dans le ilieu du cinéma, tout comme "Les ensorcelés" du même Minnelli, qui est bien meilleur .


Le Ciné-club de Claude-Jean Phillippe, tout une époque .


Excellentes fêtes de fin d'années à toi aussi, et à l'année prochaine pour de nouvelle aventures énigmatiques .Bises



ALEA JACTA EST 22/12/2012 09:15


Immense acteur toujours très crédible quelque soit le rôle qu' il incarnait...un visage fait pour le noir et blanc qui accroche la lumière.


J' avais adoré son interprétation de joueur professionnel de poker dans le Kid de Cincinnati : dans mes jeunes années, j' avais essayé de copier son expression impassible  avec mes
partenaires de jeu  mais avec beaucoup moins de succès que lui !

fatizo.over-blog.com 22/12/2012 11:20



J'espère juste que tu n'y a pas laissé trop de plumes !


http://www.youtube.com/watch?v=iefpVcd4wLo


Bon week-end à toi .



L. HATEM 22/12/2012 07:38


Donc ce gangster était roumain... quel talent !


Joyeux Noël mister jeux... :o))

fatizo.over-blog.com 22/12/2012 11:16



Un gangster d'origine roumaine!


Bon sang mais c'est bien sur , comme JF Copé 


Joyeux Noël à toi aussi lib- cycliste 



popol 21/12/2012 21:38


Bonne soirée.

fatizo.over-blog.com 21/12/2012 23:23



A toi aussi, et bon week-end !



gourgandine 21/12/2012 18:36


Incroyable de voir le nombre de films qu'a fait cet homme, une vraie gueule du cinéma américain :))


Je passe te souhaiter une bonne fin d'année et une année 2013 pleine de santé et de ce que tu désires. A bientôt


bises d'hiver

fatizo.over-blog.com 21/12/2012 19:12



Une vraie "gueule", c'est le terme qui convient .


Je te souhaite également de bonnes fêtes ainsi qu'à tes proches, le tout arrosé de "coupettes" !


Bises à toi aussi, et à bientôt .