A l’Ouest rien de nouveau – Lewis Milestone (1930)

Publié le 5 Mai 2012

                                                 À l'Ouest, rien de nouveau

« À l'Ouest, rien de nouveau »  est un roman publié en 1929 par Erich Maria Remarque , soldat allemand de la première guerre . Le roman pacifiste de la Grande Guerre connut, dès sa parution un succès mondial retentissant et reste un ouvrage-phare sur le premier conflit mondial. Ce livre fut brûlé lors des autodafés nazis dès 1933. Remarque s'exila en Suisse, puis aux États-Unis et y obtint sa naturalisation en 1947.

                                                    images (1)                                                                                                                      Erich Maria Remarque 

 

 

« A l’ouest rien de nouveau » a été adapté au cinéma un an après la publication du livre.

 Allemagne 1914. Un vieux professeur, arrange un groupe d'étudiants qui s'apprête à partir à la guerre . Mais leurs idéaux s'écroulent bien vite alors qu'ils suivent un entraînement déshumanisant, puis lorsqu’ils découvrent l'horreur des tranchées . Bien tôt, ils se retrouvent en première ligne où ils posent des barbelés et font connaissance avec la mort. L'un d'entre eux, Paul Baumer, se lie d'amitié avec un "ancien", Katczinsky, bourru, tendre et débrouillard. Ensemble, pendant des mois interminables, ils supportent la vie dans les tranchées ………..

                       images (2)

 Ce film frappa les spectateurs en son temps avant tout par la violence, inouïe pour l’époque, des reconstitutions de combats de tranchées .

On y voit des scènes de carnage brutales, les soldats hachés par les mitrailleuses, le héros coincé dans une tranchée avec un soldat ennemi agonisant

Quant à la puissance du discours pacifiste du roman de Remarque elle est présente et intacte, et culmine dans la splendide scène finale du papillon, qui demeure l’une des plus renommées du cinéma américain classique.

On peut dire que rarement un film n'aura donné autant à faire réfléchir sur l'absurdité d'une guerre, en particulier sur celle-ci où une génération entière a été décimée .

                                                images-copie-1

L’un des moments fort du film , c’est lorsque Paul Baümer, blessé à la jambe, revient en convalescence dans sa ville natale, on le somme d'intervenir dans la classe de son professeur pour raconter aux autres élèves ses exploits. Mais Paul n'a rien, aucun fait d'armes héroïque à rapporter, il n'a aucune vision romanesque de la guerre à partager, et il se contente de dire laconiquement que tout ce que lui et ses camarades ont fait c’est tenter de survivre. Paul brise ainsi la chaîne de l'embrigadement, et cette scène dit tout du fossé qui sépare la vision que la population a de la guerre et sa réalité. Paul passe pour un lâche aux yeux de ses concitoyens et il ne peut que retourner au front, là où est désormais sa place.

Entre son engagement et sa permission qu'il doit abréger, le héros est méconnaissable. Sa jeunesse, sa joie de vivre, son optimisme et son esprit de corps se sont métamorphosés en désespoir et en replie sur soi .

                                                  téléchargement (3)

 

Milestone parle déjà en 1930 de l’incapacité des vétérans à renouer avec la vie civile, de l’immense décalage qui existe entre ceux qui ont vécu l’horreur et ceux qui ne font que fantasmer la guerre. Le réalisateur signe des  scènes très fortes, comme celle où un jeune homme découvre qu'il a été amputé des deux jambes ou celle montrant Paul tuer un soldat français.

Ces scènes frappent par une violence assez rare pour l'époque et l'on sent que Lewis Milestone s'est totalement investi dans ce film.

                                                    5700                                                                                                                                 Lewis Milestone.

 

 

En pleine montée du nazisme, le film est retiré des affiches des cinémas allemands suite à de violentes manifestations. Sans être une date dans l'histoire du cinéma, « A l'ouest, rien de nouveau » fait partie de ces œuvres antimilitaristes qu'il convient absolument de faire découvrir aux jeunes générations.

 

Voici la scène finale...

 Lors de la 3ème  Cérémonie des Oscars en 1930, ce film obtiendra deux statuettes pour le  meilleur film et le meilleur réalisateur .

 Réalisateur : Lewis Milestone

Avec : Lew Ayres , Louis Wolheim , Russell Gleason ….

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Cinéma

Repost 0
Commenter cet article

ASTOR 09/05/2012 23:02


"On peut dire que rarement un film n'aura donné autant à faire réfléchir sur l'absurdité d'une guerre, en particulier sur celle-ci où une
génération entière a été décimée" C'est peut-être cette phrase qui me fait penser à ce très beau livre qui lui aussi fait réfléchir à de douloureux évènements : De Kressmann Taylor "Inconnu à cette adresse".

fatizo.over-blog.com 10/05/2012 17:25



Je ne voudrais pas dire de bétise mais il me semble que l'on joue cette pièce actuellement à Paris , avec Bruno Solo si je me souviens bien .


Merci pour le lien et bonne soirée à toi .



geka 07/05/2012 10:40


Bonjour mon ami.... et ce bonjour prend une signification plus importante encore ! Voilà 3 articles que je suis pas venu te voir, Alors tous les com ici ! En fait pas besoin, puisque le
"ralliement" Bayrou a sans doute aidé, et un calcul sans doute savant sur la probabilité d'une réussite de François l'obligeait à enfiler un "pantalon" pour ne pas se reprendre une "veste"... Sur
le "petit", rien à ajouter si ce n'est "adieu" !! Passons maintenant à l'article ci-desssus ! Attention chef d'oeuvre, et tu as raison d'en parler aujourd'hui... je l'avais fait un jour sur le
post.. un article dérivant sur justement ce qui se passait à l'Ouest...Le livre a été pour moi un "grand moment de lecture"... Je lisais, à cette époque des bouquins sur ""les guerres"... et
celui-ci m'avait ému, tout comme le "Bal des Maudits" de Shaw mais par contre l'adaptation de ce dernier par Dmytryk n'a pas laissé de souvenirs au cinéma..comme celui de Milestone... Bien sur,
les "sentiers de la gloire" rejoignent ce film... sur l'absurdité des guerres et en particulier sur celle de ceux qui les provoquent.. Amitiés fatizo

fatizo.over-blog.com 07/05/2012 12:51



Bonjour geka ,


Tu as raison pour "le bal des maudits" , le film n'est pas un chef-d'oeuvre , loin de là .


Il est aussi étonnant de voir que Milestone ,à part "a l'ouest rien de nouveau" , n'a pas réalisé de chef-d'oeuvre , ni même de très bons films .


Sa version du "Bounty" , avec Brando n'est pas du niveau de celle avec Flynn .


J'ai vu récemment l'adaptation d'un autre roman de Remarque qu'il a réalisé , "Arc de triomphe" , c'est assez moyen .


Bonne journée à toi mon ami .



rosemar 06/05/2012 17:17


Superbe roman  et superbe référence:un roman à lire et à relire...


Je ne connaissais pas le film et je le découvre.On trouve aussi une dénonciation de la première guerre mondiale et de ses horreurs dans Le  voyage au bout de la nuit de Céline
,auteur controversé par ailleurs  à juste titre ...mais auteur  au style particulièrement percutant et original...


Très bonne journée  fatizo



fatizo.over-blog.com 06/05/2012 17:31



Le film est du niveau du livre , ce n'est pas toujours le cas avec la littérature .


A noter que Remarque a souvent été adapté au cinéma ; l'un de mes films préférés est "3 camarades" , un chef d'oeuvre sur la montée du nazisme .


P.S


D'après la météo récente venue de Belgique , il semblerait qu'un vent de 52.5  à 53km/H nous chasse les nuages présents sur la France depuis 5 ans


Très bonne soirée à toi aussi , surtout si cette météo est bien réel .



popol 06/05/2012 12:00


Il ne faut pas laisser l pouvoir aux marchands de canons.


Ce ne sont pas des poètes.


Bonne journée.

fatizo.over-blog.com 06/05/2012 17:24



C'est le moins que l'on puisse dire , et ce ne sont pas les déclarations de Dassault qui vont nous faire changer d'avis .


Et si j'en crois les dernières nouvelles , ce n'est pas ce soir qu'il va s'y mettre .


Bonne soirée à toi (attention aux excès)



Bibou 06/05/2012 01:45


Je confirme "rien de nouveau à l'Ouest" :)))


Plus sérieusement, je n'ai pas vu ce film, pas mal lu sur cette période, mais toujours à apprendre, toujours à prendre de leçons (d'humanité, d'humilité...) Et pourtant, la vilaine impression
(bien plus que cela) que l'histoire, tout comme la mode, n'est qu'un éternel recommencement. Que l'homme ne tire aucune leçon des erreurs, des horreurs passées, que la mémoire de l'homme est une
"passoire"...


Quelle tristesse...


Douce nuit.


Bisous.

fatizo.over-blog.com 06/05/2012 17:21



Bonjour Bibou , 


Tu as raison , l'homme ne semble pas avoir de mémoire , ou alors bien courte .


Il se calme quelques années , et après avoir "oublié" les horreurs du passé , il repart dans ses monstruosités .


P.S


Il semblerait qu'on s'active tout doucement à la Bastille (lieu ou Hollande feterait sa victoire) , pendant qu'on se contente de barrières à la Concorde (lieu pour Sarkozy).


De bonnes nouvelles en perspective?


Bises et bonne soirée à toi .