Publié le 20 Novembre 2013

                              

Les bleus se sont qualifiés pour le Mondial brésilien en juin prochain et cela ne laisse pas indifférent le monde politique .

Il faut dire qu'après la prestation du match aller peu de français pensaient cette équipe capable de renverser une situation bien compromise.

Alors depuis mercredi soir, de droite à gauche, on s'en donne à cœur joie pour féliciter nos nouveaux héros, pour trouver les plus belles métaphores sportives que l'on peut adapter à la vie politique.

Mais au milieu de ce petit jeu amusant, ou ridicule (chacun choisira), on a vu quelques réactions qui démontrent que nos élus ont parfois des arrières pensées pas très républicaines et patriotiques.

Commençons par ce tweet de Geoffroy Didier , le cofondateur de la droite forte , qui disait ceci: "Hollande essaie déjà de récupérer la victoire de la France... mais n'est pas Didier Deschamps qui veut! Pour Hollande, c'est carton rouge!"

Tweet des plus stupides, puisque vu les circonstances et les chances de qualification des bleus,  le Président risquait plus de passer pour la chat noir, rôle qu'on lui attribue bien souvent, que de pouvoir récupérer l’événement . Sa présence aurait plutôt du être vu comme un signe d'encouragement à Didier Déchamps et à ses hommes, mais on sait depuis longtemps qu'une partie de la droite ne supporte pas que la France gagne lorsque la gauche est présente. Et c'est bien cela le plus grave .  

Lorsque Nicolas Sarkozy se rendait au Stade de France pour les matchs de l'Equipe de France de Rugby ou de Football, est-ce que la gauche se comportait de la sorte?

Surement pas, sinon la droite aurait exploitait cela comme de l'antipatriotisme, et à juste titre .

Mais il y en a un qui a fait encore plus fort, qui a carrément vu dans ce match des événements qui lui font penser que la victoire ne vient pas du seul talent des bleus. Il s'agit du député de la droite populaire Lionnel Luca, qui a tweeté : "1but hors-jeu,1but contre son camp,1 joueur sorti et voilà comment on sauve les droits Tv de la FFF et les enjeux francophones pour la FIFA."

" Un but hors-jeu oui, mais un but valable injustement refusé . Pourquoi vous oubliez ce fait de jeu Monsieur Luca ?

Seriez -vous malhonnête? 

Le but contre son camp se révèle être au final un but de Sakho. Pas de chance Monsieur Luca, votre théorie du complot prend du plomb dans l'aile .

Quant au joueur expulsé, si cela peut sembler sévère, il n'y a pas matière à scandale non plus. 

Et puis au match aller les bleus ont concédé penalty discutable, et ont eux aussi pris un carton rouge .  Rien de tout cela dans le tweet de Luca .

Non, il y a de la part de ce député quelque chose de très malsain dans son attitude . 

Ce tweet sent la haine et l'aigreur . Mr Luca se réjouissait déjà depuis 4 jours, il se disait qu'une fois de plus il allait pouvoir s'en prendre à cette équipe métissée composée de joueurs insupportables. 

Il est vrai qu'il y a dans ce groupe quelques joueurs qui ne méritent pas d'être en équipe nationale, on les connait tous. Mais faut-il pour autant s'en prendre à toute l'équipe, à ces jeunes comme Pogba, Varane ou Sakho, qui démontrent du talent, de l'envie et du courage?

Faut-il pour autant insulter des Cabaye, Debuchy, Valbuena ou Matuidi, qui ont combattu ce mercredi pour arracher la qualification ? 

De la dignité, il serait temps également que les politiques en face preuve, plutôt que de chercher à créer la polémique sur le maillot de l'Equipe de France . 

Il est bien de faire semblant de s'indigner lorsqu'un joueur ne chante pa la Marseillaise, mais il est bien plus grave de venir porter la calomnie sur l'équipe Nationale comme le fait Lionnel Luca, qui ne l'oublions pas est un élu de la République.

Finalement cette victoire est bien plus qu'une qualification pour la phase finale de la prochaine Coupe du Monde , elle est aussi une énorme claque pour les déclinologues comme Lionnel Luca,  qui en la circonstance se transforme en crétinologue.

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Football

Repost 0

Publié le 17 Novembre 2013

 

Noël Roquevert

Ils sont essentiels dans le cinéma français. Les Gabin, Deneuve, Delon, Belmondo, Signoret, Jouvet, Arletty et autres, n’auraient pu voir briller leur étoile avec un tel éclat s’ils n’avaient été là pour leur renvoyer la lumière. 

De qui peut-il bien parler pensez-vous?

Mais des seconds rôles bien sur .

Le cinéma français perdrait énormément de son charme et de sa richesse sans leur humour, leur humanité, leur gouaille. Une part du génie du cinéma français vient de là, avoir su mettre en scène le peuple au travers de leur personnage.

Par leur seule présence ils pouvaient rendre le moindre petit film inoubliable.

Un acteur comme Bernard Blier a débuté dans  ce registre dans les plus grands films des années 30 et 40, que ce soit avec Carné ou Clouzot, pour franchir film après film les marches qui l’ont amené en haut de l’affiche.

L’un des plus célèbre second rôle des années 30 fut Carette.  Renoir utilisera sa tchatche de titi parisien à de nombreuses reprises. Il figure au générique de "La grande illusion", "La règle du jeu", "La bête humaine" , "La Marseillaise" . On se souvient aussi de lui dans l’un des rares films ou il avait un  rôle important,  "L’auberge rouge" de Claude Autant-Lara.

Les grands réalisateurs ont toujours eu des acteurs de "second plan" fétiches . Si Renoir tenait à Carette ou Marcel Dalio, Clouzot avait un faible pour Pierre Larquey, qui figure au générique de "L’assassin habite au 21", " Le corbeau", " Quai des orfèvres" et "Les diaboliques" .

C’est aussi dans les années 30 que débute Paulette Bubost, on la retrouve notamment dans "Hotel du Nord" de Carné et "La règle du jeu" de Renoir .

Paulette Dubost face à Bernard Blier dans Hotel du Nord

Et qui a oublié Pauline Carton, Françoise Rosay, Raymond Bussières ou Noël Roquevert, tous ces acteurs que l’on retrouve au générique de nombreux films en noir et blanc .

Raymond Bussières

A la fin des années 50, et avec le cinéma de Verneuil, Lautner et quelques autres, on voit poindre de nouveaux seconds rôles .

Au-delà d’être les partenaires de Gabin ou Belmondo, les Paul Frankeur, Rober Dalban, André Pousse, Charles Gérard sont associés à ces stars dans notre imaginaire  .

Et ici Suzanne Flon qui donne la réplique à Gabin …..affectueusement!

Et les Paul Crauchet ou Christian Barbier, autre acteurs qui ont traversé le cinéma des années 60 et 70.

On n’oubliera pas non plus Michel Auclair, Jean Carmet, Daniel Ceccaldi, Maurice Biraud , Jean Bouise , Paul Le Person,  Robert Le Vigan, Henri Guybet , etc……

Et puis les seconds rôles ont été de moins en moins présents dans le cinéma français, le rendant plus terne, plus fade. Plusieurs facteurs ont été à l’origine de ce déclin.

Tout d’abord l’arrivée de la nouvelle vague avec son cinéma plus intimiste ou les personnages étaient moins nombreux .

Et puis au fil des années le cinéma français a changé. C’est surtout à partir des années 90 que ce bouleversement se produit, avec un cinéma qui dit adieu prolos et vive les bobos. Un cinéma ou l’on évacue les classes populaires de l’écran .

Fini les personnages de second plan haut en couleur, ces acteurs que des Stars avaient encore le courage d’imposer au casting .

Nous sommes aujourd’hui dans un cinéma plus "bankable", un cinéma qui s’est éloigné d’une certaine réalité sociale en se passant des seconds rôles qui correspondaient à une grande partie de son public.

Le cinéma qui possédait une  authentique culture populaire est mort depuis longtemps. Il a été abandonné, tout comme la classe populaire a été abandonnée en général dans cette société ultra-libérale.

Les élites, qu’elles soient artistiques, médiatiques ou politiques, y compris celles de gauche,  ont abandonné ces classes populaires. L’absence de grands seconds rôles dans le cinéma moderne n’est qu’une preuve de plus de ce rejet.

.

Et où sont les Audiard, Prévert et Jeanson?  Tous ces grands dialoguistes responsables de joutes verbales mémorables, qui mettaient en valeur tous ces acteurs, qu’ils soient stars ou seconds rôles.

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Cinéma, #Société, #classe populaire

Repost 0

Publié le 16 Novembre 2013

Plagiat, simple hasard ou influence musicale, il existe dans le monde de la musique des mélodies qui ne sont pas très éloignées les unes des l'autres.

Aujourd'hui j'ai choisi deux chansons françaises. C'est tout d'abord Serge Lama qui nous chantait "Chez moi" en 1974.

Dans Starmania, l'opéra-rock créé par Miche Berger et Luc Plamandon en 1978, il existe une chanson qui possède quelques similitudes avec la chanson de Serge Lama .

Il s'agit du "monde est stone" .

 

 
 Alors , vous êtes convaincus ?
 

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Repost 0

Publié le 12 Novembre 2013

                                        

Hollande est nul, Hollande est mou, Hollande est incompétent, Hollande est un dictateur, Hollande ….

Stop!

Il va sans dire que je ne suis pas emballé par l’action du gouvernement actuel, mais que fait-il de plus mal que le précédent?  A part la communication, je ne vois pas .

Alors pourquoi tant de haine ? Pourquoi ce Hollande bashing qui n’en finit plus, qui est dans une escalade telle qu’on peut se demander si tout cela ne finira pas très mal .

La droite n’a jamais accepté sa défaite, elle a toujours trouvé illégitime l’élection de ce Président, et ceci dès les premières heures de son élection.

Cependant que la droite soit mauvaise perdante, on peut le concevoir  Mais il y a bien plus grave à mes yeux, c’est le rôle que joue médias dans cette haine généralisée contre François Hollande . Dès les premiers jours de son élection, et alors qu’il n’avait pas encore eu le temps d’agir, des journaux comme Le Point ou L’Express se sont mis à tirer à boulets rouges avec des Unes plus que limites.

Et ces dernières semaines, beaucoup de petites choses troublantes se sont produites dans les médias  . Des petites choses qui peuvent passer inaperçues si l’on n’y regarde pas d’assez près, mais qui ont un rôle primordial dans la vie politique de notre pays.

Lorsqu’on s’attarde un peu sur ces menus détails, on comprend assez vite à quel point on peut manipuler l’opinion rien qu’en agitant ici ou là des suppositions plus ou moins positives selon le pouvoir en place .

Vous voulez des preuves, en voici .

Tout d’abord lorsqu’Hollande est au plus mal tout le monde se lâche,  disant qu’il ne finira pas son mandat, que peut-être il sera obligé de dissoudre l’Assemblée Nationale, que la Révolution,que la guerre, que  l’Apocalypse ……..Tremblez braves gens.

Du temps ou Sarkozy était au plus mal le discours était tout autre. Au non du patriotisme, il fallait soutenir le Président dans la crise . Si l’opposition critiquait, elle était de suite taxée d’anti-France . Et pour lui pas question de dissolution, mais un gouvernement d’union nationale . Tous unis derrière le Président disaient les médias !

Comme on le voit, sans avoir l’air d’y toucher, nos médias peuvent soutenir un Président ou lui nuire sans prendre partie officiellement .

Un autre cas maintenant, celui d’une réforme faite par le gouvernement précédent .

Combien de médias à l’époque se sont levés pour crier au scandale face à la réforme ramenant la semaine scolaire à 4 jours?

Très peu, alors qu’une telle hérésie faisait de la France un pays qui comptait entre 30 ou 40 jours de scolarité de moins que les autres grandes nations.

Il est plus aisé aujourd’hui de s’en prendre à celui qui veut réparer un tel scandale qu’au pouvoir de l’époque.

Étrange ces médias n’est-ce pas, à ne pas s’indigner lorsqu’on réduit le nombre de jours de scolarité d’une école française déjà bien malade, et à hurler avec les loups lorsqu’on essaye d’y remédier .

Un bel exemple de leur malhonnêteté, et surtout de leur penchant naturel .

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Repost 0

Publié le 11 Novembre 2013

                               

Non, je ne vais pas m’attaquer à l’aspect physique du chanteur, non je ne vais pas dire qu’il devrait se raser et aller chez le coiffeur, qu’à plus de 50 ans il a l’air ridicule à vouloir jouer le rebelle qu’il n’a jamais été . Non , je ne vais pas m’attaquer à ses vêtements grotesques  mais à sa liberté de penser qui est du niveau de son aspect extérieur, c’est à dire pas très propre.

Florent Pagny a une grande gueule, on le sait depuis longtemps, et comme toutes les grandes gueules il y a des moments ou il ferait mieux de se taire.

Depuis quelques semaines il est présent dans tous les médias, qu’il aime tant critiquer par ailleurs. Mais il faut bien faire la promotion de son disque, alors on fait quelques concessions (je pourrais employer le langage Pagny pour trouver un synonyme à "concessions", mais vous avez tous compris).

Le plus effarant , c’est que celui qui a eu des soucis avec le Trésor Public français il y a quelques années, ne se contente pas de faire la publicité de son dernier album. Il en profite également pour venir donner des cours d’économie au gouvernement en apportant des solutions radicales  .

Le chanteur, qui vit en Patagonie plusieurs mois par an, a déclaré à propos du pouvoir :  "Ils feraient mieux de penser à réduire les taxes et les charges. Je pense qu’il gagnerait plus d’argent. Les gens consommeraient plus et vivraient un peu mieux. Y’en a une qui vient de se faire élire royalement, c’est Angela Merkel. Son argument c’est de dire: je vais réduire les aides sociales et les gens vont aller travailler. Et l’Allemagne entière s’est levée en disant, ‘elle a raison’. Et bien soyons un peu boches."

Encore un admirateur du modèle allemand,boche pardon (jamais insultant, jamais vulgaire le Pagny, la grande classe ) .

Et il ose poursuivre: "Une chanson comme Ma Liberté De Penser, on disait tout avec suffisamment d’ironie, sans monter le ton et en prenant le recul sur une situation comme celle-ci. En effet j’étais un peu un précurseur".

Un précurseur de la trahison et de la désertion avant tout . Et le plus grave c’est que cette chanson fut  à l’époque élue meilleure chanson de l’année par les français, démontrant une fois de plus que ceux-ci préféreront toujours les riches crapules qui leur crachent à la figure, aux victimes du système qui doivent se contenter de l’aumône.

Mais bon, être un cerveau n’est pas du à tout le monde, c’est surement pour cela que le Général n’avait retenu que la deuxième syllabe pour nommer ses compatriotes.

Mais revenons au cas Pagny, car il ne s’est pas arrêté en si bon chemin  L’autre jour, invité dans l’émission "C à Vous" sur France 5", il s’est permis d’en rajouter une couche en s’en prenant au RSA et aux aides sociales en général, trop importantes en France.

Venant d’un type qui fait tout pour payer le moins d’impôt possible sur le territoire qui a fait sa fortune, voici des propos plus que choquants. On devrait d’ailleurs lui répondre que l’avis d’un type qui a la lâcheté de fuir son devoir fiscal, on s’en bat les C…., pour se mettre à son niveau de langage.

Mais il y a encore plus grave.

Et oui d’un coté il critique le RSA et les aides sociales, mais de l’autre il participe aux Enfoirés pour  les Restos du cœur .

Cherchez l’erreur. Il ne supporte pas les assistés , mais il participe à des concerts pour les aider à manger.

A quel jeu joue-t-il ?

Vous avez la même pensée que moi, c’est pour se faire de la pub à bon compte sur le dos des miséreux qu’il déteste tant.

Et oui, en plus Pagny fait dans le cynisme, il ose tout comme disait Audiard.

Il osait également il y a quelques années "A un moment, ton môme il rentre à la maison, et d’un seul coup il se met à parler reubeu. C’est pas possible".

Pagny dit tout ce qu’il pense , c’est sa liberté, la liberté de tenir un langage digne du FN sur les étrangers, et plus à droite que ce parti sur les pauvres .

Voilà qui est le vrai Pagny, un type au discours de la droite la plus extrême.

La liberté de penser chez Pagny, c’est avant tout la liberté de se faire un max de blé, et la liberté d’insulter les pauvres.

Mais ne lui demandons pas trop, chanter et penser c’est trop pour lui. Il est sur qu’il ne peut faire les deux  à la fois .

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Repost 0

Publié le 6 Novembre 2013

                             
Depuis quelques semaines déjà nos chers médias, qui se montrent toujours très doués pour faire de la politique fiction, nous disent que le Président de la République pourrait dissoudre l’Assemblée Nationale après les élections européennes.
A moins que François Hollande soit tout à coup atteint d’une maladie mentale ou d’une envie de suicide politique, cette idée semble aussi stupide que surréaliste.
Car que peut-il espérer d’une telle décision ?
On se souvient tous qu’en 1997, alors que la situation du pays n’était pas aussi alarmante qu’aujourd’hui, Chirac qui pensait obtenir une majorité après sa brillante idée de dissolution, en fut pour ses frais et du cohabiter pendant 5 ans avec Lionel Jospin. Il va sans dire qu’un tel geste de nos jours, et dans la situation actuelle du pays, ferait subir au pouvoir actuel une raclée encore plus importante que celle subie par celui de l’époque .
Plus grave, avec une droite classique malade et en manque de leadership, le FN pourrait devenir le grand vainqueur des législatives.  Ainsi François Hollande deviendrait pour toujours celui qui lui a offert le pouvoir sur un plateau .
Est-ce le souhait de ceux qui avancent cette solution, des médias qui participent à la montée du FN depuis quelques années, on est en droit de se poser la question ?
Et que resterait-il de l’image du Président et du parti socialiste en général?
Qu’ils abandonnent la France dans la crise, que le capitaine quitte le navire, qu’il le laisse  à l’adversaire dans la tempête. Trahison, lâcheté, désertion, voici les termes que l’on entendrait un peu partout et à juste titre.
Et puis imaginons une reprise économique dans les deux ans qui suivent. Le parti de gouvernement en place empocherait les fruits du succès, et le piège se refermerait sur le PS qui serait discrédité pour de longues années .
Comme on le voit cette idée de dissolution est la plus farfelue que les médias aient proposé depuis longtemps, mais pourquoi ?
Sont-ils idiots à ce point ?
J’en doute.
Et si en propageant une telle idée, tout en sachant qu’elle n’a aucune chance d’aboutir, ils cherchaient tout bonnement à nuire un peu plus à l’image du Président en mettant le doute dans la tête des français. S’il ne s’agissait là que de déstabiliser encore un peu plus le pouvoir en nous laissant croire que le Président est un homme capable d’une telle stupidité . Ces médias qui appartiennent à de grands groupes, pour la plupart proche de la droite, ne sont pas là pour diffuser de l’information, mais juste pour diffuser une  propagande qui a pour but de ne nous faire penser comme il le souhaitent, ne l’oublions jamais  .
Car si le pouvoir actuel n’est pas meilleur que les autres, s’il commet des erreurs  et ne prend pas les bonnes décisions, ne comptons pas sur les médias pour nous dire ou aller.
Il suffit de voir quelles mesures ou réformes ils soutiennent pour comprendre qu’ils n’ont pas de solutions pour nous sortir de la crise, et à ce titre ils n’ont rien à envier aux politiques qu’ils critiquent tant .

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Repost 0

Publié le 4 Novembre 2013

                                            

Marcel Mouloudji est né le 16 septembre 1922 à Paris .

Il est le fils d’un ouvrier maçon d’origine Kabyle , et d’une mère bretonne, comme il le dira dans les années 70 "Catho par ma mère, musulman par mon père"  . Sa mère sera internée après avoir sombré dans l’alcoolisme et la folie alors que Marcel n’a pas encore 10 ans .

La famille vit très modestement dans le XIXème arrondissement . Très tôt , le jeune  Marcel est imprégné de politique en accompagnant son père dans les meetings du parti communiste. Enfant, avec son frère André, ils exercent une quantité de petits métiers dont celui de chanteur de rue .

Durant son adolescence, il monte toujours avec son frère André, un petit groupe au sein des faucons Rouges, un mouvement de jeunesse de gauche .

En 1935, il fait la connaissance de Sylvain Atkine, metteur en scène dans le Groupe Octobre, organisation affiliée à la Fédération des théâtres ouvriers de France. C’est là qu’il sera remarqué par de grands noms de la scène comme  Jean-Louis Barrault, qui l’hébergera et l’introduira  dans le milieu artistique de Paris. Il suivra également des cours avec Charles Dullin .

A l’époque du Front Poulaire, et avec de nombreux autres artistes solidaires des grandes grèves de 1936, il joue  dans les usines.

C’est aussi à cette époque, et alors qu’il n’a que 14 ans, qu’il démarre au cinéma grâce à Jacques Prévert, qui lui fait obtenir un petit rôle dans Jenny de Marcel Carné  en 1936. Il enchaîne alors film sur film.

Un des plus célèbres d’entre eux, est "les Disparus de Saint-Agil" de Christian-Jaque en 1938.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, Mouloudji file dans le sud de la France, à Marseille, en zone libre, avec le Groupe Octobre. C’est là qu’il fait la connaissance du chanteur Francis Lemarque.

Grâce à son frère André, il évite le STO . Mais Paris lui manque, et assez vite il repart pour y vivre en semi-clandestinité tout en y effectuant un tas de petits boulots .

C’est aussi pendant la guerre, en 1943, qu’il fait la connaissance de Louise Fouquet, dite Lola, qui deviendra sa femme et son agent artistique jusqu’en 1969.

C’est à cette période également qu’il se décide à écrire "Enrico", un livre de mémoire (il a 20 ans !) qui reçoit le Prix de la Pléiade à la Libération en 1945.

Après  guerre, tout en poursuivant une carrière au cinéma, Boule de Suif (Christian-Jaque, 1947), Nous sommes tous des assassins (André Cayatte, 1952) etc…., il s’intéresse de plus en plus à la chanson, dans les cabarets en vogue, il chante Boris Vian ou Jacques Prévert.

En 1951, Mouloudji enregistre son premier disque avec des titres comme "Rue de Lappe", "Si tu ‘imagines" et "Barbara".

C’est  Jacques Canetti, le fameux agent artistique qui a tant fait pour la chanson française, qui fait enregistrer "Comme un p’tit coquelicot" à Mouloudji. Cette chanson obtient un énorme succès et remporte le Grand Prix du disque 1953 et le Prix Charles-Cros en 52 et 53

"Un jour tu verras" en 1954 obtiendra un succès aussi important.

Toujours engagé et militant pacifiste, Mouloudji devient une cible politique quand il interprète au Théâtre de l’Œuvre le jour même de la chute de Diên Biên Phu, Le Déserteur de Boris Vian .

La chanson est interdite d’antenne. Par la suite, d’autres titres de son répertoire connaîtront le même sort.

Interprète des textes des autres jusqu’à cette période , il commence à écrire de plus en plus  à la fin des années 50. Cette fois la chanson prend la première place dans sa vie.

Lorsque surviennent les événements de Mai 68, le militant politique reprend la route pour chanter dans les usines comme en 1936. Pour Mouloudji les convictions prédominent sur la carrière.

C’est également à cette époque qu’il fait la connaissance de la comédienne  Lilianne Patrick, avec qui il partagera sa vie désormais .

En 1974, il participe à l’enregistrement d’un album consacré aux chants et poèmes de la Résistance. On l’entend également sur une compilation de chants ouvriers et une autre sur la Commune.

Mouloudji continue sa route sans se soucier des conséquences.   Il sait que de toutes façons il sera très peu diffusé en radio.

L’essentiel c’est que le public lui reste fidèle. C’est ainsi qu’en 1974 il est accueilli avec enthousiasme lorsqu’il se produit  sur la scène du Théâtre de la Renaissance, puis à l’Olympia en septembre 75 .

En 1976, il enregistre avec l’accordéoniste Marcel Azzola une anthologie du musette.

Dans les années 80,  il continue de chanter, on le retrouve entre autres en 1987 à l’Élysée Montmartre. Puis il  consacre plus de temps à l’écriture et à la peinture, ses anciennes amours.

A 70 ans, en 1992, une pleurésie lui enlève en partie sa voix.

Cependant il se produira encore  par exemple le 17 novembre 1993, dans la carrière de la Sablière à Chateaubriant, (Loire-Atlantique), où avaient été fusillés 27 communistes, dont le jeune Guy Môquet, le 22 octobre 1941.

En mars 1994, il est invité au festival Chorus des Hauts-de-Seine en région parisienne pour un hommage. Puis il donne un ultime récital près de Nancy en avril.

Il s’éteint le 14 juin 1994 alors qu’il avait encore de nombreux projets. Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise à Paris.

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Musique, #chanson française, #Mouloudji

Repost 0