Publié le 30 Octobre 2013

 

                                     

Que ce soit par la taxe sur l’épargne ou l’éco-taxe, les derniers jours nous ont montré que le ras le bol fiscal atteignait son paroxysme dans l’esprit et le porte-feuille de nos concitoyens .
Le gouvernement peut-il encore ponctionner les français longtemps de la sorte sans prendre le risque de les voir se mettre en colère ?
Par ces temps de crise, doit-il plutôt essayer de trouver d’autres solutions pour combler les déficits d’un héritage très lourd à porter ?
Le pouvoir devrait comprendre qu’en prenant l’argent dans le porte-monnaie du français moyen, il prive celui-ci d’une bonne partie de son budget pour consommer, et par conséquent de faire repartir l’économie .
Ce gouvernement va devoir réfléchir à trouver d’autres moyens pour trouver de l’argent, et nous savons tous qu’il en existe. Mais pour cela faut-il encore avoir le courage d’aller le chercher là ou il est .
Commençons par les niches fiscales, qui sont environ 500 dans notre pays , tout cela pour un manque à gagner de 50 à 70 milliards d’euros pour le budget de l’Etat.
Il ne doit pas être si difficile d’en supprimer quelques unes pour récupérer 10% à 20% de cette somme?
Ne pourrait-on pas aussi s’en prendre réellement à la fraude et à l’exil fiscal, que cela vienne de la part des entreprises ou des citoyens .
Nous savons que c’est ici plusieurs dizaines de milliards qu’il est possible de récupérer, mais pour cela faut-il encore posséder le courage et la volonté nécessaire . Pour mieux comprendre pourquoi cette politique n’est pas mise en oeuvre, il suffit de voir quels sont les hommes qui sont choisis pour s’occuper de ces sujets. En citant les noms de Woerth ou de Cahuzac, il est aisé de comprendre .
Et nous, ne sommes-nous pas également responsables ce cette lâcheté fiscale de nos gouvernants, pire , ne sommes-nous pas complices ?
Lorsqu’un Depardieu choisit de s’exiler en Russie en crachant sur les français, est-il normal de voir ces derniers l’approuver?
Lorsque des grands patrons réclament des diminutions de charges alors que leurs groupes font d’énormes bénéfices, on voit les médias les soutenir afin de manipuler l’opinion.
Mais n’oubliez jamais que les médias en question sont financés par la pub de ces sociétés, ou que parfois ils sont même partie intégrante de ces groupes, alors avant de vous laissez influencer par leur propagande, pensez-y .
Alors que faire pour que les choses évoluent ?
Et bien je ne vois qu’une seule solution, boycotter ceux qui refusent de se soumettre à la loi, ou qui font pression pour en avoir des très avantageuses .
Si nous boycottions tous ces artistes français qui s’exilent à l’étranger, le manque à gagner serait des plus néfastes pour eux, et ils rappliqueraient dare dare .
Il serait bien également de ne plus faire vivre ces grands groupes qui bénéficient d’avantages fiscaux énormes en comparaison des petites et moyennes entreprises .
Boycottons aussi toutes ces sociétés dont les grands patrons sont des exilés fiscaux .
Privons-nous également de ces médias qui nous servent la soupe néolibérale continuellement . Quant ils n’auront plus les ressources publicitaires des grands groupes que nous aurons ruiné par notre boycott, quand la presse ne vendra plus un numéro de sa propagande mondialiste, ils seront bien obligé de changer de discours pour pouvoir survivre.
Oui nous pouvons faire la révolution, une révolution sans la moindre goutte de sang, il suffit juste pour çà de consommer autrement, d’arrêter de se prosterner devant ceux qui nous font perdre notre emploi, ceux qui nous montent les uns contre les autres, ceux ui sont nos bourreaux tout simplement .
Ca semble si simple une telle révolution.

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Repost 0

Publié le 28 Octobre 2013

 

                                

Alors que la ministre de la Justice, Christiane Taubira, se déplaçait à Angers vendredi dernier, une centaine d’opposants au mariage pour tous en ont profité pour montrer leur mécontentement à la Garde des Sceaux.
Les manifestants ont donné de la voix pour montrer leur hostilité avec des « Taubira, dégage » et autres « Non à la dictature socialiste » .
Les slogans habituels des opposants au mariage pour tous jusqu’au moment ou une jeune fille d’une douzaine d’années se met à agiter une peau de banane en direction de la ministre en s’écriant : « Une banane pour la guenon ».
D’après les dire du journaliste du Courrier de l’Ouest, qui se trouvait à proximité, certains adultes (probablement les parents) auprès d’elle ont « ricané », et « Même les CRS qui assuraient le cordon de sécurité n’en sont pas revenus » .
Samedi, la « Manif Pour tous » a tenu à rectifier le tir dans un communiqué qui dit : « Éminemment attachés au respect de toutes les personnes [...] les responsables de ‘La Manif Pour tous’ condamnent fermement de tels propos contraires à la charte publique et officielle de « La Manif Pour tous ». Cet acte isolé n’est pas représentatif de la mobilisation pacifique des angevins ».
On se souvient tous des nombreux dérapages lors du printemps dernier avec cette hystérie autour des manifs pour tous, que ce soit avec Boutin, Barjot et ses proches, dont le fameux Xavier Bongibault, qui compara le Président Hollande à Hitler.
Et ils continuent, rien ne les arrête, et aujourd’hui ils vont même jusqu’à utiliser leurs enfants pour se protéger face à la loi .
Car que peut faire la police contre une môme de 12 ans , qui ne fait que répéter sa leçon raciste qu’on lui a bien fait entrer dans sa petite tête avant de venir manifester?
Les parents qui utilisent de telles méthodes ne sont-ils pas comparables à ceux qui battent leurs enfants? Ne s’agit-il pas là de maltraitance à enfants ?
On peut même s’interroger s’il est normal de laisser une partie de l’éducation de la jeunesse française aux mains d’adultes aussi haineux et racistes.
Par l’enseignement qu’ils donnent, ces parents mettent en danger l’ avenir de leurs enfants, mais également celui de la France .
Et ce sont ces gens qui osent mettre en avant la protection de la famille, le bien-être et l’éducation des enfants .
Mais de qui se moquent-ils?
Plutôt que d’emmener leurs enfants dans ces manifs afin de les utiliser comme porte-voix pour lancer des slogans haineux, ne serait-il pas plus épanouissant pour ces jeunes de pratiquer un sport, de jouer du piano, de se cultiver tout simplement ?
On en vient à se dire que cette jeune fille aurait reçu une éducation beaucoup plus tolérante, humaine et chaleureuse dans une famille homosexuelle.

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Repost 0

Publié le 26 Octobre 2013

                                       

Vous connaissez tous la dernière taxe qui commence à faire grincer des dents?

Non pas celle des clubs de foot qui occupe la Une des médias depuis quelques jours , mais celle votée le mercredi 23 octobre qui concerne les assurances-vie, les plans d’épargne logement (PEL) et le plans d’épargne en actions (PEA).

En effet les députés ont voté une uniformisation par le haut du taux de prélèvements sociaux, à 15,5 %, pour plusieurs produits d’épargne. De plus la disposition est rétroactive et remonte jusqu’à 1997.
Il se pourrait fort que ce nouvel impôt soit celui de trop, que le caractère rétro-actif soit perçu comme injuste, voir antidémocratique par de nombreux français.
C’est tout du moins ce que l’on entend ici et là dans le discours de nombreux compatriotes .
PEA, PEL et assurances-vie comptent parmi les produits d’épargnes les plus utilisés par les Français. 5,5 millions de personnes disposent d’un PEA, et 10 millions d’un PEL .
Quant aux détenteurs d’assurances-vie, il est plus difficile de trouver un chiffre correct .
Mais ce qui et sur , c’est que tous ces gens sont des électeurs, et des électeurs chez qui la colère monte taxe après taxe .
Pour nous faire accepter cette mesure on nous dit qu’il s’agit de taxer autant le capital que le travail .

Ce discours serait crédible s’il ne s’agissait pas de l’épargne de français moyens, de gens qui mettent un peu de coté pour les vieux jours sachant que leur retraite risque d’être moindre que ce qu’on leur promet, pour se garder une poire pour la soif, et qui bien souvent sont des salariés qui ont déjà été taxé sur cet argent .
Quant aux vrais rentiers, ceux qui touchent des fortunes colossales nous savons très bien qu’ils échappent à toutes ces nouvelles taxes . Alors arrêtez de taxer les français de tous les cotés, de faire croire que vous pratiquez une justice fiscale .
Non tout cela ressemble bien plus à un réel manque de courage politique, .Un manque de courage qui se traduit par une recul permanent face à ceux qui possèdent un pouvoir dans ce pays, qu’il soit patronal, financier, local, régional etc….

On recule en permanence face au monde de la finance, alors pour compenser on saigne le citoyen lambda.

Le PS va fort probablement se prendre une claque terrible aux prochaines élections, et il ne l’aura pas volé .
Mais le plus terrible c’est qu’il se refusera d’en trouver les véritables causes , et c’est bien cela le plus grave .
P.S
Quant à cette nouvelle taxe il est trop tard pour y échapper. Pour éviter une vague de clôtures de ces types de contrats, le gouvernement a en effet décidé que le relèvement du taux s’appliquera sur tous les rachats effectués à partir du 26 septembre dernier, date de présentation de la mesure.

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Repost 0

Publié le 24 Octobre 2013

                                          

Fleetwood Mac, c’est deux périodes bien distincts.

La premiere débute en 196, et est avant tout britannique. On y retrouvait déjà John Mc Vie et Mick Fleetwood, mais aussi  John Mayall,  le guitariste et chanteur Peter Green, et enfin Jeremy Spencer.

A l’époque le groupe se produisait dans un registre blues rock. On se souvient du morceau   « Blak magic woman », immortalisé quelques temps plus tard par Santana.

Au tout début des années 70, Peter Green  supportant mal le succès, quitte le groupe avant de se faire interner dans un hôpital psychiatrique.

De 1970 à 1975, le groupe végète tant bien que mal . L’arrivée de la chanteuse Christine McVie, épouse de John, n’empêche pas le départ de Jeremy Spencer et Danny Kirwan.

Mais en 1975,  débarque le couple américain Lindsey Buckingham et Stevie Nicks. Le premier album de la nouvelle mouture, avec un son beaucoup plus pop, est un succès .

« Rhiannon », extrait de l’album « Fleetwood Mac » en 1975.

Mais c’est  en 1977 avec l’album « Rumours », qui sera vendu à plus de  40 millions d’exemplaires, que le groupe devient mondialement connu .

Si le disque fut un énorme succès commerciel, et s’il figure en bonne place dans tous les classements de l’histoire du rock, l’enregistrement fut loin de se dérouler dans l’harmonie la plus parfaite .

Entre les problèmes personnels, d’alcool et de drogue, des journées interminables passées en studio, le moins qu’on puisse dire c’est que cet album légendaire est né dans la difficulté.

Voici d’ailleurs ce qu’a déclaré  Mick Fleetwood il y a quelques temps: « Oui, nous étions tous dans un bouleversement émotionnel intense, minés par des problèmes de couple, de relations au sein du groupe. Oui, l’alcool et la cocaïne nous ont submergés. Oui, nous ne sortions parfois pas du studio avant plusieurs jours, et nous finissions les séances épuisés, à la limite de la folie. Mais je ne dirais surtout pas que c’est ainsi qu’il faut faire un disque. Cet enregistrement aurait pu déboucher sur des tragédies. Encore aujourd’hui, je ne sais pas comment nous avons pu survivre à ça. « 

Il faut savoir qu’à l’époque John et Christine McVie étaient en train de divorcer, le couple Buckingham-Nicks n’allait guère mieux, et Mick Fleetwood se séparait de sa femme.

On imagine l’ambiance dans les studios d’enregistrement, avec les cris, les larmes etc….

Les compositions que vont apporter Buckingham, Nicks et Christine McVie ne traitent que d’amours enfuies, de trahisons, de couples en perdition.

« Dreams » est la première perle de cet album incontournable . Cette chanson signée et interprétée magistralement par la sublime Stevie Nicks sera d’ailleurs numéro 1 aux USA.

Autre petit bijou , « You make loving fun », signé Christine McVie.

Voici   »The Chain », surement l’un des meilleurs morceaux du disque, qui curieusement ne sortira pas en single.

Pour terminer l’un des plus gros tubes de l’album « Go Your Own Way », puis une jolie balade signée Chritine McVie, « Songbird » .

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Musique, #Rock, #Fleetwood Mac

Repost 0

Publié le 20 Octobre 2013

                                      

Inventaire, pas inventaire . A l’UMP il faut surtout se taire dès qu’il s’agit d’émettre la moindre critique sur la présidence Sarkozy .

Dès qu’un ancien Ministre ose remettre en question l’attitude ou l’action du quinquennat précédent il est de suite vilipendé par les proches de l’ancien Président .
Mais si dans le parti qui a amené Sarkozy au pouvoir on manque de courage pour faire le bilan de celui qui s’est recyclé en conférencier, les français eux, n’ont pas perdu la mémoire. .
Car si le Président actuel est au plus bas dans les sondages, si les couacs et les hésitations permanentes viennent s’ajouter aux manques de résultats, un sondage commandé par l’UMP,que les médias ont du mal à relayer, montre que cela ne profite en rien à son prédécesseur .
On apprend dans ce sondage, qui vient rappelons-le 18 mois après l’élection de François Hollande, que les français sont 54% à juger le bilan de Nicolas Sarkozy "plutôt ou très négatif" .
Lorsqu’on y regarde de plus près on voit que la part des très mécontents, avec 23%, l’emportent largement sur les très satisfaits (seulement 2%) .
Plus grave encore, sur les sujets qui intéressent en priorité les français le solde est largement négatif.
Sur la fiscalité par exemple, seulement 35% d’entre eux se montrent satisfaits. Ils ne sont que 32% sur l’immigration et le pouvoir d’achat. Sur la lutte contre le chômage ils ne sont plus que 28%, et 21% sur la dette publique.
On le voit, ces pourcentages qui se situent tous en dessous de 40, voir de 30%, ne représentent en gros que l’électorat de l’UMP.
On se souvient tous que peu de temps après sa retraite Jacques Chirac profitait de l’image désastreuse faite de bling-bling et de grossièreté de son successeur pour retrouver la sympathie d’une grande partie des français. A l’inverse, on voit que les difficultés que rencontre François Hollande depuis le début de son quinquennat dne redore en rien le blason de Nicolas Sarkozy .
On peut supposer que si les français ne semblent pas avoir envie d’oublier le mauvais bilan de Sarkozy,c’est peut-être aussi parcque l’homme, et ses multiples défauts, ne leur manque pas .
Et puis de le voir s’être reconverti en conférencier surpayé, un jour au Qatar, un autre pour la banque d’affaires Goldman Sachs, cela doit interpeller les français .
Alors que les français ont du mal à boucler leurs fins de mois, ils se disent qu’il est étrange de voir un ancien Président agir ainsi .
Et puis pourquoi ces conférences pour une grande banque qui possède une grande responsabilité dans la crise mondiale actuelle ?
Pourquoi ces conférences pour un état qui a encore de nombreux efforts à produire pour se comporter en véritable démocratie, et qui prend de plus en plus de place en France ?
Parceque du temps de sa présidence il a permis à ces deux puissances de s’enrichir au détriment des français et de la France ?
On est en droit de s’interroger et surtout, d’avoir les réponses .
Car si tel est le cas, Nicolas Sarkozy n’aura pas été qu’un Président au bilan contestable, il aura surtout été un Président qui aura agit contre les intérêts de ses compatriotes et de son pays, la France.

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Repost 0

Publié le 13 Octobre 2013

                                 

Samedi soir, sur le plateau d"On n’est pas couché", nous avons eu droit à un débat sur le travail du dimanche des plus inattendus entre Laurent Deutsch, Jean-Claude Dacier, Soan et Laurent Ruquier . Étrangement les deux journalistes Natacha Polony et Aymeric Caron sont restés silencieux sur le sujet, mais passons .

C’est tout d’abord Laurent Deutsh qui a ouvert les hostilités en nous disant qu’il est contre cette extension .

Avec calme  le comédien nous a déclaré que nous avions vaincu tous les totalitarismes (à voir) , qu’ils soient  religieux ou autres, et qu’aujourd’hui nous vivions sous le totalitarisme de la consommation .

Pour lui ne pas travailler le dimanche est un acte de Résistance .

Un discours plutôt courageux alors que les médias dans leur grande majorité, qu’ils soient de gauche ou de droite, nous disent qu’il faut généraliser le travail dominical .

D’ailleurs c’est un des leurs présent sur le plateau, et pas des moindres, qui vient s’opposer à la position de Laurent Deutsh, l’ancien patron de LCI Jean-Claude Dacier .

L’ancien Présient de l’OM, ou il était rémunéré 90 000 euros par mois, (c’est lui qui le dit), et accessoirement proche de Sarkozy, vient de suite nous servir le discours de la pensée unique avec son culot habituel .

Tout d’abord il en a marre des syndicats, les travailleurs veulent travailler le dimanche, il faut les laisser travailler (c’est beau de voir ces gens écouter enfin les travailleurs). Et le monsieur est capable de disserter pendant des heures sur le sujet, habitué qu’on laisse ce discours  passer et repasser dans nos médias sans la moindre contradiction .

Mais là intervient un élément perturbateur,un trublion, un vulgaire chanteur venu d’un radio-crochet diront les mauvaises langues,  qui ose mettre les pieds dans le plat.

Il coupe Dacier , mais  "les gens ne veulent pas travailler, l’argent leur suffit"

Dassier réplique, "ils sont même aller manifester devant Matignon "

Soan: "Avec 90000 euros par mois il est facile d’être pour, donnez-leur 5000 euros"

La seule réponse de Dacier, c’est j’en donne 50000 aux impôts .

Et Soan de balancer l’uppercut qui fait mouche:

"Comme c’est choquant de voir un type qui gagne 90000 euros par mois de dire aux gens d’aller bosser le dimanche , comme c’est choquant ."

Terrible cette phrase non ?

Un coup porté à tous ces friqués qui passent leur temps à nous faire la morale . 

Dacier n’a plus d’argument, il se retourne vers Ruquier comme le boxeur qui n’en peut plus et qui attend que son entraîneur jette l’éponge pour venir abréger ses souffrances . Il est KO le pote de Sarko.

 Et Ruquier l’homme de gauche qui se moquait il y a quelques semaines encore de ceux qui s’opposent au travail du dimanche, ménage la chèvre et le choux en bel hypocrite qu’il est  :"Les gens sont obligés mais avec la crise on ne peut pas faire autrement ."

Laurent Deutsh reprend la parole . Pour lui il ne s’agit que d’une vision à courte vue, qui au final servira juste à banaliser le travail du dimanche .

Et Soan de conclure, "on n’est pas là pour demander au peuple de fermer sa gueule".

Avec ses mots à lui, et n’hésitant pas à mettre tous les arguments sur la table, l’ancien vainqueur de la Nouvelle Star a secoué le cocotier hier soir chez Ruquier, il a ébranlé la pensée unique ultralibérale. 

Comme quoi c’est possible, mais faut-il encore donner le droit à la parole à ceux qui pensent autrement .

Et c’est bien là qu’est le problème, à force de ne jamais contredire ceux qui servent le même discours à longueur de journée, de nombreux français finissent par croire qu’il n’y a pas d’autres solutions que celles qu’ils nous imposent .

Mais on sait déjà ce qu’ils vont dire, ce n’est que démagogie et populisme .

De la démagogie et du populisme face à l’indécence,la vulgarité et l’ esclavagisme  de tous ces hommes aux lingots d’or et aux cœurs Dacier.

(A partir de 50 secondes environ)

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Repost 0

Publié le 11 Octobre 2013

                          

Né le 12 mai 1928 à Kansas City,  Burt Bacharach est à l’origine de quelques uns des plus grands tubes des années 60 .

Que ce soit dans les registres pop, jazz et soul,  il a collaboré avec les artistes les plus emblématiques de leur époque .

C’est à la fin des années 1940, en découvrant  Charlie Parker et  Dizzy Gillespie qu’il décide de se lancer dans le monde musical .

Après avoir suivi des études classiques qui le mènent à l’Académie de Musique de Santa Barbara,  il devient concertiste. Il lui arrive également d’accompagner quelques artistes au piano , dont la chanteuse et actrice Paula Stewart, qu’il épouse en 1953.

Un peu plus tard il fait la connaissance du parolier Hal David, avec qui il collaborera à de nombreuses reprises .

Le duo obtient son premier gros succès avec la chanson "The Story of My Life", interprétée par Marty Robbins en 1957.

L’année 1958 le voit tout d’abord divorcer, pui partir en tournée  comme directeur musical avec Marlene Dietrich.

C’est au tout début des années 60 que le duo fait la connaissance de Dionne Warwick qui deviendra leur interprète favorite .

Bacharach collaborera également avec d’autres paroliers comme Bob Hilliard .

En 1964, une jeune britannique qui gagnera l’eurovision quelques années plus tard (1967), débarque avec le morceau "(There’s) Always Something There to Remind Me". Elle se nomme Sandie Shaw .

En 1965, il épouse l’actrice Angie Dickinson .

Lors de cette décennie très fructueuse pour le compositeur, Dusty Springfield, à la voix si caractéristique, à la fois douce, sensuelle et envoûtante, sera également l’une de ses interprètes favorites .

La reine de la soul ne pouvait y échapper …..

 

Jackie De Shannon connaîtra son plus hit le plus retentissant grâce au duo Bucharach-David .

Et qui a oublié ce tube des Carpenters en 1971 .

Mais le cinéma également fera appel à son talent de compositeur .

On y retrouve notamment "Casino Royale" (1967) de la série James Bond, « What’s New Pussycat » ( chanson de Tom Jones)  du film éponyme (1965); ou encore "Butch Cassidy et le Kid" (1969) , pour lequel il obtiendra l’oscar de la Meilleure Musique de Film .

On retrouve dans ce dernier film la chanson  "Raindrops keep falling on my head", chantée par B. J. Thomas.

 

 Après des années difficiles, il revient en 1981, avec le thème du film « Arthur »,  (interprété  par Christopher Cross) .

En 1985 il retrouve  le succès avec Dionne Warwick pour le hit « That’s What Friends Are For » .

Durant les années 1990, Bacharach participe aux trois aventures cinématographiques d’Austin Powers.

Après un nouveau détour par le jazz  Burt Bacharach enregistre  un nouvel album (26 ans après), "At This Time" (2005), en compagnie de Rufus Wainwright et Elvis Costello.

 

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Repost 0

Publié le 9 Octobre 2013

                                       

Les médias ont trouvé l’histoire pour faire pleurer dans les chaumières en ces temps de matraquage fiscal .
Juliette Tarmet, qui aura 100 ans dans quelques jours,n’avait pas payé d’impôt depuis la mort de son époux en 1999. L’ancienne professeur de piano à la retraite a été surprise de voir le Trésor Public lui réclamer 444 euros au titre de son impôt sur le revenu pour l’année 2012.
Le gel de l’indexation du barème de l’impôt sur le revenu, décidé sous le gouvernement Fillon, et gardé par celui-ci, ajouté à la diminution de l’avantage pour les veufs, ont fait que Juliette Tarmet est rentrée cette année dans la 1ère catégorie des citoyens imposables.
Avec 17 000 euros de revenus annuels, soit plus de 1400 euros mensuel, notre mamie est devenue imposable .
Mais pourquoi les médias font toute une histoire avec une centenaire qui va devoir s’acquitter d’un peu plus de 400 euros d’impôts pour un revenu qui semble très correct.
Plus de 8 millions de français vivent sous le seuil de pauvreté, et parmi eux de nombreux retraités, on dénombre 5 millions de chômeurs, et les médias s’émeuvent pour cette histoire ?
Désolé, cette mamie est surement très sympathique, mais je n’ai aucunement envie de la plaindre. On devrait plutôt souhaiter que tous nos aînés soient dans sa situation .
D’ailleurs je connais beaucoup de retraités, de salariés aussi, qui voudraient pouvoir gagner 1400 euros par mois .
Et je ne vois pas au nom de quoi une centenaire devrait payer moins d’impôts qu’un autre citoyen. Sinon bien sur, si l’on veut juste utiliser son image afin de jouer sur la carte sensible pour faire vendre . Auquel cas nos chers médias font une fois de plus preuve d’indécence, mais on est habitué .
Ce qui devrait surprendre dans cette histoire, c’est de voir qu’une personne qui gagne 1400 euros par mois puisse ne pas payer d’impôts sur le revenu .
Que nos médias se renseigne auprès des nombreux français dans ce cas, ils vont voir que notre retraitée à bien eu de la chance pendant 14 ans.
Oui il y a un ras le bol fiscal en général, et de l’exagération dans de nombreux cas particuliers, mais je n’ai pas le sentiment que la victime choisie par les médias soit le bon exemple, et si à plaindre que cela .

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Repost 0

Publié le 2 Octobre 2013

 

                                               

Alors que le débat sur le travail le dimanche fait rage depuis quelques jours, le dessinateur du Monde, Plantu, prend position en osant faire le parallèle entre le syndicat CGT, opposé au travail dominical,  et les intégristes musulmans. 

Pour certains,  cette caricature stigmatise une nouvelle fois la communauté musulmane alors qu’elle n’a rien demandé .

On peut comprendre cette réaction, mais il y a bien plus grave à mon sens .

En effet, comment oser mettre sur le même plan un intégriste avec un syndicaliste .

 Dans un communiqué publié ce mardi midi, la fédération des travailleurs des Industries du Livre, du Papier et de la Communication Cgt a réagit : "Le Plantu, lui, élève le débat au niveau du caniveau actuel: un cégétiste c’est un islamiste, donc un terroriste, un ennemi de la France, et la France tu l’aimes ou tu la quittes… Le plus navrant serait d’apprendre que ce genre de dessin, d’ordinaire dans Rivarol ou Je Suis Partout, a été exécuté par conviction et non par corruption. Si ce n’est la corruption de la pensée."

Pour Plantu, ceux qui ne souhaitent pas travailler le dimanche ont l’esprit aussi étriqué que ceux qui appliquent la Charia .

La question n’est nullement de savoir si un caricaturiste a le droit de caricaturer. Mais dans le cas présent Plantu fait juste la propagande pour le modèle en place . Il s’en prend à "l’immobilisme" des français face au monde en mouvement . On connait le discours par coeur .

Plantu représente la caricature de l’ultralibéral qui ne supporte pas que l’on pense différemment que lui .

Pour eux la mondialisation est la seule issue, la dérégulation du travail doit s’imposer pour concurrencer les pays émergents . 

Mais attention, si vous tenez un autre son de cloche, si vous critiquez la mondialisation, si vous demandez un minimum de protectionnisme comme ont pu le faire des Bayrou, Todd ou Montebourg, vous êtes assimilés à un moment ou à un autre au FN .

Ces gens qui viennent plus souvent qu’on ne le pense de la gauche soixante-huitarde, sont d’une rare intolérance . Pour eux la gauche c’est avant tout le sociétal, le social ayant été abandonné aux partis extrémistes.

Ne sont-ils pas en permanence à parler de "populisme", comme si le peuple avait quelque  chose d’honteux pour eux ?

A ce propos, Plantu a déjà vu l’un de ses dessins faire polémique, un dessin ou il mettait Mélenchon et Marine Le Pen sur le même plan .

                         

Mais le plus drôle de l’histoire, ce ne sont pas ces dessins bien sur, mais la récompense qu’a obtenu le dessinateur du Monde pour ce parallèle d’une grande finesse .

Il faut savoir qu’en décembre 2010, il a reçu des mains de l’ambassadeur du Qatar le prix « Doha Capitale Culturelle Arabe » .

Ce prix était accompagné de la somme de 10 000 euros.

Voici un petit extrait de son discours : « Que ce soit au Qatar ou au Proche-Orient, j’apprends beaucoup sur la liberté d’expression et sur la liberté de penser ».

Rappelons que le Qatar finance  par ailleurs des mouvements intégristes voire djihadistes partout dans le monde .

Mais pour Plantu l’argent n ‘a pas d’odeur.

La crédibilité du dessinateur en prend un sacré coup non ? 

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Repost 0

Publié le 1 Octobre 2013

                                             

Lorsqu’on pense cinéma, il est des scènes qui de suite nous reviennent en mémoire, des scènes qui nous ont ému par leur grâce, leur sensibilité, leur humour. Ces scènes ont un tel pouvoir de séduction, d’imagination, d’émotion, qu’on se les approprie, qu’on les partage avec des êtres chers, devenant ainsi une partie de notre domaine privé .

On peut dire que certaines d’entre elles sont si parfaitement réalisées qu’elles sont comparables aux plus grandes toiles des plus grands peintres.

La scène dite de " La première rencontre", dans " Les lumières de la ville" de Chaplin, appartient à cette catégorie .

Chaplin a dû employer tous les ressorts de son talent de metteur en scène pour imaginer un concours de circonstances suffisamment crédible pour que la jeune fille aveugle perçoive en lui un milliardaire .

Pour éviter tout misérabilisme , Chaplin alterne comique pur et mélodrame .

C’est d’ailleurs le cas dans cette fameuse scène , si touchante, que Chaplin conclue avec le gag du seau d’eau .

Le tournage des Lumières de la Ville  se révéla être un vrai calvaire .

La scène de la première rencontre entre le vagabond et la jeune fleuriste a nécessité plusieurs centaines de prises (entre 300 et 700 selon les sources) réparties sur les deux années de tournage.

Pour interpréter le rôle de la jeune fille aveugle, Chaplin avait choisi une jeune actrice inexpérimentée, Virginia Cherrill, âgée de vingt ans .

Virginia est la seule de ses interprètes avec laquelle il ne s’entendit pas. Plus de cinquante ans après, elle  déclarait encore  : « Charlie ne m’a jamais aimée, et je n’ai jamais aimé Charlie ».

De son coté Chaplin considérait qu’elle ne se consacrait pas assez à son travail.

Persuadé que le parlant n’a aucun avenir ,Charlie Chaplin, contre vents et marées décide de réaliser un nouveau film muet . Le film sera un immense triomphe international, un des plus massifs dans la carrière de Chaplin, qui sut finalement se faire accepter par ce nouveau public et par la critique .

La dernière scène du film, le moment où la jeune aveugle, ayant recouvré la vue, découvre enfin la triste réalité de son bienfaiteur est également un grand moment de cinéma .

Un critique écrira  que c’était là “la plus grande performance d’acteurs et le moment le plus fort de l’histoire du cinéma”.

Vers la fin de sa vie, Chaplin s’émerveillait encore du caractère magique de cette scène : “Ça m’est arrivé une ou deux fois, disait-il. Dans Les lumières de la ville, rien que la dernière scène… Je ne joue pas… Je m’excuse presque, je suis extérieur à moi-même et je regarde… C’est une scène belle, très belle, précisément parce qu’elle n’est pas surjouée.”

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Cinéma, #Chaplin, #Les lumières de la ville

Repost 0