Publié le 31 Mai 2013

Tout d'abord commençons par rendre hommage à Georges Moustaki qui nous a quitté la semaine dernière .

La douceur, la gentillesse, et beaucoup de talent aussi, ce sont les caractéristiques de ce chanteur qui nous a accompagné pendant plusieurs décennies .

Des chansons pour les autres, Piaf, Barbara, Reggiani ....

 

Et pour lui aussi ..

Passons aux nouveautés du moi .

"Together Alone" est le premier album de la chanteuse auteur-compositeur britannique d'origine écossaise Alex Hepburn.

Comparée à Janis Joplin ou à Amy Winehouse (ce qui est excessif à mon goût), Alex Hepburn possède une voix particulière qu'elle tient en partie à cause de la cigarette, elle fume depuis l'âge de 14 ans.

Steve Earle revient avec un nouvel album , "The Low Highway".  Les années à Nashvillesous la coupe de Townes Van Zandt, l'addiction au crack (...), la prison, la rédemption,Steve Earle est dans le monde de la country un cas à part .

Pour en savoir un peu plus sur le personnage ...

http://next.liberation.fr/musique/2013/04/16/steve-earle-barde-blues_896674

 

Séquence  nostalgie..

 

Il y a 30 ans, en mai 1983 sortait l'album Crises de Mike Oldfield .

On se souvient tous du tube Moonlight Shadows interprétée par Maggie Reilly.

 

En mai 1973 on retrouve Karen et Richard Carpenter sur l'album "Now and Then" .

On y retrouve "Sing", mais surtout le superbe "Yesterday Once More".

Une occasion de se souvenir de la douce voix de Karen disparue en 1983 .

 


 

 

 

Pour terminer, il y a 50 ans sortait "The Freewheelin' Bob Dylan", son second album.

Pour la première fois, il y interprète essentiellement ses propres compositions.

En voici 3 extraits :

"Blowin' in the Wind" , "Girl from the North Country" et "A Hard Rain's a-Gonna Fall".

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Musique, #Variété, #Rock

Repost 0

Publié le 29 Mai 2013

                                               

Depuis la semaine dernière la guerre est déclarée entre la droite de la droite et la favorite de l'UMP à la Mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet .

C'est tout d'abord l'une des deux têtes pensantes de la Droite Forte, Guillaume Peltier, qui a appelé à voter contre NKM à la primaire UMP, car elle s'est abstenue lors du vote à  l'Assemblée sur la loi sur le mariage gay, contrairement aux deux autres candidats, Pierre-Yves Bournazel et Jean-François Legaret, qui «ont eu tous les deux une position très claire puisqu'ils ont dit que s'ils avaient été parlementaires, ils se seraient opposés à cette loi dite Taubira.»

Suite à cette attaque, NKM n'a pas hésité longtemps avant d'accuser Peltier d'être le «Buisson qui cache la forêt», en référence à l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy .  «Derrière tout cela, il y a des gens qui voudraient prouver que la droitisation et l'alliance avec le Front national sont indispensables», avait-elle ajouté.

Suite à cette empoignade, le bureau politique de l'UMP a rappelé à l'ordre Guillaume Peltier, mais ce dernier a tenu à préciser que ses «convictions restent intactes.» 

NKM non plus ne semble pas prête à enterrer la hache de guerre. Sur Europe 1,l'ancienne porte-parole du candidat Sarkozy en a  remis une couche. «Cette méthode qui consiste à montrer l'un ou l'autre du doigt dans sa famille politique et à dire celui là, c'est celui qu'on ne veut pas, ce sont des méthodes qui viennent du Front National. Et quand on change de parti, il faut changer de méthode», a-t-elle assené. 

Rappelons qu'avant d'intégrer l'UMP, Guillaume Peltier connaissait la droite de la droite par coeur puisqu'il avait milité tour à tour au Front national, puis au côté de Bruno Mégret et de Philippe de Villiers.

Mais la droite de la droite ne désarme pas, comme on le voit avec ce titre de Minute "Payez-vous NKM pour 3 euros", sous-entendant, "Faites la perdre à cette primaire de l'UMP" .

Rappelons que Patrick Buisson, le conseiller ultra-droitier de Sarkozy, fut à une certaine époque journaliste, puis directeur du journal . On voit bien qu'il est à la manoeuvre derrière Peltier et Didier, les deux jeunes chefs de la Droite Forte, surnommés Adolf et Bénito par une partie de l'UMP .

On peut même se demander si Nicolas Sarkozy en personne n'est pas à la manoeuvre pour faire perdre NKM, et par la même occasion laisser Paris aux socialistes ?

Mais je m'égare, l'homme n'est pas capable de ce genre de coups-bas.

Cette droite violente et agressive, que l'on a pu voir dans les rues lors des manifestations contre le mariage gay, n'a plus peur de montrer son vrai visage et de faire entendre sa voix rageuse .

C'est sûrement à cause de la violence des mots de Sarkozy pendant 10 ans, puis de Copé aujourd'hui, que ce discours d'intolérance peut aujourd'hui être entendu par une partie de plus en plus grande de l'opinion .

Que doit faire la partie de la droite qui refuse cette ligne ?

Et bien elle ne doit plus se soumettre comme elle l'a fait pendant 5 ans sous Sarkozy, elle doit s'émanciper des Buisson, des Copé, des Adolf et Bénito,  et de toute cette clique qui mettent en danger notre pays .

C'est à un Fillon de faire enfin preuve de courage. C 'est aussi à cette nouvelle génération, avec des Lemaire, Apparu ou NKM, de reprendre la droite en main afin qu'elle redevienne respectable et digne d'un grand pays comme la France .

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #NKM, #Peltier, #Minute, #Buisson, #Sarkozy, #UMP, #Extrème Droite, #Politique

Repost 0

Publié le 27 Mai 2013

                           

Il y a 70 ans aujourd'hui, le 27 mai 1943, sous la présidence de Jean Moulin, les représentants des différentes organisations de la résistance intérieure réunis clandestinement créaient le Conseil national de la Résistance. 

 L’année suivante, le 15 mars 1944, était adopté le fameux programme du CNR, mis en œuvre à la Libération. 

a) sur le plan économique :

• l’instauration d’une véritable démocratie économique et sociale, impliquant l’éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l’économie .

• une organisation rationnelle de l’économie assurant la subordination des intérêts particuliers à l’intérêt général et affranchie de la dictature professionnelle instaurée à l’image des Etats fascistes ;

• l’intensification de la production nationale selon les lignes d’un plan arrêté par l’Etat après consultation des représentants de tous les éléments de cette production ;

• le retour à la Nation des grands moyens de production monopolisés, fruit du travail commun, des sources d’énergie, des richesses du sous-sol, des compagnies d’assurances et des grandes banques ;

• le développement et le soutien des coopératives de production, d’achats et de ventes, agricoles et artisanales ;

• le droit d’accès, dans le cadre de l’entreprise, aux fonctions de direction et d’administration, pour les ouvriers possédant les qualifications nécessaires, et la participation des travailleurs à la direction de l’économie.

 

b) sur le plan social :

• le droit au travail et le droit au repos, notamment par le rétablissement et l’amélioration du régime contractuel du travail ;

• un rajustement important des salaires et la garantie d’un niveau de salaire et de traitement qui assure à chaque travailleur et à sa famille la sécurité, la dignité et la possibilité d’une vie pleinement humaine ;

• la garantie du pouvoir d’achat national par une politique tendant à la stabilité de lamonnaie ;

• la reconstitution, dans ses libertés traditionnelles, d’un syndicalisme indépendant, doté de larges pouvoirs dans l’organisation de la vie économique et sociale ;

• un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se les procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l’Etat ;

• la sécurité de l’emploi, la réglementation des conditions d’embauchage et de licenciement, le rétablissement des délégués d’atelier ;

• l’élévation et la sécurité du niveau de vie des travailleurs de la terre par une politique des prix agricoles rémunérateurs, améliorant et généralisant l’expérience de l’Office du blé, par une législation sociale accordant aux salariés agricoles les mêmes droits qu’aux salariés de l’industrie, par un système d’assurance contre les calamités agricoles, par l’établissement d’un juste statut du fermage et du métayage, par des facilités d’accession à la propriété pour les jeunes familles paysannes et par la réalisation d’un plan d’équipement rural ;

• une retraite permettant aux vieux travailleurs de finir dignement leurs jours ;

• Une extension des droits politiques, sociaux et économiques des populations étrangères.

• La possibilité effective pour tous les enfants français de bénéficier de l’instruction et d’accéder à la culture la plus développée, quelle que soit la situation de fortune de leurs parents, afin que les fonctions les plus hautes soient réellement accessibles à tous ceux qui auront les capacités requises pour les exercer et que soit ainsi promue une élite véritable, non de naissance, mais de mérite, et constamment renouvelée par les apports populaires.

Ou est l'esprit de Jean Moulin et du CNR aujourd'hui ?

Sûrement pas dans nos élites politiques, patronales et médiatiques, eux qui passent leur temps à réclamer des "réformes" qui n'ont pour but que de détruire le programme du Conseil National de la Résistance .

Tous ces gens auraient-ils soutenus Pétain il y a 70 ans pour garder leurs privilèges?

On est en droit de se poser la question .

 

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Conseil National de la Résistance, #Jean Moulin, #Libéralisme

Repost 0

Publié le 23 Mai 2013

                                                             

Charles Vanel est un acteur et réalisateur français. Il est né le 21 août 1892 à Rennes , et mort le 15 avril 1989 à Cannes . 

Il passa son enfance à St-Malo . Après une enfance difficile ou il est renvoyé de tous les établissements scolaires, à 12 ans il ne rêve que d'une chose, s'engager dans la marine . Mais sa vue déficiente le ramènera sur terre, ou plutôt sur scène .

 Charles Vanel suit ses parents à Paris et devient un spectateur assidu du théâtre Montparnasse.

Il découvre une nouvelle passion qui le fera tout d'abord devenir comédien, au théâtre d'abord, puis au cinéma ensuite .

Il tourne son premier film en 1912,  "Jim Crow" de Rober Péguy.

Il sera au combat lors de la première guerre mondiale jusqu'en 1916, année ou il sera libéré pour  une tournée de propagande en Amérique du sud .

Le cinéma est encore muet tandis que Charles Vanel enchaîne les films à raison de cinq à six par an, de 1922 à 1929. Un de ses rôles les plus marquants de cette époque est son interprétation de Napoléon dans Waterloo (1928) de  Karl Grüne. Son premier film parlant est  L' Arlésienne(1930) de  Jacques de Baroncelli .

                                     

Dans les années 30 il est l'un des acteurs fétiches de Raymond Bernard, avec qui il tourne "Faubourg Montmartre" (1931) , mais surtout "Les croix de bois" (1931) , et surement la meilleure adaptation du roman de Victor Hugo "Les misérables" (1933) , dans lequel il campe un Javert remarquable, au coté d'un Harry Baur en Jean Valjean .

 

 

Toujours dans les années 30, il est à l'affiche notament de Jenny de Marcel Carné, et surtout du chef-d'oeuvre de Julien Duvivier  "La belle équipe"(1936) .À noter que Julien Duvivier tourna une fin pessimiste dans lequel Jeannot (Jean Gabin) tue Charlot (Charles Vanel). Cette fin fut jugée trop négative par les producteurs obtinrent de Duvivier qu'il tourne une fin optimiste. C'est cette fin optimiste qui fut exploitée au cinéma . Les deux fins ont déjà été diffusées à la télévision française . 

 

                                      

Les années 40 sont plus difficiles . On le voit tout de même dans des films comme "Les affaires ont les affaires"  de Jean Dreville et  "Le ciel est à vous" de Jean Grémillon .

A la fin des années 40 et au début des années 50 il tourne surtout en Italie avant que Clouzot ne le fasse tourner dans "Le salaire de la peur". Il recevra le prix d'interprétation à Cannes pour ce rôle .

C'est une seconde carrière qui s'offre à lui désormais .

En 1954, c'est tout d'abord Guitry qui utilise son talent dans "Si Versailles m'était conté",puis Duvivier à nouveau dans L'Affaire Maurizius, et surtout Clouzot une nouvelle fois dans "Les Diaboliques" .

 

 

En 1955 on le retrouve à l'affiche avec Cary Grant, Grace Kelly, sous la direction du maitre du suspense, Alfred Hitchcock , dans "La main au collet" . 

Dans ce film Charles Vanel interprète un restaurateur, ancien collègue de  la Résistance de Cary Grant .

                                           

En 1956  c'est "La Mort en ce jardin" de  Luis Buñuel

                              

Clouzot fait pour la troisième fois appel à lui en 1960 dans "La vérité", film dans lequel il est l'avocat de Brigitte Bardot .

On le verra moins lors de cette décennie, mais on doit tout de même retenir des films commes "L'Aîné des Ferchaux" de Jean-Pierre Melville (1963), toujours en 1963, "Symphonie pour un massacre" de Jacques Deray,  "Un homme de trop" de Costa-Gavras (1966), "La Prisonnière" de  Clouzot (1968) .

Dans les années 70 , alors qu'il atteint les 80 ans , on le voit encore dans des films comme : "L'Aventure, c'est L'Aventure" de  Lelouch, " La Plus belle soirée de ma vie" d'Ettore Scola,  Cadavres exquis  de Francesco Rosi, et surement son dernier grand rôle dans " Sept morts sur ordonnance de Jacques Rouffio en 1975, film ou il incarne le Dr Brézé, vieux chirurgien, véritable chef de clan .

                                 
On le verra une dernière fois dans " Les Saisons du plaisir" de Jean-Pierre Mocky en 1987 .

Charles Vanel est l'acteur ayant la plus longue carrière de l'histoire du cinéma avec plus de deux cents films, le tout sur une période de 77 ans.

Charles Vanel disait : « La vie, c'est comme la mayonnaise, il ne faut pas la rater. » Il s'y efforça pour son compte en sacrifiant à ses trois virus : la pierre, la mer et le cinéma. «J'ai acheté au moins dix maisons, récapitulait-il. J'ai eu encore plus de bateaux". 

 

Quelques uns de ses nombreux films :

1912 - Jim Crow (Robert Peguy)

1926 - La Proie du vent (René Clair)

1928 - Waterloo (Karl Grüne)

1929 - Dans la nuit (Charles Vanel)

1930 - Accusée, levez-vous ! (Maurice Tourneur)

1931 - Daïnah la métisse (Jean Gremillon)

1931 - Faubourg Montmartre (Raymond Bernard)

1931 - Les Croix de bois (Raymond Bernard)

1932 - Affaire classée (Charles Vanel)

1932 - Au nom de la loi (Maurice Tourneur)

1933 - Le Grand Jeu (Jacques Feyder)

1933 - Les Misérables Les Thénardier (Raymond Bernard) 

1933 - Les Misérables Liberté liberté chérie (Raymond Bernard) 

1933 - Les Misérables Une tempête sous un crâne (Raymond Bernard) 

1933 - Obsession (Maurice Tourneur)

1935 - L'Equipage (Anatole Litvak)

1935 - Michel Strogoff (Jacques de Baroncelli & Richard Eichberg)

1936 - Abus de confiance (Henri Decoin) 

1936 - Jenny (Marcel Carné)

1936 - La Belle équipe (Julien Duvivier) 

1939 - La Loi du Nord (Jacques Feyder)

1940 - Le Diamant noir (Jean Delannoy)

1942 - Les Affaires sont les affaires (Jean Dréville)

1943 - Le ciel est à vous (Jean Gremillon) 

1949 - Au nom de la loi (Pietro Germi)

1951 - Brigades volantes (Fernando Cerchio)

1953 - Le salaire de la peur (Henri-Georges Clouzot) 

1953 - Si Versailles m'était conté... (Sacha Guitry)

1954 - L'Affaire Maurizius (Julien Duvivier)

1954 - Les diaboliques (Henri-Georges Clouzot) 

1954 - Les gaietés de l'escadron (Paolo Moffa)

1955 - La Main au collet (Alfred Hitchcock) 

1956 - La Mort en ce jardin (Luis Buñuel) 

1956 - Le Feu aux poudres (Henri Decoin)

1958 - Le Gorille vous salue bien (Bernard Borderie) 

1958 - Rafles sur la ville (Pierre Chenal)

1959 - La Valse du Gorille (Bernard Borderie)

1959 - Pêcheur d'Islande (Pierre Schoendoerffer)

1960 - La vérité (Henri-Georges Clouzot) 

1961 - Tintin et le mystère de la toison d'or (Jean-Jacques Vierne)

1963 - L'Aîné des Ferchaux (Jean-Pierre Melville) 

1963 - Symphonie pour un massacre (Jacques Deray)

1963 - Un Roi sans divertissement (François Leterrier) 

1965 - Le Chant du monde (Marcel Camus) 

1966 - Un homme de trop (Costa-Gavras)

1968 - La Prisonnière (Henri-Georges Clouzot)

1972 - L'Aventure, c'est L'Aventure (Claude Lelouch) 

1972 - La Plus belle soirée de ma vie (Ettore Scola)

1975 - Cadavres exquis (Francesco Rosi)

1975 - Sept morts sur ordonnance (Jacques Rouffio)

1976 - Alice ou la dernière fugue (Claude Chabrol)

1976 - Comme un boomerang (José Giovanni) 

1981 - Trois freres (Francesco Rosi) 

1987 - Les Saisons du plaisir (Jean-Pierre Mocky)

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Cinéma, #Charles Vanel

Repost 0

Publié le 19 Mai 2013

                             

On entend ici et là dans certains médias et dans les propos de quelques politiques, que face à la crise et dans la situation actuelle de notre pays, il faudrait faire appel aux hommes et aux femmes de bonne volonté, de droite comme de gauche, afin qu'ils unissent leurs efforts pour redresser la France .

Vaste programme, mais on y met quoi ?

Car si c'est pour unir des politiques qui ont dirigé le pays depuis des décennies on ne voit pas l'intérêt .

En effet à quoi cela servirait-il d'unir une partie du PS avec une partie de l'UMP, en y incluant quelques centristes, et quelques personnalités de la société civile, si c'est pour poursuivre la même politique libérale qui conduit le monde là ou il est, c'est à dire au bord du précipice .

Non la solution ne peut venir de ces gens qui ont échoué en permanence, elle ne peut venir que d'hommes et de femmes nouveaux avec des idées révolutionnaires .

Tout d'abord, quid de cette Europe qui ne fait qu'accentuer les effets néfastes de la crise ? 

Il est évident qu'on ne peut continuer ainsi avec ce monstre qui n'a qu'un seul but, donner de moins en moins aux populations tout en leur en prenant de plus en plus .

Que feront-ils le jour ou ils leur laisseront si peu qu'ils ne pourront plus rien leur prendre ?

Déclencher une petite guerre ou une révolution pour qu'ils se tuent entre eux ?

Il faut dire qu'avec cette idée d'union nationale c'est le moyen le plus rapide pour y arriver .

En effet, la population ayant vu cette alliance échouer, elle se réfugiera vers l'extrême droite alliée avec la partie la plus dure de l'UMP (La sarkozye, les amis de Copé, La Droite Forte), qui aura refusé l'alliance nationale. Cette belle coalition ultra-droitière, forte d'une opposition réduite à néant, pourra alors appliquer un programme ou les acquis sociaux, les libertés, et quelques belles autres grandes valeurs qui ont fait ce pays, seront réduits le plus possible .

Et si le peuple se rebelle contre ce joli monde, je n'ose imaginer la suite ...

Toujours une belle idée cette union nationale ?

Et puis un gouvernement d'union nationale avec tous les politiques du Oui au Référendum européen, alors que les français ont voté contre, ça sent l'arnaque d'entrée de jeu .

Non, ce qu'il faudrait c'est une union, mais une union de ceux qui veulent réellement redresser ce pays avec de nouvelles solutions .

Il faudrait pour cela trouver des hommes et des femmes qui aient le même courage que ceux qui ont participé au Conseil National de la Résistance, qu'ils osent s'en prendre aux grands patrons qui en délocalisant en Chine ou au Bangladesh, ne sont guère plus respectables que leurs devanciers qui ont collaboré avec les nazis .

Mais si l'on veut réinventer un modèle digne du CNR, et non le détruire à petit feu comme on le fait depuis 30 ans, il faudra aussi que les collectivités locales, régionales, les salariés, les élus, les élites, et bien entendu l'Etat, participent à cet effort .

Sinon, si chacun tient absolument à conserver ses petits ou gros privilèges, et bien c'est la solution du chaos qui nous attend .

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Repost 0

Publié le 10 Mai 2013

                                              

Combien d'amateurs de cinéma ce sont fait cette réflexion "Le cinéma français manque d'imagination, il ne prend plus assez de risques ". ou encore "La plupart des films qui sortent ne sont que des comédies romantiques sur les problèmes de familles recomposées ou des comédies lourdingues ", et pour terminer , "Le cinéma français n'est plus ce qu'il était".

Pour comprendre comment cet art, qui est tout de même né chez nous, en est arrivé à ce manque de diversité et d'absence de prise de risque, il est intéressant d'écouter ceux qui en font leur métier et qui s'inquiètent de ces dérives .

 

Après la polémique lancée par Vincent Maraval sur les salaires trop élevés des acteurs c'est au tour de Michel Hazanavicius, le réalisateur de The Artist , de mettre les pieds dans le plat .

Voici ce qu'il déclare : "notre système de financement connaît une "bulle" inflationniste particulièrement dangereuse en période de crise économique. Cette inflation est notamment due à un non-partage des recettes."  . 

Le réalisateur estime que tous les acteurs du système de financement des films préfèrent maximiser leurs profits "en amont de la sortie", notamment avec la pratique qui consiste à " gonfler les devis pour récupérer le maximum d'argent pendant le financement, d'autre part de dépenser le minimum de cet argent pendant la fabrication, entraînant ainsi le sous-paiement des techniciens, la délocalisation, la fabrication au rabais, etc., et enfin de produire un maximum de films, quelle que soit la qualité des scénarios en cours... La qualité des films en fait souvent les frais.

Il ne fait aucun doute que le système de financement, avec comme principal pourvoyeur la télévision, est un réel problème à ses yeux .

Il déclare sur ce sujet  : "Les obligations des chaînes de télévision vis-à-vis de la création, sans doute obsolètes, ont été avec le temps détournées et ne répondent plus à l'objectif recherché. La prise de risque a laissé place au préfinancement assuré et encadré." L'inflation des budgets et le manque de prise de risque des télés ont conduit à la disparition des "films du milieu", ces productions de taille moyenne plus risquées financièrement que plus personne ne semble pouvoir produire."

Des chaînes de télévisions qui ne veulent financer que des films qui feront le plus d'audimat possible le jour de leur télédiffusion. Et pour arriver à ce résultat il faut sélectionner les scénarios qui vont dans le sens du "tout public".

 

D'ailleurs nous avons compris avec l'arrivée de Canal + que la télévision avait étouffé le cinéma . Il suffit de voir le nombre de personnalités qui ont démarré sur la chaîne cryptée et qui sont passées par la suite au 7ème art  pour comprendre: (De Caunes, Les Nuls, Les Robins des Bois, José Garcia, Edouard Baer,Alain Chabat, Jamel, Eric et Ramzy, Les miss météo.....).

En les citant on a le sentiment que le cinéma français n'est plus qu'une annexe de Canal+.

Une partie du drame du cinéma français actuel vient peut-être aussi de là .

Ces gens sont pour la plupart des comiques, parfois de talent médiocre.

Mais le cinéma français a besoin de diversité, et non de cette consanguinité télévisuelle qui empêche de vrais gens de métier de nous proposer des films qui ont fait l'histoire du cinéma français .

 Hazanavicius propose notamment comme solution  une "régulation" européenne, en imposant enfin aux fournisseurs d'accès Internet (FAI) le fait qu'ils doivent participer au financement des films à l'instar des chaînes de télévision. Et évidemment en réhabilitant le système de partages des recettes  "Partager équitablement la recette, c'est le seul moyen de rétablir la confiance, et ainsi de refaire baisser le coût des films. Il faut évidemment que nous soyons, nous fabricants, intéressés au succès de nos films. Nous aurons d'autant plus intérêt à en faire de bons, et pour moins cher s'ils peuvent rapporter de l'argent."

Et de conclure « Le cinéma est un art amical qui nous rend heureux, nous fait rire, nous émeut, nous divertit, mais nous rend aussi conscients, et nous rappelle que nous avons un destin commun » .

 

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Repost 0

Publié le 9 Mai 2013

                                              

Tous les ans c'est la même chose, c'est le marronnier de nos chers médias soumis au diktat des ultra libéraux, "au mois de mai la France ne fait rien " .

Ils sont les premiers responsables de la délocalisation qui nous a conduit au chomâge de masse mais ils nous reprochent de na pas travailler assez . Elle est bien bonne celle-là !

Depuis quelques jours on nous dit que les jours fériés coûtent à notre économie quelques 2 milliards d'euros,  soit 0,1 point de croissance .

2 milliards d'euros pour quelques jours de congés à des millions de salariés, est-ce si grave alors que quelques milliers d'irresponsables font perdre bien plus à notre pays par leur trahison à la patrie juste par appat du gain ?

En effet combien de dizaines de milliards perdus par les délocalisations, l'exil, la fraude ou les cadeaux fiscaux ? 

Encore une fois arrêtons de culpabiliser les salariés et attaquons-nous à ceux qui ruinent réellement le pays !

D'ailleurs que nous disent ces chers médias? 

Que les français sont les champions du monde des jours de congés, de jours fériés, les plus paresseux comme le titrait récemment un hebdomadaire .

Un mensonge de plus de la pensée unique, les français ne sont pas ceux qui possèdent le plus de jours fériés ou de congés . En voici la preuve .

 Au total, la France compte onze jours fériés lorsque le hasard du calendrier les faits tous tomber en semaine, tout comme l’Italie, la Suède et la Pologne.

Mais l’Autriche, le Portugal, la Lituanie et la Slovénie font plus avec 13 jours fériés . L’Espagne et Malte font plus également (14), alors que les champions d'europe sont  la Slovaquie et Chypre avec 15 jours . 

A l'inverse les pays qui en dénombrent le moins sont  l’Irlande, la Roumanie et l’Allemagne qui n’en comptent que 9, le Royaume Uni et les Pays-Bas seulement 8.

Comme on le voit la France se situe dans une moyenne européenne et non dans la caricature médiatique servie matin, midi et soir .

Et si l'on s'intéresse au cumul des jours fériés et des congés, là aussi la France n'a pas droit à la médaille d'or .

C'est l’Autriche et Malte qui arrive en tête avec 38 jours devant la Grèce et la Pologne avec 37.

La France arrive derrière avec 36 jours, tout comme l'Espagne et l'Angleterre .

Ce sont les salariés Hollandais qui enchaînent le moins de jours chômés avec 28 jours .Les allemands avec 29 jours et les belges 30 sont juste devant .

Alors pourquoi nos médias ont-ils tant de mal à nous dire la vérité ?

Pourquoi passent-ils une si grande partie de leur temps à dire des contre vérités, à dire que les français sont largement en tête des pays qui travaillent le moins, qu'ils bénéficient de jours de congés bien plus élevés que les autres ?

Parceque leur but, sur ordre de ceux qui les financent, et de faire imposer des réformes qui réduiront les droits des salariés.

Et puis si les médias, les politiques et le patronnat le disent, il doit y avoir un fond de vérité.

 Et face à cette belle unanimité il serait égoiste et irresponsable de vouloir conserver ces petits privilèges de salariés nantis, voilà le message, même s'il est faux .

Ce proverbe d'Hitler a bien été retenu par certains.

 "Un mensonge répété dix fois reste un mensonge; répété dix mille fois il devient une vérité."

C'est vrai, il serait intolérable que nous continuions à profiter de tous ces jours de congés quand les élites de tout genre nous montre la voix à suivre .

Oui, si nous faisions commes eux, nous chercherions à tout faire pour payer le moins d'impôt possible, parfois de façon illégale. Nous mentirions en permanence comme les politiques afin d'obtenir un poste bien au-delà de nos capacités sans rien risquer. Nous serions comme ces acteurs de cinéma à toucher d'énormes salaires pour un film qui n'a aucun succès. Nous ferions en sorte que notre travail ne soit que du "tape à l'oeil", mais sans la moindre qualité sur le fond, comme de nombreux articles de nos journalistes .

On peut voir que ceux qui passent leur temps à nous dire ce qui est bien pour nous et pour la France ne sont qu'imposture et sont avant tout contre toute forme de réformes en ce qui les concerne . 

On comprend mieux qu'avec de telles élites, qui ont pour principal talent de reporter leur incompétence sur le peuple, notre pays aille si mal .

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Jours fériés, #congés, #Libéralisme, #Médias

Repost 0

Publié le 6 Mai 2013

 

telechargement--13-.jpg

Depuis quelques jours on entend dans les médias de multiples critiques sur la dernière vidéo du groupe Indochine "College Boy" . Cette vidéo d'une grande violence traite du harcèlement des jeunes à l'école .

Je trouve assez étrange qu'une vidéo qui traite d'un sujet aussi grave soit si rapidement et fortement comdamnée .

Alors que nous vivons dans un monde ou la violence est présente partout , et de façon gratuite bien souvent, lorsqu'elle se met au service d'un sujet grave et malheureusement très peu traité dans notre société, on la rejette sans même essayer d'ouvrir le débat .

Etrange. Y-aurait-il un malaise si profond dans notre mode de fonctionnement pour qu'un sujet aussi douloureux soit balayer comme ça d'un revers de la main ?

Ou bien aurait-on peur de se rendre compte que le monde actuel tel qu'il fonctionne, avec ses errements et ses excès, est responsable de cette recrudescence de la violence chez les plus jeunes ? Une violence qui peut mener jusqu'au meurtre ou au suicide .

Alors pourquoi rejette-t-on la forme, en s'attaquant à ce clip, sans s'intéresser au fond ?

Et bien tout simplement parce que dans ce monde moderne on nous enseigne qu'il faut être un "killer" dès le plus jeune age, qu'il ne faut pas hésiter à piétiner son voisin si l'on veut réussir, que les plus faibles n'ont pas leur place dans la mondialisation .

On nous apprend aussi qu'il faut qu'il y ait des gagnants et des perdants, d'ailleurs le monde des adultes est ainsi fait . Plus les riches sont riches, plus les pauvres sont pauvres, alors c'est la même logique pour les enfants, plus il y de forts d'un coté, plus il y a d'humiliés de l'autre, et vouloir le dénoncer est assimilé à une attaque contre l'ultra libéralisme .

N'est-on pas aussi humilié à l'école parqu'on n'a pas le bon vétement, la bonne marque. N'est-on pas "obligé" de consommer à outrance pour les adultes . La même logique!

N'est-on pas humilié à l'école si l'on est timide, réservé . C'est la même chose "chez les grands", il faut savoir "se vendre", s'imposer .

Chez les enfants on se suicide de plus en plus pour une mauvaise note, une remontrance . Les adultes se suicident lorsqu'ils perdent leur travail .

La culture de la réussite, de l'exigence, du plus fort .

Débattre autour de la vidéo d'Indochine aurait permis de dénoncer les excès d'un système , alors de suite les médias qui sont d'habitude si promptes à défendre toutes formes de violence dans les jeux vidéos, à la télévision ou au cinéma, ont cette fois-ci volé au secours le plus rapidement possible de leur modèle chéri en s'attaquant à la vidéo et en evitant bien de parler du fond.

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Harcèlement scolaire, #Libéralisme, #Débat

Repost 0

Publié le 5 Mai 2013

                                                

Dans ce monde il y a les puissants et les faibles, les bons et les mauvais élèves .
Sur quels critères on se base pour savoir qui est ou pas un bon élève, ça c'est autre chose, mais il y a ceux que l'on peut insulter, pardon, que l'on doit insulter, et ceux pour qui il est interdit d'observer la moindre petite critique .
Prenez par exemple les grecs, ceux qui ne payent pas leurs impôts et sont les rois du black .
Les italiens aussi, ces champions du monde de la triche .
Et les espagnols qui n'ont que ce qu'ils méritent .
Et les anglais, ces éternels empêcheurs de tourner en rond .
Et les français, et bien les français ont tous les défauts  de la terre à en croire les ultra libéraux . Ils sont paresseux, sont contre les réformes(on l'a entendu celle là) ....
Et les allemands ?
Alors là, pas touche au Dieu de l'Europe !
Et bien les allemands sont merveilleux, ils n'ont aucun défaut, ils sont le seul et unique modèle à suivre et celui qui en douterait serait taxé de germanophobe, plus grave encore, voudrait ranimer le mythe du "frigolin" ou du "frisé". 
On veut bien admettre que les allemands aient été traumatisés par leur passé, mais faut-il s'interdire la moindre critique de tout ce qui vient de chez eux pour autant ?
Heureusement que l'agression de Schumacher sur Battiston n'a pas lieu de nos jours car on n'aurait pas le droit de porter la moindre critique sur le geste du gardien allemand .
D'ailleurs que dirait la pensée unique actuelle si cette agression avait lieu lors de la prochaine Coupe du Monde ?
Et bien Schumacher a glissé, mieux , c'est Battiston qui l'a provoqué en voulant marquer contre l'Allemagne , la grande et merveilleuse Allemagne .
Quel culot ce Battiston tout de même, vouloir faire perdre la grande et magnifique Allemagne, et de plus il joue les victimes, mais laissez ce pauvre Schumacher en paix .
Il est étonnant que la pensée unique n'ait pas encore dit que c'est grâce à l'agression de Schumacher sur Battiston que les footballeurs français ont décidé de muscler leur jeu, et que finalement la victoire lors de la Coupe du Monde 1998 est un peu allemande elle aussi .
Oui ils seraient capables d'aller sur ce terrain, car ils osent tout les ultra libéraux, ceux qui veulent que les français soient KO, qu'ils subissent des réformes monstrueuses de Schroder  , qui font par exemple que le taux de pauvreté inférieur à celui de la France dans les années 90 lui est aujourd'hui supérieur .
Faire souffrir les peuples, les appauvrir, les étouffer, les ruiner , les faire travailler pour 5 euros de l'heure, voilà ce que souhaitent les ultra libéraux pour les salariés français .
Et après , et bien après les avoir paupérisé comme jamais, et bien ils les insultent . Ce sont des paresseux, le cancer de la société , oui ils sont comme ça les ultra libéraux, tout le coté machiavélique de la dictature par les actes et dans la rhétorique . 
Ce modèle  d'une rare agressivité pour tout être humain digne de ce nom ne peut être toléré sans un minimum de rébellion, sans au moins un débat.
Et bien non, pour les libéraux, de droite comme de gauche, il est courageux de faire les réformes qu'a eu le courage de faire Schroder , et ceux qui osent douter de son efficacité sont des staliniens, des fascistes, ou des germanophobes .
Germanophobes osent-ils avancer , il n'y a pas à dire ces gens ont le don pour culpabiliser en permanence ceux qui ne pensent pas comme eux . 
De véritables monstres, il n'y a pas d'autre mot, il faut appeler un chat un chat, ils veulent imposer la dictature de la pauvreté, toujours plus de pauvreté, afin que chacun accepte de travailler dans des conditions toujours plus difficiles, et ils n'hésitent pas à employer tous les moyens pour parvenir à leurs fins . 
Et après le modèle allemand ils voudront nous imposer le modèle chinois toujours au nom de la compétitivité .
Oui ils oseront, car il osent tout . La Chine n'est déjà plus décrite comme une dictature dans nos médias.  A partir du moment ou un pays s'ouvre au marché, il en devient automatiquement beaucoup plus respectable au niveau des droits de l'homme, même si par son arrivée dans la mondialisation il détruit un peu plus ceux des autres pays .
Elle n'est pas belle l'imposture du modèle allemand et de la mondialisation en générale ?
Et puisqu'on parle de germanophobie, il serait tant de se souvenir de cet homme qui en 2007, de meeting en meeting, s'en prenait à l'Allemagne de façon scandaleuse.
Mais lui à l'époque n'était pas taxé de germanophobe par les médias qui le soutenaient .
Mais comme il était le chouchou des libéraux, on lui passait tout .
Les libéraux seraient malhonnêtes en plus ?
 

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Germanophobie, #Europe, #Politique, #Libéralisme

Repost 0

Publié le 3 Mai 2013

Après Richie Evans la semaine dernière, rendons hommage à une autre chanteuse disparue lors de ce mois d'avril .

Il s'agit de Sara Montiel, chanteuse et actrice espagnole disparue le 8 avril dernier à l'âge de 85 ans.

Sa carrière au cinéma atteindra son sommet avec Vera Cruz de Robert Aldrich, ou elle est la partenaire de Gary Cooper et Burt Lancaster .

 

En 1956 elle tourne un film musical sous les ordres du grand spécialiste du Western qu'est Anthony Mann . Le réalisateur américain sera son mari pendant sept ans. 

En 1958 elle rencontre le succès avec le film musical "La violetera" .

Un second morceau......


 

En ce qui concerne les nouveautés on commence avec Axelle Red . Même si son album est sorti il y a déjà 2 mois, il est toujours temps d'y revenir. Une fois de plus on n'est pa déçu . De la belle et bonne chanson française, avec de belles mélodies et des arrangements toujours très soignés, ce qui est hélas parfois trop rare dans la chanson française . 

Actrice et musicienne israélienne née à Tel-Aviv,  Riff Cohen fait cohabiter le rock, la pop et la musique traditionnelle orientale . 

Terminons cette rubrique en beauté avec Jacques Higelin et son dernier album "Beau Repaire" .

Contentons nous d'écouter ....


 

 

Passons à la nostalgie. 

On débute avec le mois d'avril 1983 et l'album "Let's Dance" de David Bowie .


 

Avril 1973 voir la sortie de "Red Rose Speedway" de Paul Mc Cartney and the Wings .

On termine avec Johnny Cash et le titre "Ring of Fire" . Ce morceau qui à l'origine ne figurait sur aucun album restera comme l'un des plus gros succès du chanteur country .
 

Voir les commentaires

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Repost 0