"Noces" de Stephan Streker . L'évidence face au déni.

Publié le 26 Février 2017

"Noces" de

L'histoire:

Zahira, belgo-pakistanaise de dix-huit ans, est très proche de chacun des membres de sa famille jusqu’au jour où on lui impose un mariage traditionnel. Écartelée entre les exigences de ses parents, son mode de vie occidental et ses aspirations de liberté, la jeune fille compte sur l’aide de son grand frère et confident, Amir.

Une famille intégrée, sans histoire, et puis, et puis....

La religion , le poids des traditions, le mariage forcé. Oui mais voilà une jeune fille de 18 ans qui a grandi dans une société occidentale se rebelle face à tout cela.   Le film est très riche, de bons dialogues, de très bons comédiens avec l'extraordinaire Lina El Arabi dans le rôle de Zahira.

Le film est construit de façon très habile, très intelligente.

On trouve cette famille sympathique, on est parfois en colère, on doute, on espère, on s'inquiète, on ne sait plus quoi penser.

Et puis c'est tellement évident à la fin . Comment a-ton pu se laisser avoir?

Ici , même dans une famille qui parait bien intégrée on voit qu'il est impossible pour une jeune fille de s'émanciper, de vivre sa vie de jeune femme.

La fin du film nous vient comme une évidence . On se met à penser à ces politiques et ces pseudo-intellos qui passent leur temps à se tromper sur les responsables, à nous dire que tout va bien.

"Noces" est là pour leur rappeler que leur lâcheté est notre plus grand danger.L'intégration, les ghettos,l'école bien sur, mais aussi stopper ce recul permanent sur la laïcité qui fait que petit à petit les Zahira qui vivent chez nous n'ont plus leur destin entre leurs mains.

"Noces" est tout sauf manichéen, il nous montre des êtres humains avec leurs qualités et leurs défauts, mais son final est un argument d'une force  inouïe pour nous obliger à refuser la moindre compromission.

P.S

A noter que le film est inspiré d'un fait réel.


 

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Cinéma

Repost 0
Commenter cet article

rosemar 26/02/2017 18:41

Le poids des traditions, l'exemple de la soeur, la pression de la famille, et cette phrase terrible : "évidemment que c'est injuste, on est des femmes...", une acceptation de cette malédiction qui pèse sur les femmes. Un film important.

Bises du sud

fatizo 26/02/2017 20:30

Un flm d'autant plus fort que nous sommes dans une famille "respectable" .
Ces gens travaillent, les enfants sont bien élevés. Un famille sans histoire quoi.
Mais voilà, il y a les traditions et la religion.
Bises et belle soirée Rosemar

ALEA JACTA EST 26/02/2017 08:36

Les extraits illustrent bien le choc de civilisations que vivent certains adolescents dans leur propre chair.On y voit aussi le chantage émotionnel de l' entourage et de la famille sur les jeunes filles( assez insupportable à mes yeux...même si le père a l' air humain,sensible et pas abruti).
On a envie de leur passer la chanson IT' S MY LIFE !!!
C' est bien que la Belgique produise des films intelligents, sensibles et de qualité sur ce sujet brûlant pour eux.
Un film qui me rappelle un peu JOUE-LA COMME BECKHAM dont j' avais parlé il y a quelques années et qui est moins dramatique.
http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=43170.html
Bon dimanche l' ami

fatizo 26/02/2017 18:20

Par son attitude le père nous dit, "regardez chez vous avant de venir s'occuper de nos affaires". Toute société est imparfaite et la notre non plus, alors avec mauvaise foi il utilise nos petites faiblesses pour justifier des traditions d'un autre age.
Un système dictatorial va nous dire, regardez chez vous il y a de la racaille partout, chez nous tout le monde la boucle et marche en rang.
Le problème c'est qu'ils vivent chez nous. S'il tient absolument à élever ses enfants comme des pakistanais, qu'il retourne la-bas.
Lorsqu'on quitte un pays pour aller dans un autre, on doit avant tout chercher à accepter les règles du pays hôte.
C'est ce que beaucoup trop de familles venues chez nous refusent de faire.

ALEA JACTA EST 26/02/2017 10:25

Merci pour ce 2 ème extrait.
L' argument du père sur les femmes célibataires ne tient pas 2 minutes( ni deux secondes non plus).
D' abord qui nous dit que les femmes mariées de force sont " heureuses" ? Combien d' entre elles sont tout simplement violées en toute impunité car dans leur pays le viol entre mari et femme n' existe pas.Combien d' entre elles supportent stoïquement un mari qu' elles n' ont pas choisi.
Deuxio: la majorité des femmes préféreraient le célibat à un mari non choisi ou non aimé.
Le célibat c' est le prix de la liberté, et d' une exigence aussi.Mieux vaut être seule que mal accompagnée...La liberté ( même en solitaire) est infiniment plus savoureuse que le carcan d' un mariage imposé par une famille.

fatizo 26/02/2017 09:29

En voyant le frère dire à sa sœur "Dieu te regarde", je me suis dit pendant la projection, "Mais toi aussi il te regarde ducon. tu crois que votre attitude qui consiste à imposer les choses à une jeune fille lui plait".
Je trouve la scène ou le père répond au père de l'amie de sa fille assez bien vue. Elle montre le décalage entre notre modèle de société et leurs traditions.
D'ailleurs son argument avec les "femmes célibataires" n'est pas si mauvais, mais le problème c'est qu'il s'en sert pour justifier l'injustifiable.
Ne pas oublier l'interprétation de la jeune fille .
https://www.youtube.com/watch?v=QKIQvvn40Ps

L. Hatem 26/02/2017 01:27

Et maintenant, après avoir vu Noces, tu ferais bien de voir Tempête de sable... sur le même sujet mais dans un village bédouin du Neguev...
J'ai vu et bcp aimé les deux...
Noces, la fin fu film a laissé un silence de plomb sur la salle, même le générique de fin était sans musique !
Bon dimanche l'ami.

fatizo 26/02/2017 09:18

Idem dans la salle ou nous étions. Le final vient tout remettre en place.
D'ailleurs on pouvait s'y attendre après avoir vu une scène du film mais on se dit peut-être...(je ne vaux pas en dire trop pour ceux qui auraient envie de voir ce film).
Et n'oublions pas que ce film est inspiré d'une histoire vraie.
La bande annonce du film israélien fait beaucoup penser à ce film en effet.
Bonne Journée l'ami.