"The Birth of the Nation" de Nate Parker. Dérangeant et grotesque.

Publié le 12 Janvier 2017

"Birth of the Nation" de Nate parker. Dérangeant et grotesque.

 

Nathaniel Turner (1800-1831) était un esclave afro-américain vivant dans le compté de Southampton en Virginie. Sa notoriété était liée à son érudition et à sa ferveur particulière pour la religion.

 

Très vite face aux premières images de "Birth of the Nation", on ne peut s’empêcher de penser à l'excellent   "12 Years A Slave" de "Steve McQueen. Mais très vite aussi, je me suis senti mal à l'aise devant ce film.

Je n'ai pas envie de vous parler de la réalisation, du jeu des acteurs, de la photo, mais aller directement à ce qui m'a profondément choqué, la manière dont la religion est abordée et utilisée dans ce film.

Après avoir lu la bible, le héros comprend que les riches propriétaires ne lui avaient enseignés que les passages qui obligeaient les esclaves à rester soumis, mais en découvrant d'autres passages de la bible il se voit en justicier, en bras de Dieu qui doit accomplir la parole divine.

C'est bien là toute la limite du personnage qui ne possède qu'un minimum de culture.

Pour lui la Bible doit être appliquée au pied de la lettre, à aucun moment il ne comprend que la parole divine est avant-tout métaphorique.

Mais plus grave, le réalisateur fait tout pour nous laisser penser qu'il est en accord total avec le comportement de son héros.

 Nate justifie toutes ses actions, bonnes ou non, par la Bible.  Mais lorsqu'il justifie ainsi l'appel au meurtre en série, le film corrobore étrangement cette ligne. A aucun moment personne ne vient l'interroger sur le bien-fondé d'une telle attitude. Pire, tout le monde le suit dans son délire religieux qui le fait profondément ressembler aux fanatiques d'aujourd'hui qui eux aussi aiment tant travestirent les saintes écritures.

Personne ne peut nier que les maîtres blancs ont commis sur leurs esclaves des actes scandaleux. Mais faut-il pour autant laisser croire aux spectateurs de ce film que la vengeance face à de tels actes est dictée par la bible.

En agissant ainsi le réalisateur se range du coté de tous les adorateurs de Dieu qui agissent avec barbarie . 

On voit sur l'écran un illuminé sans qu'à aucun moment le réalisateur ne fasse intervenir un personnage pour le ramener à la raison .

Pire, Nate Parker fait tout ce qu'il peut pour faire passer son héros pour un véritable prophète.

Lorsque le pasteur Nat Turner dit qu'il attend un signe de Dieu pour passer à l'action, et que peu de temps après on voit une éclipse, on nous laisse quasiment croire que cette scène est dans la bible . J’exagère à peine.

Et que dire du final et du chemin de croix de Nat Turner qui le fait passer pour un nouveau Christ.

A cet instant, de dérangeant le film de Nate Parker devient grotesque.

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Cinéma

Repost 0
Commenter cet article

rosemar 13/01/2017 17:14

Difficile de juger : je n'ai pas vu ce film, mais si c'est un éloge du fanatisme religieux, c'est un message inquiétant, en effet.

Bises du sud

fatizo 13/01/2017 22:16

Je te propose de lire cette critique de Télérama, plutôt se sensibilité de gauche comme tu le sais, et qui devrait par conséquent défendre ce genre de film qui sont censés se ranger du coté de l'anti-esclavagisme .
http://www.telerama.fr/cinema/films/the-birth-of-a-nation,507086.php
Bises et belle soirée Rosemar

ALEA JACTA EST 12/01/2017 23:17

Je suis allé jeter un coup d' oeil sur les critiques et ils sont plus d' un à avoir réagi comme toi.
Par exemple telerama dit:
"le film de Nate Parker, d'une complaisance malsaine dans la représentation de la violence, ne vaut pas un clou dans sa forme... et est très embarrassant sur le fond."
La personnalité du metteur en scène n' est pas très claire non plus.Accusé de viol en 1999.Acquitté mais l' affaire resurgit après lñe suicide de la victime en 1992
Or, justement on lui reproche une scène de viol dans ce film.

http://www.lapresse.ca/cinema/nouvelles/201609/30/01-5026086-birth-of-a-nation-nate-parker-se-fait-reprocher-une-scene-de-viol.php

http://www.lefigaro.fr/cinema/2016/08/26/03002-20160826ARTFIG00121-le-cineaste-nate-parker-rattrape-par-une-affaire-de-viol.php

U peu malsain tout ça....surtout après la lecture de ton article où la position de Parker par rapport à son héros est plus qu' ambigüe
Bonne soirée l' ami

fatizo 13/01/2017 22:13

Je suis allé lire l'article de Télérama dans son entier , c'est exactement mon ressenti.
"Et sa religiosité radicale, sans aucun recul critique, terrifie : quelle différence, finalement, entre les terroristes islamistes et Nat Turner, qui s'appuie sur la Bible pour justifier ses appels aux meurtres des Blancs ? "
L'auteur de l'article traduit ce que j'ai ressenti en visionnant ce film. C'est assez malsain de voir un film ou le réalisateur semble cautionner un tel comportement.
Par contre j'estime qu'il faut voir ce film, justement pour se rendre compte de ce que peut l'on faire au nom de la religion, mais aussi comment on peut influencer les foules en se servant de la bible .
Bonne soirée l'ami.

L. Hatem 12/01/2017 22:28

Tu t'égare fatizo... le réalisateur ne fait que montrer la réalité de ce qui s'est passé, aussi bien dans la tête de l'esclave illuminé que par ses actions et sa compréhension des écritures... Le réalisateur n'est pas son complice... D'ailleurs deux personnes ont essayé de le ramener à la raison... celui qui lui a dit que Dieu est amour, et puis son échange musclé de versets bibliques avec le pasteur blanc...
J'ai autant aimé ce film que le précédent...
Bonne soirée l'ami

fatizo 12/01/2017 22:45

C'est mon ressenti. A plusieurs moments lors de la projection je me suis senti mal à l'aise.
Je ne partage pas du tout ton avis, Le réalisateur n'est pas du tout critique sur le rôle de son héros. Il semble en accord total avec lui.
D'ailleurs le film est beaucoup critiqué pour son manichéisme.
Bonne soirée l'ami.