Henri Jeanson, le dialoguiste d'Hotel du Nord.

Publié le 28 Janvier 2017

Henri Jeanson, le dialogiste d'Hotel du Nord.

On reproche bien souvent au cinéma français de ne plus avoir des scénarios et des dialogues digne de ce nom.

Ah, du temps de Michel Audiard entend-on bien souvent.

Cependant il serait injuste de d'arrêter en si bon chemin, car si Audiard fut un dialoguiste et scénariste de grand talent, on ne doit en rien oublier l'un de ses grands prédécesseurs, Henri Jeanson.

Vous ne connaissez pas?

Mais si , vous connaissez...

Journaliste, auteur dramatique, dialoguiste et scénariste, Henri Jeanson est né à Paris le 06 mars 1900 .

Après divers petits métiers, il devient journaliste au journal « La Bataille » organe de la CGT. Remarqué pour sa plume redoutable, il travaille ensuite dans divers journaux le »Journal du peuple », les « Hommes du Jour », le « Canard enchaîné ».

Passionné par le théâtre, il écrit de nombreuses pièces, mais c’est comme dialoguiste pour le cinéma qu’il atteint la notoriété avec des films comme « Pépé le Moko » et « Carnet de bal » en 1937," Hotel du Nord" et « Entrée des artistes »  en 1938.

Antimilitariste, après avoir écrit des articles pour le journal « Solidarité Internationale Antifasciste » et signé le tract de Louis Lecoin, « Paix immédiate »,  il est condamné le 20 décembre 1939, par un tribunal militaire à 5 ans de prison pour « provocation de militaires à la désobéissance ». Mais soutenu par plusieurs personnalités du cinéma et de la littérature, il est libéré au bout de 5 mois. 

En août 1940 il devient la rédacteur en chef d'« Aujourd'hui », un journal « indépendant ».  En novembre 1940, les autorités allemandes lui ordonnent de prendre publiquement position contre les juifs et en faveur de la politique de collaboration . Henri Jeanson démissionne puis retourne en prison. Il est libéré suite à l'intervention de son ami Gaston Bergery, néoradical passé à la collaboration par ultra-pacifisme. Interdit de presse et de cinéma, il travaille au noir, écrivant des dialogues de films qu'il ne peut signer. . Il reste dans la clandestinité jusqu'à la Libération.

Ce parcours illustre les contradictions et compromissions du pacifisme intégral . La volonté d'aboutir à une entente avec l'Allemagne pour éviter la guerre se transforme après la défaite en désir de « coexistence » correcte, voire en offre de service. Le journal « Aujourd'hui » était loin d'être innocent dans sa chasse aux responsables de la défaite, dans le recours au mythe du coup de balai purificateur, dans son anglophobie. Il entre en résonance avec le discours du maréchal Pétain, et dans le sens de la propagande allemande. 

Hélas, ce désir de pacifisme intégral existe toujours de nos jours. L'histoire nous a montré jusqu’où il pouvait mené.

Henri Jeanson a abandonné le cinéma en 1965 pour se consacrer au journalisme polémique et à la rédaction de ses mémoires, qui seront publiés sous le titre "70 Ans d'adolescence", quelques mois après sa mort. Il meurt à Équemauville (Calvados), le 6 novembre 1970.

Quelques citations.....

“L'argot, c'est le latin des affranchis.”

“Les maris se choisissent les yeux ouverts et les amants les yeux fermés.”

“Sans la police, tout le monde tuerait tout le monde et il n'y aurait plus de guerre.”

“A mon avis, les généraux qui meurent à la guerre commettent une faute professionnelle.”

“La guerre, le seul divertissement des rois où les peuples aient leur part.”

“Les femmes trompent généralement leurs maris avec d'autres maris. Les adultères ont ainsi quelque chose de conjugal, d'honorable, de légal qui mérite la considération générale.”

“Le capitalisme, c'est l'exploitation de l'homme par l'homme ; et le marxisme, c'est le contraire.”

“En France, le ridicule ne tue pas. On en vit.”

“Tout métier qui ne fait pas oublier le travail est un esclavage.”

“Quand une femme dit la vérité, c'est pour déguiser un mensonge.”

“Qui nierait que le cinéma sonore nous a fait découvrir le silence ? Le silence est la plus belle conquête du parlant.”

“On ne fait pas de bonne littérature avec de bons sentiments. Ainsi la Bible, quel chef-d’oeuvre !”

“Tu ferais un excellent critique. Tu parles fort bien de ce que tu connais mal...”

ETC.....

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Cinéma

Repost 0
Commenter cet article

rosemar 29/01/2017 10:33

Des dialogues servis par des acteurs magnifiques : Jouvet, Blier, Arletty... Le pacifisme de Jeanson et d'autres s'explique aussi par la guerre de 14 : une grande boucherie qui a fait des millions de victimes.

Bises du sud

fatizo 29/01/2017 13:17

Tu as raison de souligner le rôle de la guerre de 14-18 pour expliquer le pacifisme qui régnait avant la seconde guerre mondiale.
Peut-être que nous aussi nous serions tombé dans ce piège si nous avions vécu à cette époque.
Mais de nos jours, et avec l'expérience de ces 2 conflits, nous sommes mieux armés pour savoir que le pacifisme a ses limites, qu'il ne peut être la réponse à toutes les monstruosités de ce monde.
Il y a un temps pour négocier, chercher des réponses qui ne feront pas trop de dégâts, mais à partir d'une certaine limite il faut savoir affronter la réalité en face.
Etre pacifiste face à Hitler, c'était lui offrir le monde.
On peut se dire qu'adopter une telle attitude face aux islamistes nous conduirait à notre perte.
Bises et beau dimanche Rosemar

L. Hatem 29/01/2017 01:20

Il y a un an ou deux j'ai vu un film retraçant la vie d'un écrivain de scénarios pour Hollywood, persécuté car communiste... ne me souviens plus du nom...
Quelle vie celle de Jeanson, chapeau bas... j'ai adoré les citations ... y en a une ou deux que je n'ai pas pu comprendre !

fatizo 29/01/2017 13:09

Je pense que tu veux parler de Donald Trumbo
https://www.youtube.com/watch?v=HgxxEgiLnUo
Bon dimanche l'ami.

ALEA JACTA EST 28/01/2017 22:40

Merci pour cette biographie de Jeanson dont j' ignorais tout.Les extraits d' Hotel du Nord sont savoureux, et la tirade finale d' entrée des artistes est magistrale.
En ce qui concerne les pacifistes, c' est un grand paradoxe de l' histoire.
J' oserais faire un aphorisme.Qu' y a t' il de plus dangereux qu' un chef militaire belliqueux ?...peut-être un pacifiste convaincu.
Il y a 15 jours l' écrivain Arturo Perez-Reverté avait crée une petite polémique en Espagne en parlant de la montée de l' islamisme et du fait que nous sommes devenus mous ou trop sensibles, et que ça va causer notre perte.Disons pour simplifier qu' il tenait un langage proche de celui de Zemmour.Et à un moment donné dans l' interview il a eu une formule qui m' a frappé.Il a dit au journaliste:
" Quand les loups attaquent les agneaux vous ne vous posez pas la question de savoir qui va gagner..."
Un message qu' il faudrait envoyer à Antoine Leiris, et à ceux qui pensent comme lui.
Bonne fin de soirée l' ami

fatizo 29/01/2017 00:03

Oui, le pacifisme a ses limites, c'est pourquoi j'insiste dessus dans cet article.
Tu connais la célèbre citation de Churchill suite aux accords de Munich: "Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre."
On peut légitimement penser que les Leiris and co auraient acclamé Daladier et Chamberlain .
Les commentaires feraient rire si la suite n'avait pas été aussi horrible pour le monde. (J'aime le dépourvu de haine pour Chamberlain, comme Leiris tiens)
https://www.youtube.com/watch?v=0E4k0mjklt0
Bonne soirée l'ami.