Antoine Leiris . Les "ambassadeurs du destin" n'auront pas sa haine.

Publié le 8 Mai 2016

 Face au flot de louanges qui a suivi l'intervention d'Antoine Leiris dans ONPC samedi dernier, j'ai voulu revenir sur les nombreux points qui m'ont mis  mal à l'aise lors de cet entretien.

Il y a tout d'abord le fait qu'il a tenu en permanence à  minimiser l'acte des terroristes, en disant qu'ils ne sont que les ambassadeurs du destin. J'avoue que j'ai eu beaucoup de mal à accepter ce discours.

Pour lui, cela aurait pu être un cancer, un accident, le destin a voulu que ce soit des terroristes. (D'ailleurs Yann Moix saura lui rappeler en disant que le platane ne choisit pas sa voiture).

Bien sur, il veut préserver sa petite famille (lui et son fils). C'est même le seul argument recevable. Mais alors qu'il ne parle pas de destin, qu'il dise uniquement "pour protéger mon fils, je refuse de sombrer dans la haine point".

Car en parlant "d'ambassadeurs du destin", il minimise avant tout l'acte terroriste qui lui a enlevé son épouse.

Les bourreaux qui ont massacré à travers l'histoire étaient-ils des "ambassadeurs du destin". L'expression est terriblement malheureuse. 

Comment ne pas voir dans son attitude un besoin permanent de minimiser l'acte odieux.

Ne jamais appeler la barbarie par son nom, l'islamisme. Assimiler cette barbarie à un coup du destin. 

Il n'aura échapper à personne qu'au delà de son "Vous n'aurez pas a haine", Leiris ne nomme jamais les choses, il reste en permanence à distance des actes des criminels.

En tenant absolument à mettre ça sur le compte du destin, tout en refusant de parler de terroristes et d'islamistes, Leiris n'est-il pas là dans une sorte de religion de l'anti-racisme qui pousse une certaine gauche à refuser de voir le monde de 2016 tel qu'il est.

N'est-il pas , telle une Clémentine Autain qui n'admet pas qu'un musulman puisse agresser des femmes à Cologne, dans cette croyance qui oblige à penser qu'un musulman ne peut faire le mal. Et en rejetant cette faute sur le destin, n'a-t-il pas trouvé le subterfuge idéal pour réussir le miracle de garder intacte sa foi extrême pour l'anti-racisme , et aussi l'amour pour sa femme. 

Et ce terme "d'ambassadeurs du destin", c'est totalement ahurissant. Comme s'il tenait à donner un titre aux assassins de sa femmes.

"Vous n'aurez pas ma haine" d'Antoine Leiris . Emouvant et génant.

Lorsqu'Eric Zemmour parle de  féminisation de la société pour expliquer le comportement de Leiris, je pense qu'il est dans le vrai. Par contre, cet argument n'est pas suffisant pour expliquer l'attitude de l'auteur.

Des intellectuels expliquent très justement, que n'ayant pas connu la guerre depuis plus de 70 ans, nous ne savons plus réagir lorsque la barbarie se présente face à nous.

Nous défilons, nous continuons à vouloir vivre normalement ,nous débattons , nous allumons des petites bougies, nous disons "même pas peur". 

Et si justement ! Nous avons peur de les affronter. Nous trouvons une multitude d'excuses pour ne pas agir. 

Année après année, nous voyons des quartiers entiers de nos villes se transformer mais nous trouvons toujours de beaux esprits pour le minimiser.  

Alors, que faut-il faire?

La culture comme nous  dit Leiris .

Oui, bien sur, mais des millions de gens dans ce pays possèdent une culture limitée, et ils  sont aussi les forces vives de ce pays . A contrario, ils existent des gens cultivés qui véhiculent des idées nauséabondes. 

Oui à la culture, à l'éducation, mais il faut y ajouter le respect de la loi, et surtout la fermeté pour ceux qui la bafouent. Une règle essentielle qui n’apparaît pas dans le discours de notre auteur, c'est bien dommage.

Je n'ai pas de haine contre les tueurs, mais je viens dire ce qu'il faut faire. 

Désir d'élévation en parlant de sa lettre. Il y a tout de même une forme de prétention dans son attitude.

Oui , il vient nous parler de l'amour pour sa femme. Mais celui qui reste chez lui, qui n'éprouve pas le besoin de se répandre dans les médias, aime-t-il moins que lui?

Son témoignage me met mal à l'aise. J'ai le sentiment qu'il est parfois sur le film du rasoir, qu'il n'est pas loin de franchir la ligne rouge qui mène à  l'indécence.

A un moment, suite à une intervention de Pascal Prau,  il dit qu'il regrette que tout le monde soit au courant.

Mais alors pourquoi ce livre, pourquoi continuer après sa lettre de novembre dernier?

Et puis Monsieur Leiris est tout de même journaliste. Il sait très bien comment fonctionne le monde des médias.

Pas de critiques contre les terroristes, mais d'après lui Manuel Valls devrait lire un peu plus de livres ou regarder des films.

Voilà notre ami qui fait enfin la morale.

Et puis quels livres, quels films? 

Monsieur enfile les perles mais ne propose rien de concret.

Par contre, je peux lui conseiller un film qui lui permettra de voir ce qu'il advient lorsqu'on refuse de nommer les choses par leur nom, ou pire de les voir telle qu'elles sont.

Il s'agit d'un film d'Alfred Hitchcock de 1938, "Une femme disparaît".

L'histoire

"Dans un train en provenance d'Europe Centrale, Iris Henderson voyage en compagnie de Miss Froy, une vieille dame britannique comme elle, dont elle a fait connaissance dans un hôtel la veille. Au cours du voyage, Miss Froy disparaît mystérieusement. La jeune femme s’inquiète, mais personne ne veut la croire et l'on tente de la convaincre qu'elle a tout imaginé."

1938 est l’année où l’Histoire bascule, où faire l’autruche n’est plus possible en Europe. Hitchcock pose alors la question, êtes-vous suffisamment intrigué par cette femme disparue ou bien, comme ces deux anglais, êtes-vous plus intéressé par le prochain match de criquet?

On voit aussi dans le final des voyageurs bien naïfs essayer de parlementer avec les tueurs.

Le pacifisme de l'un d'entre eux le conduira à la mort.

(Vous comprendrez l'essentiel en visionnant à partir de 1heure 15)

Il est évident que dans ce film, Alfred Hitchock, vient ici dénoncer l'esprit munichois. 

Comme le dira Wiston Churchill :

"Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre."

"Vous n'aurez pas ma haine" nous dit l'auteur, mais sait-il qu'entre la haine et le "destin" il existe une palette très large qui peut aller de l'indignation à la résistance par exemple.

Puisqu'on parle de Résistance, est-ce que De Gaulle et Jean Moulin étaient moins cultivés que notre auteur?

Oui, la culture n'empêche en rien l'action et le combat lorsqu'il devient nécessaire.

Et puis je pense à ceux qui résistent à la monstruosité islamiste dans leur pays. Que peuvent-ils penser d'une telle passivité?

Non, on ne peut trouver l'attitude de Leiris magnifique comme j'ai pu le lire ici ou là. Plus j'y réfléchis et plus je suis scandalisé par ce qui ressemble à de la résignation.

Son "Vous n'aurez pas ma haine" ressemble beaucoup à un "Faisons comme si de rien n'était".

Et puis à ceux qui trouvent sa passivité courageuse, j'aimerais leur rappeler qu'un résistant de plus de 90 ans écrivait il y a quelques années "Indignez-vous". 

Et puisque  Leiris aime tant parler de culture  , rappelons-lui qui était Marc Bloch, l'auteur de "L'étrrange Défaite".

http://www.lyc-bloch-bischheim.ac-strasbourg.fr/wordpress/page-d-exemple/marc-bloch-1886-1944/

L'étrange défaite de la pensée, c'est le titre qui me vient à l'esprit lorsque je songe à Leiris.

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Médias, #Attentat

Repost 0
Commenter cet article

Prométhée 24/07/2016 00:47

""Les bourreaux qui ont massacré à travers l'histoire étaient-ils des "ambassadeurs du destin". L'expression est terriblement malheureuse."" Là encore, au contraire de vous, je trouve l'expression très juste.... il ne dit pas auteurs du destin ou envoyés du destin.... mais justement ambassadeurs.... je crois que vous ne savez pas ce qu'est vraiment un ambassadeur dans sa définition littéraire..........

Prométhée 24/07/2016 00:42

"""Qu'il pense aussi aux autres victimes."""""" Alors là vous vous vous enfoncez..... il a longuement expliqué que sur le moment il ne pouvait penser qu'à sa douleur.... et que peu à peu il imaginait que tout le monde n'aurait pas la même réponse... en ce sens, il va bien plus loin que vous.... vous pensez donc que tout le monde est pareil.... et doit être pareil parce qu'on est dans la douleur ??????

fatizo 24/07/2016 14:23

Tout le monde ne réagit pas de la même façon dans la douleur, mais tout le monde ne vient pas à la télévision pour le dire, alors que d'autres victimes, et d'autres familles sont en jeu.
Son comportement est égotiste avant tout.
Et puis dire aux islamistes "vous n'aurez pas ma haine", c'est pitoyable.
Ah ils doivent bien rire en voyant les occidentaux réagissant de la sorte. Ils doivent se dire , "mais nous allons pouvoir remporter le combat sans la moindre "Résistance, ils sont si lâches ces français qu'ils se trouvent toutes les excuses pour ne pas bouger".
Et oui, même pendant la guerre, il y avait encore des Résistants, des De Gaulle et des Jean Moulin, pour combattre l'occupant. Aujourd'hui nous n'avons plus que des Leiris.
Pour vous dire si on est dans la pétrin .
Oui, il faut voir ce qui se dit dans nos banlieues, d'y voir de plus en plus de jeunes filles voilées .
Mais tout va bien, Leiris nous dit de ne surtout rien faire, sinon nous serions des haineux.
Et oui, Leiris a tellement peur d'être assimilé au FN qu'il préfère jouer les lâches, mais les lâches intelligents.
N'oublions pas qu'il est journaliste, et qu'avec ses réseaux il a réussi à vous faire prendre des vessies pour des lanternes, ou si vous préférez de la lâcheté pour du courage.
Finalement il est le meilleur allié des islamistes.

Prométhée 24/07/2016 00:33

Je suis désolé.... je trouve tellement médiocre cette critique.... comment répondre à la médiocrité ?? Vous n'avez même pas compris qu'il faut un courage immense pour ne pas céder à l'idiotie d'une réponse de haine qui alimente la division et qui fait jouir tous ceux qui rêvent de régler cela uniquement par la force, la violence et la guerre... les mêmes faiblesses de nos adversaires.....

rosemar 09/05/2016 14:24

Pour AJE

Attention : il ne faut pas oublier le contexte : Antoine Leiris évoque une attitude personnelle et ne fait pas de prosélytisme, il comprend que d'autres puissent éprouver de la haine...
En refusant le sentiment de haine, il s'oppose, aussi, aux terroristes qui, eux, ont privilégié la haine...
Si cela l'aide à surmonter sa détresse, on ne peut le lui reprocher... on perçoit tant de dignité dans son témoignage ! Il faut regarder l'ensemble de la vidéo.

Bonne journée à tous

L. Hatem 10/05/2016 13:44

Il n'a pas tort le Zemmour...
Voyant une collègue pleurer le fait que son fils unique se soit engagé dans l'armée de terre, je lui ai juste dit qu'elle ne lui montre jamais ses larmes et qu'elle soit fière de lui !
Nos enfants sont très braves... mais devant une console de jeu de guerre, ou sur un terrain d'airsoft avec des boules de peinture pour projectiles.

ALEA JACTA EST 09/05/2016 15:05

Tout à fait d' accord avec toi Rosemar.
Je me mets à la place de Leiris.J' imagine son désarroi, sa douleur et aussi sa volonté de ne pas céder à la haine qui n' est jamais bonne conseillère.
Je suis d' accord avec son " Vous n' aurez pas ma haine"..Il ne veut pas se rabaisser au niveau de ces infâmes misérables.D' accord.
Ce serait leur faire trop d' honneur.Ce qu' ils ont fait est irréparable, lâche et profondément méprisable.
Le problème Rosemar c' est quand Leirirs , dans sa démarche personnelle pour affronter sa douleur atroce essaie de mettre en perspective les conséquences personnelles des attentats.
Il n' y a pas de destin, ni de hasard.Le hasard c' est que ce soit tombé sur sa femme et pas sur sa voisine mais ça s' arrête là...Il y aurait eu des morts de toutes façons puisque c' était la volonté des terroristes.Du coup ses comparaisons avec les maladies ou les "ambassadeurs du destin" sont particulièrement malheureuses, faibles et maladrites car elles peuvent laisser croire à une certaine forme de terrible fatalité qu' il va bien falloir assumer.
C' est tellement gros ce qu' il dit que Yann Moix sent bien l' ambiguité d' un tel discours, et se sent obligé de remettre les points sur les i et de rappeller certaines évidences.
Enfin, à partir du moment où il y a publication et donc projection médiatique du drame de Leiris, passage à la télé en prime time,il ne faut pas s' étonner qu' on en discute surtout quand sa " mise en perspective de l' attentat" provoque un terrible malaise.
Bonne journée
PS: je n' arrive pas vraiment à regarder la vidéo entière car ça me met trop mal à l' aise...On ressent trop à quel point, nous les occidentaux sommes devenus faibles et fragiles.
Je te cite Zemmour dans l' article de Faye que j' ai mis en lien dans le premier com':
Éric Zemmour fait l’analyse suivante,: « nous subissons une féminisation de la société, qui s’affirme dans ses valeurs les plus sacrées : pacifisme, principe de précaution, négociation, consultations, psychologisation, hiérarchie délégitimée. Et dans les comportements de ces hommes occidentaux qui refusent de se battre, assument leurs sentiments et laissent couler leurs larmes et préfèrent allumer des bougies et ” refuser la haine” plutôt que venger leurs femmes ou leurs enfants massacrés par les djihadistes ». (Le Figaro , 07/04/2016).
Il n' a pas tout faux le Zemmour....Eux son durs et nous, nous sommes devenus mollassons...
Hitler, quand il agressait un pays savait bien calculer le fait que les autres alliés n' allaient pas lever le petit doigt.C' était un malade mais Il ne s' est pas trompé sur la faiblesse de ses adversaires et c' est ce qui lui a permis de mettre l' Europe à feu et à sang...

ALEA JACTA EST 09/05/2016 08:52

A Rosemar
A toi qui vient de faire un papier sur les horreurs nazies.Savais-tu que dans les années qui ont suivi la libération certains auteurs antiusémites ont reproché aux juifs de ne pas s' être battu contre leur ennemi, de s' être laissé mener à l' abattoir comme des moutons de Panurge sans se révolter ?
C' est un faux-procès honteux qui leur a été fait car les juifs n' avaient pas les moyens de s' organiser en tant que pays, ni même en tant que collectif humain, et par ailleurs nombre d' entre eux sont entrés dans la résistance et ont lutté contre le nazisme...
La comparaison de Fatizo avec le nazisme est pertinente.
Comment jugerait-on en 2016 un parent de victime des camps d' extermination qui parlerait de providence ou de destin ???
Anne Frank, Irène Némirovsky et 6 millions de victimes juives, tsiganes, homosexuelles, communistes ont-elles été victimes du destin ?
Ça nous ferait bondir , non ????

L. Hatem 09/05/2016 06:14

Je vois deux réactions parmi nos amis à ton article...
Je ne sais pas quoi dire, n'ayant pas lu le bouquin, sauf qu'il faut sans haine aucune, envoyer des troupes au sol pour déloger tous ces gens qui s'emparent de territoires vastes, comme l'a fait Hollande au Mali...
C'est ça pour moi la réponse à donner aux actes de haine aveugle.
Bonne semaine l'ami

fatizo 09/05/2016 19:58

Tu es donc pour une réaction face au terrorisme. Pour agir contre le "destin".
Ca me semble être une évidence.
Bonne soirée à toi l'ami,

marie cerise 09/05/2016 00:05

Je me garderais bien de critiquer en quoi que ce soit Antoine Leiris ....les mots que l'on entend choquent ? j'essaie d'imaginer le courage qu'il doit falloir pour se raccrocher à la vie en pareilles circonstances ....si ces mots-là l'aident lui à reprendre pied , à regarder la vie ....tant mieux ! Je trouve magnifique son ode à l'amour et j'admire sa façon de se battre contre ses démons pour le bonheur de son gamin ! La télé est parfois un miroir déformant ......et j'imagine que ça n'a pas dû être facile pour lui de se prêter à ce jeu de la promotion du bouquin ...
Bises à tous !

fatizo 09/05/2016 19:55

A propos du livre et de la promotion, à un moment donné, et suite à une intervention de Pascal Prau, il dit qu'il regrette que tout le monde soit au courant.
J'avoue que là aussi je me suis posé une question "Mais pourquoi ce livre alors". Pourquoi ne s'est-il pas arrêté après sa lettre ?
Il est évident qu'il est nullement question pour moi de remettre en cause l'amour pour son épouse, mais j'estime qu'il aurait pu penser également aux autres victimes.
Je ne sais pas comment réagi si j'avais perdu un proche lors de cet attentat et que dans une émission on vienne me dire que ce proche avait été victime "d'ambassadeurs du destin".
Bises Marie-cerise

ALEA JACTA EST 08/05/2016 23:48

Imagine le djihadiste haineux et rigolard qui regarde la télé et qui se dit."Bin finalement il ne le prend pas trop mal...il ne nous hait point ! " "On lui flingue sa femme et il parle d' ambassadeurs du destin...il met ça sur le même plan que si elle avait eu un accident ou une maladie."
Yann Moix qui se rend bien compte qu' il y a dans ce discours quelque chose de profondément faux et dangereux,est obligé de rappeller que ce sont des terroristes qui sont venus nous tuer et pas le hasard.....Yann Moix obligé d' enoncer une lapalissade vu le niveau rasemotte de réflexion de Leiris.
On ne demande pas à Leiris de crier vengeance le couteau entre les dents, mais qu' il ne nous fasse pas non plus ce numéro pitoyable du mari de la victime qui essaie de ne pas succomber à la haine de ses bourreaux.
On a juste envie de lui dire que les victimes, dont sa femme, méritent un respect...et le respect c' est de ne pas dire des stupidités qui pourraient disculper les bourreaux de la monstruosité de leurs crimes...
Leiris est un journaliste.Il connait les médias.Je crois qu' il a voulu pondre un texte qui sorte de la ligne des réactions habituelles et qui ait un certain écho national et international.Quitte à dire des conneries...
Sa réaction est dangereuse car elle ne peut qu' encourager les djihadistes qui ne verront en nous que des agneaux soumis prêts à se faire égorger sans broncher...

Bonne fin de soirée l' ami
PS: il y a un journaliste d' extreme-droite qui a écrit sur ça...Lis-le...il ne dit pas que des conneries...tout comme Zemmour qui de temps en temsps explique ce qui coince ou qui ne va pas...
http://www.gfaye.com/soumission-aux-assassins-djihadistes-le-cas-antoine-leiris/

Janice 13/05/2016 12:37

Bonjour tous,
Rien à ajouter AJE vient d'expliquer exactement ce que j'en pense et ce que je ressens vis à vis des paroles de Leiris.....
A un moment donné, il faut arrêter le dégoulinage de bons sentiments....
Bises fatizo

fatizo 09/05/2016 19:48

Tu dis "on ne sent pas vraiment de profonde révolte non plus "
On devrait dire "on ne sent pas de révolte du tout".
Comme toujours Zemmour en fait un peu trop avec l'une de ses marottes, "La féminisation de notre société". Mais comme bien souvent avec lui, il y a là aussi un fond de vérité.
Il y a aussi le fait que notre société n'a pas connu la guerre depuis 70 ans, que face à de telles monstruosités , on se contente de se réunir, de débattre, d'intellectualiser, d'allumer des bougies. On a si peur de la guerre.
Bonne soirée l'ami.
Je reprends mon billet pour le compléter.

ALEA JACTA EST 09/05/2016 08:24

Juste un petit bémol sur mon premier commentaire rédigé trop rapidement et sous la fatigue du soir.Premièrement je respecte bien évidemment la douleur de Leirirs.Elle me touche au plus profond.Celui-ci ci a bien évidemment le droit de réagir comme il l' entend.
Mais il y a dans son témoignage quelque chose de terriblement gênant.Il veut éviter de tomber dans le piège de de haine ( ça c' est bien, ok) mais le problème c' est qu' on ne sent pas vraiment de profonde révolte non plus ( en tout cas elle n' apparaît pas vraiment)...Il y a dans son intervention une forme de soumission qui me paraît vraiment dangereuse.Enfin venir tenir des propos douteux sur le destin et la providence est ( de mon point de vue) un manque de respect involontaire des victimes, et un cadeau fait aux terroristes qui n' en demandaient pas tant.
Bien évidemment on me rétorquera qu' à aucun moment il dit qu' il pardonne.Il dit qu' il n' oubliera jamais, mais il offre le spectacle d' une douleur acceptée quand le vrai message devrait être d' interpeller tous les responsables qui ont permis qu' une telle barbarie ait pu être commise ( et laisser la providence de côté...).
Au lieu de dire " vous n' aurez pas ma haine ? "
j' aurais préféré " Comment a t' on pu en arriver là ! ".
Pendant qu' on disserte sur la débilité mentale des mains armées qui ont commis ces attentats on perd de vue la monstruosité calculée des commanditaires.
L' article de Faye pointe du doigt le fait que nous renvoyons une image faible de nous-mêmes...comme si nous étions prêts pour le sacrifice...
On sait que les terroristes se délectent des images de douleur projettées par les médias.Toutes ces milliers de larmes, de fleurs et de bougies déposées, etc...ne sont pas de nature à les freiner.Au contraire c' est bien ce qu' ils recherchent.
Il faut donc accompagner ces témoignages de douleurs d' un autre message implicite et explicite qui indique à ceux qui ont fait ça qu' il n' y aura pas de répit pour eux jusqu' à ce qu' ils soient erradiqués jusqu' au dernier de nos sociétés.Un message qui indique qu' il n' y aura jamais de place pour eux dans notre monde...un message qui indique qu' ils sont damnés aux yeux du genre humain.
Et on peut dire tout ça sans haine ...mais avec fermeté, la fermeté des innocents injustement frappés.

rosemar 08/05/2016 23:22

Pour une fois, je ne suis pas d'accord avec ton article : j'ai vu l'émission, hier soir, j'ai aussi écrit un billet, à ce sujet, et je pense qu'en refusant le sentiment de haine, Antoine Leiris prend le contre-pied des terroristes.... "répondre à la haine par la violence, ce serait céder à la même ignorance qui a fait de vous ce que vous êtes..."

C'est un message fort que délivre ici Antoine Leiris : son ouvrage est, avant tout, un livre d'amour pour sa femme et son fils. Pour autant, il le dit : il ne pardonne pas, il n'oublie pas.

Bises du sud

fatizo 09/05/2016 19:43

On ne lui demande pas d'avoir la haine, de se situer au niveau des terroristes, ce serait même ridicule, mais de ne pas chercher à minimiser cet acte odieux comme il le fait.
Qu'il pense aussi aux autres victimes.
Et puis en ce qui concerne l'acte d'amour,je ne le nie pas.
Mais bon, je ne pense pas que les anonymes qui ont perdu des êtres très chers aimaient moins que lui.
Bises et belle soirée Rosemar