"Elle" de Paul Verhoeven. Un chef-d'oeuvre.

Publié le 29 Mai 2016

"Elle" de Paul Verhoeven. Un chef-d'oeuvre.

L'histoire:

Michèle fait partie de ces femmes que rien ne semble atteindre. À la tête d'une grande entreprise de jeux vidéo, elle gère ses affaires comme sa vie sentimentale : d'une main de fer. Sa vie bascule lorsqu’elle est agressée chez elle par un mystérieux inconnu. Inébranlable, Michèle se met à le traquer en retour. Un jeu étrange s'installe alors entre eux. Un jeu qui, à tout instant, peut dégénérer.

Ce film, qui est l'adaptation du roman de Philippe Djian "Oh...", se situe  quelque part entre Alfred Hitchcock et un Chabrol des plus inspiré. D'ailleurs on retrouve ici son actrice fétiche à son sommet . 

Et puis il y a cette humour noir, cette ironie, voir ce cynisme, qui lui aussi fait penser à ces deux grands réalisateurs.

Dans ce cinéma où la morale n'a aucune place, on est subjugué et envoûté par une Isabelle Huppert qui réussi le tour de force de vous prendre dans ses griffes alors que vous êtes cloué sur votre siège . 

Huppert est magistrale de perversité, avec ce détachement à vous faire froid dans le dos sans qu'à aucun moment Verhoeven ne juge son personnage (et nous non plus).

"Elle" c'est aussi 2 heures 10 d'un suspense rare grâce à une réalisation très réussie qui nous balade entre le film français classique et le thriller à l'américaine .

Voici cette excellente critique des Inrocks.

http://www.lesinrocks.com/2016/05/21/cinema/huppert-se-dechaine-chez-verhoeven-11830008/

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Cinéma, #Huppert

Repost 0
Commenter cet article

L. Hatem 30/05/2016 21:31

Je l'ai vu dimanche et comme tu dis, j'ai trouvé Huppert perverse...
Ceci dit j'aime les femmes qui n'ont pas peur, car elles sont peu nombreuses... je les préfère lorsqu'elles affrontent le danger au lieu de se replier, pleurer et déprimer !
Bonne soirée

fatizo 01/06/2016 18:26

En ce qui me concerne, je n'ai pas de préférence sur ce thème. Cela dépend aussi du reste.
C'est vrai que c'est passionnant une femme comme le personnage d'Huppert. Ca vous élève, vous fait perdre la tête .
Mais un peu de "repos" avec un caractère moins trempé peut avoir ses avantages aussi.
Bonne soirée l'amI.

rosemar 30/05/2016 18:01

Donc ce film, présenté à la fin du festival méritait la Palme d'or ? Le sujet est pour le moins original et Huppert est une actrice magnifique. A voir, sans doute.

Bises du sud

fatizo 30/05/2016 18:40

Je ne sais pas s'il méritait la Palme d'or, n'ayant vu que ce film pour le moment. Mais cela semble injuste qu'il n'ait reçu aucun prix.
En tout cas une chose est sure, ce film est bien meilleur que les nombreux films présentés à Cannes l'année derniere que j'ai pu voir.
Bises et belle soirée à toi.
P.S
Je ne conseille de regarder Arte ce soir avec le superbe "Assurance sur la mort" de Billy Wilder.

rosemar 30/05/2016 18:01

Donc ce film, présenté à la fin du festival méritait la Palme d'or ? Le sujet est pour le moins original et Huppert est une actrice magnifique. A voir, sans doute.

Bises du sud

ALEA JACTA EST 30/05/2016 08:28

Hors-sujet.
Je viens de lire une interview de Sacchi avant la finale de samedi dernier.Voila ce qu' il écrivait à propos de l' atletico.
“Ils affrontent un porte-avion avec à peine plus qu’un bateau de pêche et le font avec une énergie immense.” Interrogé par AS (article en espagnol), Arrigo Sacchi ne cache pas son admiration pour l’Atlético de Simeone qui est, pour lui, “un exemple pour tous, pas seulement sur le plan du football mais aussi sur le plan sociétal.”
http://fr.uefa.com/uefachampionsleague/news/newsid=2368146.html#sacchi+admire+latletico
Une belle métaphore qui explique bien pourquoi cette équipe avait toute notre sympathie...Comment l' esprit d' équipe, d' abnégation et de solidarité peut permettre à un collectif de mener la dragée haute à la toute puissance de l' argent triomphant...
Il souligne aussi comment Zidane, en commandant du porte-avion, a su amener de l' harmonie
Bon lundi l' ami

fatizo 30/05/2016 18:33

Je partage totalement l'avis de Saccchi. Simeone ne révolutionne pas le foot, mais il y ramène des valeurs essentielles. L’exigence, une grande discipline à tous les niveaux, et de plus il est très respecté de ses joueurs. Dans un débat l'autre jour, certains remarquaient que plusieurs joueurs partis de l'Atlético y étaient revenu, la preuve que ce club et cet entraîneur possède quelque chose en plus.
L'amour du club a disparu presque partout, cela ne semble pas être le cas à l'Atlético.
D'ailleurs Simeone n'est pas un européen. J'ai remarqué que les entraîneurs sud américains étaient plus exigeants. On se souvient de la coupe du monde et des équipes comme la Colombie ou le Chili, et leur collectif extrêmement soudé.
La mondialisation n'a pas encore fait trop de dégâts dans ces sélections.
Pour Zidane, je pense qu'il a ramené lui aussi cet exigence qu'il s'est toujours appliqué en temps que joueur. Malgré ses stars on sent plus de collectif, de solidarité dans l'équipe du Real. Il a imposé ce demi défensif dont j'ai oublié le nom.
Il n'a pas oublié que lui a toujours eu besoin d'un Deschamps (à la Juve), ou d'un Makelélé (au Real) , et en bleu bien sur, pour briller.
Bonne soirée l'ami

Emmanuel Cockpit 29/05/2016 21:42

Bonsoir fatizo. Et bien comme Isabelle Huppert est déjà une de mes actrices préférées, je ne vais le rater !
J’ai découvert Paul Verhoeven avec Turkish Delices qui est un Love Story version très très réalise, une histoire d’amour entre un hippie et une fille de la bourgeoisie (on est en 1974 je crois). Pas de retenue tout est comme dans la vraie vie, certains trouveront même que c’est trop et que l’histoire est crade parce que trop réaliste...
Le spectateur a-t-il besoin de toujours rêver ?

fatizo 29/05/2016 22:05

Bonsoir Cockpit,
Ici, comme il est très bien décrit dans la critique des Inrocks, on montre que la sexualité n'a pas de règle (si j'ose dire), qu'elle est différente pour chaque individu, que par conséquent il est hors de question de juger.
Quant au cinéma , il doit et il est diversifié, c'est ce qui fait notre bonheur.

ALEA JACTA EST 29/05/2016 21:33

J' ai l' impression qu' encore une fois Paul Verhoeven a frappé fort.Je n' ai rien vu de lui depuis le livre noir que j' avais bien aimé.
Il s' est fait rare malgré ses succès.J' ai hâte de voir ce film...
Bonne fin de soirée l' ami

fatizo 29/05/2016 21:55

Et encore, je trouve que le bande-annonce ne rend pas service au film. Elle m'avait plutôt rebuté la première fois ou je l'ai vu au cinéma.D'ailleurs pas sur que j'y serai allé sans les excellentes critiques presse et public.
Je trouve la critique des Inrocks remarquable, notamment sur l'aspect sexuel bien sur.
Bonne soirée l'ami.