John Mellencamp, un rockeur engagé (1/2).

Publié le 23 Février 2016

 

  John Mellencamp, un rockeur engagé (1/2).

John Mellencamp est né à Seymour dans l'Indiana le 7 octobre 1951. Après s'être marié à l'âge de dix-sept ans et avoir exercé de nombreux petits boulots, il se lance dans la musique en 1975 sous le nom de scène John Cougar qui lui a été imposé .

Ses plus grandes influences musicales sont Bob Dylan , Woody Guthrie , James Brown ou encore les Rolling Stones .

En 1978 paraît son second album "A Biography", dont le single « I Need A Lover » repris par Pat Benatar, devient un hit mondial.

 En 1980, "Nothing Matters And What If It Did" frôle le million d'exemplaires vendu aux États-Unis. Mais c'est en 1982 que sa carrière décolle vraiment grâce à son disque "American Fool", ou figurent les singles « Hurt So Good » (n° 2 aux USA) et « Jack And Diane » (n° 1). L'album s'écoule à plus de cinq millions d'exemplaires.

Avec le succès, John Cougar exige que l'on rajoute Mellencamp à son nom de scène. C'est donc sous ce patronyme que sort l'album suivant "Uh Huh" en 1983. On y trouve les excellents "Crumblin' Down", "Authority Song", et bien sur "Pink Houses".

 Lors de sa campagne présidentielle de 2008, John McCain a voulu utilisé cette chanson  . Mellencamp a contacté l'équipe du candidat républicain pour souligner qu'il apportait son soutien à l'aile progressiste du Parti démocrate . La campagne de McCain a du cesser d'utiliser les chansons de Mellencamp. 

En Janvier 2009, Mellencamp jouait "Pink Houses" pour la célébration inaugurale d'Obama au Lincoln Memorial .

En voici une version acoustique très réussie.

 

Le rockeur s'est imposé dans les années 80 en chantant l'Amérique des petites villes et des campagnes frappées par la récession. Ses œuvres les plus abouties se situent d'ailleurs lors de cette décennie.  "Scarecrow" (1985) et "The Lonesome Jubilee" (1987) figurent parmi les meilleurs albums rock  des eighties. 

Le thème général de "Scarecrow" est la fin du rêve américain, ainsi que la cupidité des entreprises .

Engagé en faveur de Greenpeace, il donne aussi des concerts-événements pour attirer l'attention sur le sort des fermiers. Ce provincial, fidèle aux racines country-rock de l'Amérique profonde, est l'un des fondateurs de Farm Aid avec Willie Nelson et Neil Young. 

 "The Lonesome Jubilee" (1987), avec sa pochette ou John Mellencamp cottoie un homme mur de l'Amérique profonde que ne renierait pas Steinbeck, traite de questions sociales. On y trouve aussi une évolution au niveau musicale.

Encore plus que sur Scarecrow, John Mellencamp nous offre ici un son Country-Rock avec accordéon, mandoline ou  violon .

"Big Daddy" qui sort en 1989, est de la même veine que les deux albums précédents. Il est considéré par certains comme l'album le plus réfléchi du chanteur. 

Le superbe "Jackie Brown" aborde la question de la pauvreté: 

Dans " Country Gentleman " il s'en prend une nouvelle fois à Reagan: "Il ne va pas aider les enfants / Il ne va pas aider les femmes / Il va juste aider ses amis riches ".

 

A suivre....

 

 

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Musique, #Rock

Repost 0
Commenter cet article

ALEA JACTA EST 24/02/2016 18:44

C' est une superbe compilation qui nous permet de nous rendre compte de son évolution et aussi de la variété de ses créations...Il est passé par la case rock pour revenir à un son plus traditionnel et acoustique...J' ai l' impression que toute l' Amérique populaire est dans sa musique.On attend la suite...
Bonne fin de soirée l' ami

fatizo 24/02/2016 19:18

Ce qu'il y a d’étonnant avec Mellencamp, et contrairement aux rockeurs de sa génération Springsteen et Petty dont on sentait le potentiel dès leur premier album, c'est que ses deux premiers albums étaient vraiment très médiocres, voir mauvais.
Il a du beaucoup travaillé et se remettre en question pour connaitre le succès.
C'est vrai que ses premiers succès ont un son rock plus enjoué, plus festif. Puis avec ce son plus roots, sa musique et ses textes sont plus graves. Son rock devient plus " rentre dedans" .
Tu as raison de souligner que sa musique correspond à l'Amérique profonde. C'est pour ça qu'il n'a jamais percé de ce coté-ci de l'Atlantique. C'est assez injuste au regard de son répertoire, qui est si riche que j'ai du me résoudre à faire ce billet en 2 parties.
Bonne soirée l'ami.

rosemar 24/02/2016 09:21

Un gars sympa, des chansons rythmées, une voix attachante : merci de nous le faire découvrir... Quel répertoire !

Bises du sud

fatizo 24/02/2016 18:04

Un gars qui n'a jamais oublié d'où il venait, qui n'a jamais renié son âme provincial .
Il a été aussi l'in des premiers à soutenir les fermiers dans les années 80 quand ceux-ci ont été les victimes de la politique de la politique de Reagan.
Et comme on le verra dans la seconde partie, il a aussi été l'un des premiers artistes à s'opposer en 2003 à la guerre d'Irak de Bush.
https://www.youtube.com/watch?v=WPQy5-QPZHc
Bises et belle soirée Rosemar.

L. Hatem 24/02/2016 08:40

Chaque fois un nouvel artiste dont je ne soupçonnais même pas l'existence...
Je n'ose imaginer ta collection de disques à la maison entre vinyls et CDs...
Courageux le Cougar pour s'attaquer à Reagan !

fatizo 24/02/2016 17:46

Malheureusement je ne possède pas tous les disques et CD des artistes dont je parle.
Mais pour Mellencamp, il m'en manque vraiment très peu, les tous premiers, plus un ou deux autres.
Bonne soirée l'ami.