Un peu de musique avec les Beach Boys.

Publié le 4 Juillet 2015

Avant de revenir plus longuement d'ici quelques jours sur l'excellent film "Love and Mercy" , consacré à Brian Wilson, le leader des Beach Boys, voici quelques morceaux de l'album "Pet Sounds",  considéré comme l'un des plus importants de l'histoire de la musique rock.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pet_Sounds

Pour terminer, la plus belle chanson de tous les temps, selon Paul Mc Cartney.

God Only Knows (Dieu Seul Sait)

I may not always love you
Il se peut que je ne t'aime pas pour l'éternité
But long as there are stars above you
Mais aussi longtemps qu'il y aura des étoiles au dessus de toi
You never need to doubt it
Tu n'auras jamais à douter de mon amour
I'll make you so sure about it
Je te donnerai tant de certitudes à ce sujet

God only knows what I'd be without you
Dieu seul sait ce que je deviendrais sans toi

If you should ever leave me
Si un jour tu me quittais
Though life would still go on believe me
Bien que la vie continuerait tout de même crois-moi
The world could show nothing to me
Le monde ne pourrait rien m'apporter(1)
So what good would living do me
Alors de vivre quel bien ça me ferait

God only knows what I'd be without you
Dieu seul sait ce que je deviendrais sans toi

(God only knows what I'd be without you)
(dieu seul sait ce que je deviendrais sans toi)

If you should ever leave me
Si un jour tu me quittais
Well life would still go on believe me
Eh bien la vie continuerait tout de même crois-moi
The world could show nothing to me
Le monde ne pourrait rien m'apporter(1)
So what good would living do me
Alors de vivre quel bien ça me ferait

God only knows what I'd be without you
Dieu seul sait ce que je deviendrais sans toi
(God only knows what I'd be without you)
(dieu seul sait ce que je deviendrais sans toi)

(3x)
(3x)
God only knows
Dieu seul sait
God only knows what I'd be without you
Dieu seul sait ce que je deviendrais sans toi
God only knows what I'd be without you
Dieu seul sait ce que je deviendrais sans toi

(1) littéralement : me montrer

 

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Musique

Repost 0
Commenter cet article

ALEA JACTA EST 05/07/2015 08:07

Bonjour Fatizo,
Et d' abord merci pour cette petite sélection de morceaux.Finalement je ne connais pas si bien que ça leur discographie...J' avais lu dans les années 70 un article sur Rock and Folk ou dans BEST je crois au sujet de Brian Wilson, et je savais qu' il avait eu une trajectoire très perturbée qui mérite largement un biopic.
C' est vrai que dans les années 60 et 70 il y avait une saine émulation entre les groupes: chacun apportait sa touche personnelle.Les arrangements vocaux des Beach Boys feront date dans l' histoire du rock.
Je vais essayer de voir WHIPLASH cette semaine dont on dit le plus grand bien...

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=225953.html

Bon dimanche l' ami
PS:HORS_SUJET je viens d' apprendre avec écoeurement le spectacle macabre d' executions au théâtre romain de Palmyre de soldats en utillisant des des enfants bourreaux.La presse espagnole ne censure pas malheureusement pas les images et photos diffusées par l' EI...Je suis sidéré par l' impuissance de la communauté internationale.Je ne peux pas m' empêcher de penser que si au lieu de sauver des vies humaines il s' était agi de sauver des puits de pétrole, cette affaire aurait ëté réglée, militairement parlant, en 2 temps 3 mouvements...

fatizo 05/07/2015 10:30

Je n'ai pas vu WHIPLASH mais les critiques étaient excellentes lorsqu'il est sorti cet hiver en France.
Ce film sur Brian Wilson est vraiment tres réussi . Les allées et venues incessantes entre les années 60 et 80 auraient pu nuire à la qualité du film, mais ce n'est pas du tout le cas. Et puis es deux acteurs qui incarnent Wilson sont excellents.
http://www.lesechos.fr/week-end/culture/021150358207-brian-wilson-ou-la-surfinparano-1133329.php
Sur l'EI, tu as surement raison, dès que des intérêts financiers énormes sont en jeu, on trouve toujours une bonne raison pour justifier une intervention. Mais là on ne fait rien . Mais si ces gens existent, c'est aussi l'oeuvre des occidentaux. Merci entre autres à Bush pour l'Irak et Sarkozy pour la Libye.
Bon dimanche l'ami.

ALEA JACTA EST 05/07/2015 08:16

illustration par l' exemple.
on voit ici qu' un grand quotidien comme EL PAIS ne cache pas certaines images de mise en scène macabre ( même si ici ça ne dure qu' une seconde et qu' ils ne montrent pas le pire évidemment...)
http://internacional.elpais.com/internacional/2015/07/04/actualidad/1436032834_547631.html?ref=rss&format=simple&link=guid

L. Hatem 04/07/2015 21:46

Il parait que j'ai commis un sacrilège en roupillant et en quittant la salle... va falloir me racheter en y allant et en y restant jusqu'au bout...

fatizo 04/07/2015 22:19

J'ai vraiment beaucoup aimé. On a même le sentiment de voir deux films pour le prix d'un. Je pensais que la partie concernant les années 80 serait moins passionnante, et finalement c'est presque le contraire.
Bonne soirée l'ami;

rosemar 04/07/2015 21:43

Des musiques vraiment sympas qui rappellent les Beatles : un peu de nostalgie avec ces chansons bien rythmées, le premier morceau est le plus entraînant, et donne envie de danser....

Bises du sud

fatizo 04/07/2015 22:16

les arrangements vocaux, c'est mieux. Je fatigue

fatizo 04/07/2015 22:12

Les deux groupes se sont souvent copiés, ou plutôt, inspirés l'un de l'autre.
Les mélodies vocales inégalables des Beach Boys copiées par les Beatles. Puis comme le dit Brian Wilson, il s'est lui-même beaucoup inspiré de l'album Rubber Soul des Beatles pour son "Pet Sounds". Et enfin Paul Mc Carney avouait cet album avait été une source d'inspiration pour "Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band ".
Disons qu'il s'agissait d'une saine émulation entre les deux groupes.
Quant au film il est original car traité sur deux périodes de la vie de Wilson. Tout d'abord dans les années 60, à l'époque de l'enregistrement de cet album, puis dans les années 80, lorsqu'il va rencontrer la femme qui va le sauver d'un médecin tyrannique .
On voit aussi le père de Brian, lui aussi un personnage tyrannique qui battait ses enfants. B. Wilson serait-il devenu un génie sans cette enfance terrifiante?
C'est l'une des questions du film, tout comme pour sa schizophrénie .
Ce qui est sur , c'est que s'il n'avait pas rencontré l'amour dans les années 80, il ne serait plus vivant aujourd'hui.
Le manque d'amour a probablement fait de lui un génie, et l'amour l'a sauvé de la mort tout en l'apaisant .
Bises et belle soirée Rosemar