Sondage: Tsipras divise les français.

Publié le 5 Juillet 2015

téléchargement

Avant de connaitre le résultat du référendum grec pour le oui ou le non à la question : «Est-ce que la proposition soumise par la Commission européenne, la Banque centraleeuropéenne et le Fonds monétaire international lors de l’Eurogroupe du 25 juin doit être acceptée ?», « Le Parisien/Aujourd’hui en France » publie un sondage sur d’Alexis Tsipras .

Il est tout d’abord question de sa personnalité. Et sur ce sujet, et malgré le matraquage médiatique contre lui, il s’en sort plutôt bien puisqu’il recueille 48 % de bonnes opinions contre 51 % de mauvaises .

Bien sur, les clichés employés contre lui par les éditorialistes ultra-libéraux ont aussi leurs effets puisque 67 % des sondés le trouve populiste. Toujours parmi les reproches, nos compatriotes ne sont que 45% à le trouver « compétent » . Ils sont aussi 43% à le juger « dangereux » et 37% « sectaire ».

On aimerait bien savoir combien ils sont à attribuer les mêmes qualificatifs aux dirigeants européens , au FMI et au monde de la finance en général.

Mais si le personnage inquiète, il séduit aussi dans l’opinion française.

C’est avant tout sa volonté, son courage, sa résistance, ses convictions, qui sont mis en avant parmi ses qualités. 58% des sondés prétendent qu’il a raison de s’opposer à l’Union européenne . Ils sont 72% à penser qu’il a des « convictions profondes », et 65% qu’il est « courageux ».

Sur le référendum, 78% des français prétendent qu’il va permettre au peuple grec de prendre une décision démocratique sur son avenir .

Il est évident que sur ce sujet, les français ont encore en mémoire leur « non » de 2005, et le coup de Trafalgar réussit par Sarkozy.

Bien sur, si le « non » l’emporte ce soir la Grèce risque se souffrir, mais elle saura qu’elle le fait pour garder son identité, sa dignité, son indépendance, et non pour venir gonfler le matelas des banques ou des états bien plus riches qu’elle.

Bien sur l’attitude démocratique de Tsipras avec le référendum ne plait à personne en Europe. Il suffit d’entendre Michel Sapin pour s’en rendre compte: « Cette manière d’agir pourrait laisser des traces, y compris avec la France », « Ça sera désormais difficile avec lui car il y a un problème de confiance réciproque ».

On aimerait que Michel Sapin, et le pouvoir français en sa totalité, utilise des termes aussi forts lorsqu’il s’agit d’un pays bien plus puissant qui espionne nos Présidents et nos entreprises.

On aimerait bien par exemple qu’ils envoient balader le Traité transatlantique, ou qu’ils aient le courage d’accueillir Julian Assange .

Mais il est plus aisé de faire les gros yeux à la petite Grèce que de résister face  à la puissance américaine.

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Europe

Repost 0
Commenter cet article

ALEA JACTA EST 05/07/2015 19:37

Bonjour Fatizo,
Il faut reconnaître à Tsipras le mérite d' avoir mis un coup d'arrêt aux exigences suicide de l' eurogroupe.Rien que pour ça il faut le soutenir...j' ai longuement débattu avec Rosemar et toi de certains aspects secondaires qui ne me convainquent pas mais face à l' enjeu de taille pour son pays, il faut savoir choisir son camp....Aux Etats Unis toute personne qui est en banqueroute a le droit de repartir zéro dans la vie...ce qui vaut pour les personnes doit valoir pour des nations entières.
Bonne fin de soirée l' ami et croisons les doigts pour le résultat des élections

fatizo 05/07/2015 19:54

Bonjour AJE,
Il semble fort probable que le "non" l'emporte d'après le premiers résultats.
La pression scandaleuse des banques cette semaine a eu un effet de résistance alors que l'Europe misait sur la peur.
Bravo au peuple grec. Il souffre mais il sait rester debout, digne.
Il semble maintenant que la balle soit dans le camp de l'Allemagne, cette Allemagne arrogante .
Bonne soirée l'ami.

rosemar 05/07/2015 17:43

On accuse Tsipras d'être un populiste dangereux qui aurait fait des promesses impossibles à tenir, on lui reproche aussi son alliance avec un parti nationaliste de droite, le ministre de la défense est sur la sellette... Mais Tsipras a voulu surtout rompre avec une politique qui ne fonctionne pas, celle de l'austérité...

Bises estivales

fatizo 05/07/2015 18:01

Comme c'est rappelé dans le numéro de Marianne de cette semaine, Tsipras avait promis à l'automne dernier qu'il utiliserait le référendum si nécessaire. En cela il tient sa promesse , lui.
http://www.marianne.net/les-lecons-hellenes-alexis-tsipras-100235250.html
Il est surement moins populiste qu'un certain vulgaire Sarkozy, qui lui est sectaire et dangereux, pour reprendre les adjectifs du sondage .
Mais pas un mot en ces termes de la part des journalistes français sur ce politique qui se voit impliqué dans une affaire de plus.
http://www.leparisien.fr/sports/football/mondial-au-qatar-blatter-evoque-une-intervention-de-sarkozy-05-07-2015-4920283.php
Et oui, Sarkozy le qatari dans ses œuvres.
On attend que les éditorialistes français le traitent de tous les noms , comme ils le font pour Tsipras.
Mais ne nous inquiétons pas,, vu leur courage, ils vont dire que Blatter le charge pour se défausser. D'ailleurs ils ont déjà commencé les lâches.
Il serait pris en train de tuer un type avec le couteau à la main, qu'ils trouveraient encore une astuce pour le disculper.
Et ça se dit journalistes.
Bises et belle soirée Rosemar