« Le Labyrinthe du silence » de Giulio Ricciarelli . Pour en savoir plus.

Publié le 2 Mai 2015

 

téléchargement (4)

L’histoire:

1958, une cour de récréation.  Des enseignants discutent lorsqu’un homme passe dans larue et cherche du feu pour allumer sa cigarette. L’un des instituteurs s’avance et lui tend un briquet à travers la grille. L’homme dans la rue est pétrifié, il reconnait l’un des bourreaux du camp d’Auschwitz…

 Seul un journaliste s’intéresse à cette histoire, ….et aussi un jeune procureur qui va découvrir des preuves essentielles permettant l’ouverture d’un procès contre d’anciens SS ayant servi à Auschwitz. Mais il doit faire face à de nombreuses hostilités dans cette Allemagne d’après-guerre. Déterminé, il fera tout pour que les allemands ne fuient pas leur passé.

 Ce qui prime avant tout dans ce film, bien plus que l’oeuvre cinématographique, c’est la force du sujet qui permet de rappeler des événements peu connus de l’Histoire.

On a beau prétendre tout savoir ou presque sur la seconde guerre mondiale, « Le labyrinthe du silence » nous montre un aspect encore inconnu jusqu’ici, le désir de l’Allemagne d’après guerre de vouloir enfouir son passé, et ceci jusqu’au plus haut sommet de l’état, à commencer par le président Adenauer .

On découvre à quel point la jeunesse allemande de la fin des années 50 était totalement ignorante de ce qui a pu se produire dans les camps de concentration, lorsqu’elle déclare « Auschwitz, connais pas ! ». On voit aussi que notre jeune procureur avait toutes les peines du monde pour mener son enquête  face à l’hostilité de la majeure partie de l’opinion.

Mais comment pouvait-il en être autrement, c’est tout du moins ce que l’on comprend au fil de l’histoire, lorsque l’on sait  que dans toutes les familles il y avait des nazis, et qu’il  fallait faire « la part des choses », entre ceux qui d’un coté étaient coupables d’exactions ou de meurtres, et les autres qui se « contentaient » de véhiculer l’idéologie nazie, ou de suivre tout simplement.

téléchargement (2)

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le réalisateur Giulio Ricciarelli est bien allemand.  « Le Labyrinthe du silence » est son premier long métrage en tant que réalisateur et scénariste.

Grace à un rythme élevé et de nombreux rebondissements, on ne s’ennuie pas un instant   dans ce film  construit comme un thriller historique . Il faut également y ajouter la qualité de l’interprétation, en tout point remarquable.

De cette enquête va découler le procès de Francfort, qui se déroula durant 20 mois, d’octobre 1963 à août 1965, le premier au monde où un pays jugeait ses propres criminels de guerre.

Il s’agit d’un réel tournant dans l’histoire de la RFA qui en finissait enfin avec des années d’oublie volontaire.

Le film de Giulio Ricciarelli, est remarquable  pour son scénario, qui prend certes quelques libertés avec la réalité (le personnage du jeune procureur rassemble en réalité  trois hommes), mais se révèle par ailleurs fidèle au processus général.

téléchargement (3)

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Cinéma, #Histoire

Repost 0
Commenter cet article

L. HATEM 08/05/2015 22:42

Que dire ? Film magnifique, du courage à en revendre... J'ai pu enfin le voir cet aprèm... merci fatizo !

fatizo 11/05/2015 17:28

Il est venu commenter ici...
https://autrementvu.wordpress.com/2015/05/02/le-labyrinthe-du-silence-de-giulio-ricciarelli-pour-en-savoir-plus/

L. HATEM 11/05/2015 13:36

Cnabum en a parlé ?? Où ça, où ça ?

fatizo 11/05/2015 12:55

Je vois que toi et Cnabum ont également beaucoup aimé ce film.
Ca fait du bien du cinéma intelligent.
Jeudi j'ai vu ce film très sympa. Une jolie comédie originale.
https://www.youtube.com/watch?v=rYhC1s2ZGzw
Et puis la comédienne est à croquer.
Bonne semaine L Hatem

L. Hatem 10/05/2015 13:21

Lorsque le militaire americain lui montre la salle des archives il lui dit : "Les imbéciles ont tout écrit sur eux mêmes" :-))

ALEA JACTA EST 03/05/2015 18:13

Bonjour Fatizo,
la sortie du film correspond avec la mort récente de Gunther Grass qui a beaucoup écrit sur la responsabilité et la mémoire mais qui aura lui-même finalement attendu 2006 pour reconnaître son épisode passé dans les jeunesses hitlériennes
http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%BCnter_Grass

Ce thème nous interpelle tous car en France aussi par exemple, le "Général" s' est chargé à merveille d' organiser une grande amnésie collective et nationale et de repeindre l' image d' une France à 99% résistante qui ne colle pas aux faits...il aura fallu les procès des années 80 avec Papon, Barbie, etc... pour que nos chères têtes blondes aient droit à un portrait un peu plus réaliste et nuancé de cette époque trouble de notre histoire.En Juin 1944 tout le monde était résistant mais pas en juin 40...
Bon we l' ami

fatizo 03/05/2015 18:53

Bonjour AJE,
Tu as raison de souligner le fait, que nous aussi, en France, on a longtemps raconté une histoire qui n'était pas tout à fait l'Histoire.
Chaque pays ressemble à une famille qui a honte de certains vieux fantômes.
Même le cinéma de cette époque était loin de la vérité. On pense par exemple au "Le jour le plus long".
Je me souviens qu'à l'époque cette série avait beaucoup fait parler en France.
https://www.youtube.com/watch?v=0Px2Y12062g
Bonne soirée l'ami.

Emmanuel Cockpit 03/05/2015 15:58

Merci pour cette suggestion. Je pressens au travers de ton article et des critiques un film fort. Je vais essayer de le voir en VO, ça aura encore plus de force. Aujourd'hui les temps ont changé, il ne se passe pas une semaine sans qu'une des nombreuses chaines allemande diffuse une émission sur cette période, les allemands veulent comprendre et exorciser leur passé.

fatizo 23/11/2015 22:15

Merci d'être venu me donner ton avis sur ce très bon film.
Je sors à l'instant de voir ce film en avant-première. L'un des meilleurs films de l'année
https://youtu.be/yTh1DjDLzEY

Emmanuel Cockpit 23/11/2015 19:14

Ça y est, j'ai fini par le voir : passionnant, bouleversant et percutant en VO. L'acteur principal Alexander Fehling est très juste dans son rôle : pas d'empathie exagérée et pas de froideur germanique, juste une présence solide, émaillée par ses doutes. Ça se voit comme un thriller, un documentaire, un film psychologique, il y a même une histoire d'amour qui ne gâche rien.

Emmanuel Cockpit 04/05/2015 12:23

Oui mais j'habite en Alsace...

fatizo 03/05/2015 18:43

Ce qu'il y a de plus fort dans ce film, c'est le fait qu'on apprend (en tout cas pour moi) que l'Allemagne a longtemps cherché à se reconstruire en cachant la réalité aux plus jeunes.
Cela parait incroyable pour des gens de notre génération qui ont toujours vu des reportages sur la seconde guerre mondiale avec des images des camps.
C'est sur que le cinéma en VO est toujours préférable, et je suppose que ce n'est pas toujours évident en province.
Bonne soirée Cockpit

L. Hatem 03/05/2015 10:41

Je reviens laisser un mot dès que je l'aurai vu... mes gardes de WE s'enchainent...
A bientôt l'ami.

Emmanuel Cockpit 04/05/2015 12:24

Pas répondu sur le bon commentaire...

Emmanuel Cockpit 04/05/2015 12:23

Oui, mais j'habite en Alsace...

fatizo 03/05/2015 11:31

Un film instructif avant tout.
Bon courage et à bientôt pour ton compte-rendu.

rosemar 02/05/2015 22:59

J'ai lu plusieurs critiques élogieuses de ce film : on préfère, souvent, ne pas voir certaines horreurs, les occulter, les passer sous silence et l'actualité nous prouve encore que cette volonté de ne pas voir certains faits existe encore. On se demande encore comment les allemands ont pu se lancer dans "l'aventure hitlérienne..."ça dépasse l'entendement.

Bises du printemps

fatizo 03/05/2015 00:12

Le film est très classique dans sa réalisation, mais ici c'est l'histoire qui compte.
Et elle nous apprend beaucoup de choses sur une période de l'Allemagne que l'on imaginait pas.
Bien sur, on sait tout sur la montée du nazisme, de son arrivée au pouvoir, et aussi l'histoire de la seconde guerre mondiale, mais ce qui s'est passé par la suite, on ne le connaissait pas.
Pour moi, il allait de soi qu'après la guerre les allemands avaient été mis au courant des horreurs que leurs dirigeants avaient commis. Et bien non. Ou plutôt ils ne voulaient pas le savoir, tout du moins pour les ainés.
C'est ce que ce film nous apprend,
Bises et belle soirée Rosemar