Dan Price, un jeune patron américain qui ne doit pas plaire à tout le monde.

Publié le 17 Avril 2015

 

images

Le New YorkTimes nous apprend qu’après avoir lu un article sur des recherches menées par les économistes Angus Deaton Princeton et Daniel Kahneman, Dan Price, patron deGravity Payments, une société spécialisée dans les paiements en carte bancaire basée à Seattle, a décidé  de faire passer son salaire d’1 million de dollars à 70.000 dollars par an.

Les deux économistes disent qu’il existe un véritable seuil psychologique pour le bonheur, et que celui-ci se situe à 70.000 dollars .

Souhaitant que ses 120 salariés puissent accéder au rêve américain et au bonheur par la même occasion, le jeune patron n’a pas hésité à les augmenter fortement  pour qu’ils soient au même niveau que lui. Pour se faire, outre la baisse de sa propre rémunération, il a également décidé de mettre à contribution l’entreprise en redirigeant une grande partie des profits de cette dernière dans les salaires de ses employés.

Price, qui a fondé sa compagnie en 2005 et qui a été nommé entrepreneur de l’année en 2014, a tenu à expliquer aux médias:  « Je vois à quel point c’est de plus en plus difficile de juste joindre les deux bouts et de vivre le rêve américain normal, tout devient de plus en plus cher, surtout dans une ville comme Seattle, et les salaires ne suivent pas .  Je crois que les gens étaient un peu nerveux pour moi, vraiment, a-t-il expliqué. C’est un risque, je crois, à court terme, mais je suis convaincu à 100 % que ce sera formidable à moyen et à long terme. Pour la compagnie et, encore plus important, pour les entreprises privées que nous servons. »

Il faut savoir que le salaire moyen dans cette entreprise est actuellement de 48.000 dollars. Cette augmentation salariale se fera progressivement au cours des trois prochaines années.

Il faut également savoir que si cette histoire se passe à Seattle, ce n’est pas tout à fait un hasard, la ville étant l’une des plus avant-gardiste sur la bataille du salaire minimum aux USA.

Depuis les années 80, l’écart entre le grand patronat et les salariés est de plus en plus important. De 30 ou 40 fois le salaire moyen à cette époque, on est passé aujourd’hui à 400 ou 500 fois, voir plus. On sait aussi qu’un minimum de puissants à travers le monde détiennent de plus en plus de richesses au détriment du reste de la population. On peut également s’indigner sur les paradis fiscaux, sur l’absence de mesures prises par les politiques pour rénover ce système injuste et malhonnête.

Et je ne parle pas des médias, ceux qui sont toujours là pour venir nous dire qu’il est normal que les grands talents soient fortement rémunérés, mais étant incapables de nous en fixer la limite et la décence.

Et bien ce Dan Price vient démontrer à toutes ces élites politiques, médiatiques et patronales, qui ne supportent pas qu’on remette en question le modèle ultra-libérale basée sur la réussite par l’argent,et uniquement par l’argent, est stupide et mensonger.

Ce jeune patron vient nous prouver que l’on peut réussir sans être obséder par son compte en banque, que de penser également au bien-être de ses salariés pour aller de l’avant est une évidence si l’on veut que sa société prospère .

Dan Price, un modèle à suivre pour changer de modèle…. économique.

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Repost 0
Commenter cet article