Pauvreté record en Allemagne.

Publié le 21 Février 2015

téléchargement (3)

Selon une étude publiée par la fédération d’aide sociale Paritätischer Wohlfahrtsverband, la pauvreté en Allemagne est actuellement à son niveau le plus élevé depuis la réunification, en 1990.

A noter que le Paritätischer Wohlfahrtsverband (PW) est une fédération qui regroupe environ 10.000 associations actives dans le domaine de l’aide sociale et de la santé.

Le taux de pauvreté est passé de 15% en 2012 à 15,5% en 2013, un pourcentage qui correspond à 12,5 millions de personnes.

Il faut savoir que le montant du seuil de pauvreté varie d’un pays à l’autre, puisqu’il correspond à 60 % du revenu médian .

Le directeur général ce cette fédération, Ulrich Schneider, a déclaré: « Depuis 2006, on observe clairement une dangereuse tendance d’augmentation à la pauvreté (…) La pauvreté en Allemagne n’a jamais été aussi élevée et la fragmentation régionale n’a jamais été aussi sévère qu’aujourd’hui », ajoutant que l’Allemagne  « a clairement un problème croissant de distribution de la richesse ».

Ce rapport prouve également que le pouvoir ment lorsqu’il déclare que l’écart entre riches et pauvres diminue.

Bien sur, ce sont en premier lieu les chômeurs (60%) qui sont les plus touchés, mais les familles monoparentales (pus de 40%) et les retraités, ne sont guère épargnés également par cette situation critique .

Il faut également noter que le fossé entre les régions les plus riches et les plus pauvres s’agrandit de plus en plus, que la situation s’est détériorée dans 13 des 16 Länder .

Une autre donnée, toute aussi inquiétante, c’est la forte hausse du nombre de salariés qui se situent sous le seuil de pauvreté. Ce sont aujourd’hui 3 millions de salariés allemands qui se retrouvent dans cette situation, soit une augmentation de 25% en 7 ans (2,5 millions à l’époque).

Economies sur la nourriture et le chauffage, parfois un repas complet que tous les 2 jours, pas question de partir en vacances, pas de restaurent, de cinéma, pas question de changer la voiture, on se soigne mal, voici le quotidien de plus de 15% de gens qui vivent dans le pays dont il faut suivre le modèle.

On peut  légitimement se poser des questions sur un modèle de société qui n’est pas capable de subvenir aux besoins de sa population, et bien plus grave encore, de ceux qui ont un emploi.

Lorsqu’on voit cela, il est évident que l’on ne peut voir dans l’Allemagne le modèle à suivre, que la sortie de crise est ailleurs, dans la recherche d’un nouveau modèle plus juste et ou les richesses seront mieux partagées.

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Repost 0
Commenter cet article