Mes films préférés de l'année.

Publié le 28 Décembre 2014

images (9)

Je fais ici le récapitulatif des films que j’ai vu et apprécié cette année en les classant dans 2 catégories. Les autres, je les jette aux oubliettes.

Il est d’ailleurs amusant de constater que notre jugement peut évoluer au fil des mois ou des années, de se rendre compte qu’une oeuvre que l’on a moyennement apprécié à sa sortie, peut avoir laissé en nous des émotions que l’on n’avait pas décelé sur le moment .

C’est ce qui fait que ce classement n’est peut-être pas toujours en accord avec les critiques que j’ai pu faire à chaud .

Il y a tout d’abord 6 films que j’ai beaucoup aimé….

1

« Gone Girl », de David Fincher.

L’histoire :

Amy Eliott est une femme parfaite, elle est belle, intelligente, talentueuse et riche. Elle rencontre Nick Dunne qui va devenir son mari. La mère de Nick étant atteinte d’un cancer, le couple déménage de New-York pour aller s’installer dans le Missouri. Au fil des ans leur couple bat de l’aile, le jour de leur cinquième anniversaire de mariage, Nick découvre qu’Amy a mystérieusement disparu du domicile conjugal. Aux yeux des autorités puis du pays tout entier, il va devenir le suspect idéal…..

Et si vous ne me croyez pas voici quelques critiques qui vont feront comprendre que ce film est un pur chef-d’oeuvre…

http://www.lesinrocks.com/cinema/films-a-l-affiche/gone-girl/

http://www.clapmag.com/gone-girl-critique/19166

2

« Philomena » de Stephen Frears.

Irlande, 1952. Philomena Lee, encore adolescente, tombe enceinte. Rejetée par sa famille, elle est envoyée au couvent . En compensation des soins prodigués par les religieuses avant et pendant la naissance, elle doit travailler durement à la blanchisserie, et n’est autorisée à voir son fils, Anthony, qu’une heure par jour. À l’âge de trois ans, il lui est arraché pour être adopté (acheté) par des Américains fortunés. Alors que la vieille dame pleure dans son coin le jour du cinquantième anniversaire de son fils, elle décide de révéler ce lourd secret à sa fille Jane. Cette dernière rencontre Martin Sixmith, un journaliste désabusé au chômage, et le persuade de s’intéresser à l’histoire de sa mère. Après quelques hésitations il accepte, puis décide de partir aux Etats-Unis à la recherche d’Anthony en compagnie de Philomena.

http://www.lefigaro.fr/cinema/2013/09/02/03002-20130902ARTFIG00437-phenomenale-philomena.php

3

« 12 Years a Slave », de Steve McQueen.

L’histoire :

Solomon Northup est un jeune noir libre de l’Etat de New York. Il gagne sa vie en tant que charpentier et joueur de violon. Il vit avec sa femme et ses deux enfants lorsqu’il est approché par deux artistes qui utilisent ses services puis le saoulent. Il se retrouve enlevé et vendu comme esclave. Sa vie d’homme libre n’est alors plus qu’un lointain souvenir remplacé par les coups de fouets, les humiliations, et le travail dans les plantations de cannes et de coton pendant 12 longues années en Louisiane.

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1141456-12-years-a-slave-une-immersion-eprouvante-et-necessaire-au-coeur-de-l-esclavagisme.html

4

« Deux jours, une nuit »,  des frères Dardenne

L’histoire :

Sandra, ouvrière dans une petite entreprise de panneaux solaires est en arrêt maladie pour cause de dépression. Alors qu’elle s’apprête à reprendre le travail, elle reçoit un coup de téléphone qui lui apprend qu’elle est licenciée. Ses collègues, qui avaient le choix entre une prime de 1000 Euros chacun ou la sauvegarde de l’emploi de Sandra, ont choisi l’argent à 14 voix contre 2.

http://next.liberation.fr/cinema/2014/05/20/deux-jours-une-nuit-l-enjeu-des-1-000-euros_1022689

5

« La French », de Cédric Jimenez .

L’histoire :

1975, Marseille est devenue la capitale mondiale du trafic d’héroïne. Pierre Michel, jeune magistrat arrivant de Metz avec sa famille, y est nommé juge du grand banditisme. Il décide alors de s’attaquer à la French Connection avec en ligne de mire l’un des parrain du milieu, Gaëtan Zampa.

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/la-french-un-bon-polar-a-la-160697

6

« Jersey Boys »,  de Clint Eastwood

L’histoire :

Jersey boys, c’est l’histoire de Frankie Valli et des Four Seasons, groupe pop des années 60 dont on connait certaines chansons sans très bien savoir de qui elles sont. Le film nous parle des débuts difficiles, les problèmes avec la mafia,les heures de gloire, puis de la séparation de ces garçons d’origine modeste venus du New Jersey.

Ce biopic n’est en rien l’adaptation de la comédie musicale de Broadway. Cependant on retrouve de nombreuses séquences chantées ou l’on reconnait les chansons de toute une génération.

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/jersey-boys-le-film-rafraichissant-153699

Seconde catégorie.

Les films qui m’ont fait passer un agréable moment malgré leurs imperfections.

1

« Pas Son Genre »,  de Lucas Belvaux.

L’histoire :

Clément est un jeune professeur de philo affecté à Arras pour un an. Ne sachant pas comment occuper son temps libre, il fait la connaissance de la sympathique Jennifer, coiffeuse dans cette ville . Elle élève seule son fils, et adore chanter au karaoké le samedi soir avec ses copines. Elle est généreuse, entière, mais se méfie des hommes qui l’ont trop fait souffrir. Mais comme elle est « balance », et donc optimiste, elle rêve toujours au prince charmant.

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/pas-son-genre-le-joli-film-de-151465

2

« Le sens de l’humour »  de Marilyne Canto

Dans ce film, Maryline Canto nous décrit la vie d’Elise, une veuve quarantenaire qui vit cramponnée à son fils Léo. Parallèlement elle vit une relation difficile avec Paul, un célibataire qui doit supporter en permanence les petites humiliations d’Elise, qui ne veut voir en lui « qu’un bon coup. »

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/le-sens-de-l-humour-de-l-amour-de-148722

3

« Une promesse »,  de Patrice Leconte

L’histoire :

Nous sommes dans l’Allemagne qui précède la Première Guerre Mondiale. Friederich Zeitz, jeune diplômé d’origine modeste, devient le secrétaire particulier de Karl Hoffmeister, patron d’une usine de sidérurgie. L’état de santé du patron se dégrade et lui impose de rester à domicile. Il y accueille le jeune homme pour travailler.

Le patron a pour épouse une femme bien plus jeune que lui, la belle et réservée Lotte. Friederich s’éprend d’elle, sans oser révéler ses sentiments. Dans le huis-clos de la demeure, couve cette passion amoureuse, sans geste ni parole, tout en regards et en silences.

Comprenant que les deux jeunes gens sont de plus en plus proches, le patron décide d’envoyer son protégé au Mexique, afin d’y superviser l’exploitation de mines de fer. L’annonce de ce départ provoque chez l’épouse une réaction désespérée. Le jeune homme réalise que les sentiments qu’il éprouve pour Lotte sont partagés. Mais la présence du mari malade interdit à leur amour de s’accomplir. L’épouse fait une promesse : au retour du jeune homme, dans deux ans, elle sera à lui.

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/une-promesse-le-dernier-film-de-151082

4

« Diplomatie »,  de Volker Schlöndorff.

L’histoire :

Nous sommes dans la nuit du 24 au 25 août 1944. Le sort de Paris est entre les mains du Général Von Choltitz, Gouverneur de Paris, qui se prépare, sur ordre d’Hitler, à faire sauter la capitale. Issu d’une lignée de militaires prussiens, le général n’a jamais eu d’hésitation quand il fallait obéir aux ordres. Or, c’est justement ce que redoute le consul suédois, Raoul Nordling, lorsqu’il gravit l’escalier secret qui le conduit à la suite du général à l’Hôtel Meurice. Les ponts sur la Seine et les principaux monuments de Paris, Le Louvre, Notre-Dame, la tour Eiffel, sont minés. Utilisant toutes les armes de la diplomatie, le consul va essayer de convaincre le général de ne pas exécuter l’ordre de destruction.

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/diplomatie-de-volker-schlondorff-149189

5

« Hippocrate », de Thomas Lilti .

L’histoire :

Benjamin a l’intention de devenir un grand médecin mais son premier stage en tant qu’interne dans le service de son père ne se passe pas comme prévu. Très vite le jeune homme doit se confronter à ses limites et ses angoisses. Il découvre les responsabilités, les prises de décisions difficiles et doit composer avec les autres médecins, les patients et la famille de ces derniers….

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/hippocrate-le-film-qui-nous-montre-156517

6

« La Ritournelle »,  de Marc Fitoussi.

L’histoire :

Eleveurs de bovins en Normandie, Brigitte et Xavier, tous deux la cinquantaine, vivent paisiblement au sein de leur exploitation agricole. Alors que Xavier est passionné par son travail quotidien, Brigitte, moins terre à terre, rêve de changements. Et le départ des enfants de la maison la confronte rapidement à une routine de couple qu’elle peine de plus en plus à supporter. Une fête dans la maison voisine lui permet de rencontrer le troublant Stan. Ce soir-là, elle boit trop mais le lendemain elle invente un stratagème pour rejoindre le jeune homme à Paris. Resté seul en Normandie, Xavier prend conscience que son couple est menacé…

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Cinéma

Repost 0
Commenter cet article

Astor 29/12/2014 12:27

J'ai croisé ton appréciation et l'avis de mon fiston et nous sommes finalement allés voir avec lui Gone Girl vendredi dernier. Séance à 21h30. Durée du film 2h29. Pub avant. La sentence serait vite tombée si le film n'avait pas été captivant : sommeil garanti entre 22h00 et minuit !!
Le verdict a été "pas une seule minute d'endormissement" !!!
Ce film est vraiment un excellent film ! L'actrice principale notamment est bluffante. Mais ce n'est que pour mettre en valeur un point parmi x qui le mériteraient (d'ailleurs l'acteur est également top avec ce rôle en nuance)
Excellent !!

fatizo 29/12/2014 19:58

Oui, une grande performance pour cette actrice peu connue. Et puis ce film n'est pas qu'un simple thriller. Il est aussi une excellente critique des dérives de la société américaine (chaines d'infos, mariage,), sans parler du portrait de l'avocat plus vrai que nature.
La seconde partie est encore plus forte, on est dans l'univers d'un excellent Hitchcock .
Bonne soirée Astor.