Dusty Springfield, une voix irremplaçable.

Publié le 28 Février 2014

lens18531562_1316214278Dusty_Springfield_Hit_Son

 

De son vrai nom , Mary Isabel Catherine Bernadette O’Brien, Dusty Springfield est née le 16 avril 1939 dans une famille d’origine irlandaise à Londres .

Dès sa plus tendre enfance elle est bercée par les plus grands standards du jazz et de la variété américaine . Très tôt, la jeune fille est encouragée par son père et elle enregistre sa première chanson à 11 ans.

Elle intègre en 1958 son premier groupe, The Lana Sisters. Deux ans plus tard, avec son frère Dion, ils forment un nouveau trio,  The Springfields, un groupe de country- folk.  Après quelques tubes et deux albums, des tensions conduisent à la séparation et Dusty se lance en 1963 dans une carrière solo.

Son premier 45 tours en 1963  « I Only Want To Be With You » est un énorme succès . La version française, "A présent tu peux t’en aller" sera également un hit, avec les versions des Surfs et de  Richard Anthony .

Son premier album intitulé « A girl called Dusty » suit dans la foulée . Il est composé d’une douzaine de titres de reprises dont « Mama said » de Luther Dixon et Willie Denson ou encore « Don’t you know » de Ray Charles .

La Chanson « Wishin’ and hoping »créée par Dionne Warwick , sera le plus gros tube de cet album.

En 1964, sa tournée en Afrique du Sud est interrompue, après que la chanteuse ait proféré de vives critiques contre l’apartheid.

En 1965,  sort  « You don’t have to say you love me », qui n’est autre que l’adaptation anglaise de « Io che non vivo (senza te) » de Pino Donaggio et Vito Pallavicini. Le morceau sera numéro1 en Angleterre.

A l’apparence pleine de glamour de Dusty Springfield, on ajoutera sa voix si particulière. A la fois douce, sensuelle,chaude, romantique, mélancolique, et d’une grande maîtrise d’articulation, elle est proche de la perfection.

Elton John déclarera plus tard : "Je pense que c’est la plus grande chanteuse blanche de tous les temps."

Et qui peut oublier "The Look of Love",envoutant au possible, écrit par le célèbre duo Bacharach- David, qui fait parti de la musique originale de "Casino Royale",  sorti en 1967.

L’album "Dusty in Memphis"  (1969), est considéré comme son chef-d’oeuvre. Les plus grands compositeurs tels que  Bacharach, Carole King,  Gerry Goffin, Michel Legrand ou  Randy Newman se sont mis au service d’une chanteuse au sommet de son art.

Même si cet album ne sera pas un succès en terme de ventes, il est reconnu comme l’un des cent meilleurs de tous les temps par le magazine Rolling Stone. Seul le sublime « Son of a Preacher Man » connaîtra le succès auprès du public .

Pour échapper aux critiques qui lui reprochent une vie trop dissolue (bisexualité et drogue),  elle part vivre aux États-Unis .

Cette fuite marque aussi le déclin de sa carrière.

Dusty Springfield  n’a plus de goût pour la musique, et elle ne surnage que grâce aux médicaments et à l’alcool.

Ce n’est qu’en 1987, moment ou elle fait la rencontre des Pet Shop Boys, qu’elle connait à nouveau le succès en les accompagnant sur le titre « What have I done to deserve this? ».

Le duo enchaîne avec « Nothing has been proved » qui sera suivi d’un album  « Reputation » sorti en 1990.

Entre temps, Dusty Springfield décide de retourner vivre en Angleterre.

En 1995, elle sort son dernier album « A very fine love ». La même année, la chanteuse est traitée d’un cancer du sein, et alors qu’il semblait être en rémission, celui-ci refait son apparition et l’emporte le 2 mars 1999.

Le jour de sa mort, Dusty Springfield a été décorée de l’Ordre de l’Empire Britannique dans les locaux de l’hôpital en présence de sa famille et de ses amis.

La chanteuse Adele aurait été approchée il y a quelques mois pour incarner Dusty Springfield au cinéma . Mais ceci n’est encore qu’un vague projet …

 

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Musique, #Hommage, #Dusty Springfield

Repost 0
Commenter cet article