"Suzanne", un film.

Publié le 1 Janvier 2014

                                                 
Dernièrement je suis allé voir "Suzanne", le film de Katell Quillévéré  avec Sara Forestier, François Damiens et Adèle Haenel .
Je suis sorti de ce film avec un sentiment mitigé, bien loin de la quasi unanimité des critiques qui se sont bousculés pour nous vanter ses multiples qualités . 
Tout d'abord j'ai noté une extrême pauvreté dans les dialogues. On va me rétorquer que c'est voulu, que nous sommes dans une famille qui se parle peu,d'accord. Mais idem avec les autres personnages du film, au point que l'on finit par se demander si la réalisatrice sait aligner 3 mots de suite dans une phrase .
On aurait aimé voir 2 ou 3 seconds rôles posséder un ton différent, être plus truculent, expressif, drôle . De tout cela rien , on reste du début à la fin sur le même rythme, la même ambiance.
Et puis on est en trop dans l'ellipse . On en arrive à avoir le sentiment que l'on demande en permanence au spectateur d'imaginer, que c'est lui qui doit faire le travail de la réalisatrice, qu'elle a de bonnes idées mais qu'elle ne sait pas comment faire pour les approfondir  .
Il faut dire que de voir cette petite famille évoluer sur une vingtaine d'années n'aide pas à avoir quelque chose de construit. On passe trop vite d'un moment à un autre .

                          

                          Suzanne pénètre dans le tunnel......avant de voir la lumière...au loin.


A contrario, on est ému par ce film, on ne peut rester insensible à Sara Forestier, à ce père maladroit et touchant qui fait comme il peut pour "bien" élever ses deux filles.
Et puis il y a la sœur de Suzanne, Maria, magnifiquement incarnée par Adèle Haenel ( je mise un billet pour un César du second rôle) , le personnage plus important du film à mes yeux. 
Tout est articulé autour de Maria . Au fur et à mesure que le film avance on se dit qu'elle est le maillon essentiel de cette famille, qu'elle est le lien entre le père et Suzanne, qu'elle est aussi celle qui empêche cette dernière de couler totalement, et puis finalement c'est elle aussi qui nous fera couler le plus de larmes. On devine enfin que c'est elle, par une manière particulière, qui fera prendre conscience à Suzanne  qu'elle doit se rapprocher des siens.

                           

                                   Suzanne et Maria.

 

Vous le comprenez, loin des critiques dithyrambiques faites autour de ce film et de la performance de Sara Forestier, j'ai du mal à me faire un avis tranché. Car même si ce film ne vaut surement pas toutes les louanges entendues ici ou là, ce n'est pas non plus un mauvais film.On est ému à de nombreux moments par la vie de cette famille, et puis le trio principal d'acteurs est bon, avec vous l'aurez compris en ce qui me concerne, une mention particulière pour Adèle Haenel.

Alors que faire?
Allez voir le film pour vous faire votre propre opinion.
P.S
Si ce film est autant apprécié par la critique, c'est peut-être aussi que face aux stupidités que l'on nous sert à longueur d'année, il peut passer pour un chef d'oeuvre. J'en veux pour preuve la bande-annonce du film avec Alandra Lamy et Melanie Doutey, "Jamais le premier soir", qui nous a été présenté avant "Suzanne". En deux minutes, nous avons vu sur l'écran un concentré de toutes les plus grosses ficelles que l'on nous sert depuis pas mal d'années déjà,  et qui sont de plus en plus indigestes.

Rédigé par fatizo.over-blog.com

Publié dans #Cinéma

Repost 0
Commenter cet article